Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Pas d'élection présidentielle, nous ne céderons pas le pays à l'Iran, martèle Rifi

Le ministre libanais démissionnaire de la Justice, Achraf Rifi, est revenu lundi à la charge au sujet de l'élection présidentielle, affirmant qu''il n'y aura pas de scrutin et marquant son refus de "céder le Liban à l'Iran".

M. Rifi a confié au quotidien koweïtien al-Siyassa qu'il déploiera tous ses efforts "afin de barrer la route à tout candidat partageant le programme de la coalition du 8 Mars (pro-régime syrien) ou du président syrien Bachar el-Assad, ou encore de l'Iran".

"Il ne faut pas traiter légèrement les manœuvres visant à soutenir la candidature de Michel Aoun (le fondateur du Courant patriotique libre) et destinées à embarrasser le Hezbollah (son allié), car cette question est stratégique et ne doit pas faire l'objet de manœuvres. Cela est un jeu dangereux pour le pays", a par ailleurs affirmé M. Rifi, critiquant ainsi implicitement le chef du Courant du Futur, Saad Hariri.

M. Hariri soutient à ce jour la candidature du chef des Marada, Sleiman Frangié, mais selon de nombreux observateurs, le leader sunnite pourrait bientôt apporter son soutien à Michel Aoun, alors que la magistrature suprême est vacante depuis le 25 mai 2014. Le fondateur du CPL bénéficie déjà du soutien des Forces libanaises et du Hezbollah.

"Nous menons actuellement un grand combat contestataire, et nous ferons bientôt partie de l'opposition et nous ne baisserons jamais les bras", a ajouté M. Rifi. Et le ministre démissionnaire de conclure : "Nous ne pouvons accepter Michel Aoun ou Sleiman Frangié en tant que président, et nous résisterons contre tous ceux qui prônent un agenda syrien ou iranien. Il n'y aura pas d'élection présidentielle, ils se font des illusions, et ce pays ne sera pas à la solde de l'Iran".


Le ministre libanais démissionnaire de la Justice, Achraf Rifi, est revenu lundi à la charge au sujet de l'élection présidentielle, affirmant qu''il n'y aura pas de scrutin et marquant son refus de "céder le Liban à l'Iran".
M. Rifi a confié au quotidien koweïtien al-Siyassa qu'il déploiera tous ses efforts "afin de barrer la route à tout candidat partageant le programme de la...