Dernières Infos

Nigeria: 9 morts, dont 5 soldats, tués dans une embuscade de Boko Haram

AFP
31/10/2016

Au moins neuf personnes, dont cinq soldats, ont été tuées et 19 soldats blessés dans une embuscade ce weekend contre l'armée dans le nord-est du Nigeria, revendiquée par la faction de Boko Haram ayant prêté allégeance au groupe Etat islamique (EI).

Dans un communiqué diffusé dimanche soir, le porte-parole de l'armée nigériane, le colonel Sani Usman, indique que les jihadistes ont attaqué les troupes alors qu'elle menaient samedi des "opérations de nettoyage" dans l'Etat du Borno, dévasté par l'insurrection islamiste ultra violente de Boko Haram et sa répression féroce par l'armée et les services de sécurité.
"Cinq soldats, trois miliciens d'autodéfense et un civil ont perdu la vie lors de cette embuscade, alors que 19 soldats et un civil ont été blessés plus ou moins gravement", a précisé le colonel.
"Les corps des soldats et civils tués ont été évacués vers Maiduguri (capitale de l'Etat du Borno), et les blessés sont actuellement soignés et sont dans un état stable", a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, le groupe EI a revendiqué cette attaque, affirmant avoir tué neuf personnes et blessé 19 autres dans le sud de l'Etat du Borno.
L'insurrection de Boko Haram contre le gouvernement, déclenchée en 2009, a fait plus de 20.000 morts et 2,6 millions de déplacés.

L'armée a débuté en 2015 une contre-offensive, et reconquis de vastes territoires contrôlés par les islamistes, mais de larges zones de l'Etat du Borno restent inaccessibles. Boko Haram continue de mener régulièrement des attaques sporadiques contre des villages reculés dans cette région.
Le groupe jihadiste est extrêmement divisé. En août, l'EI avait désigné un nouveau chef de l'organisation pour l'Afrique de l'Ouest en la personne d'Abou Mosab Al Barnaoui, fils du fondateur de Boko Haram, Mohamed Yusuf.

Un camouflet pour le leader de Boko Haram, Abubakar Shekau, qui se retrouve à la tête d'une faction du groupe de plus en plus affaiblie.
Samedi, au moins 9 personnes avaient été tuées et 24 blessées par deux kamikazes qui s'étaient fait exploser à Maiduguri, berceau de Boko Haram, selon les services de secours. Les kamikazes visaient apparemment le camp de réfugiés de Bakassi, en banlieue de Maiduguri. Ce camp abrite des Nigérians qui ont dû quitter leurs foyers en raison des violences.
Les explosions n'ont pas été revendiquées, mais elles correspondent au mode opératoire habituel de Boko Haram.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : on tourne en rond !

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué