Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde

Le 17 octobre 1961 en quelques données

Sous le titre 17 octobre 1961 : ce massacre a été occulté de la mémoire collective (17/10/2012), le journal Le Monde, citant les chercheurs anglais Jim House et Neil Mac Master, rappelle que « Paris a été le lieu d'un des plus grands massacres des gens du peuple de l'histoire contemporaine de l'Europe occidentale ». Si pour Le Figaro, à l'époque relais officiel de l'État gaulliste, la répression a fait 2 morts et 44 blessés, des études historiques vont peu à peu établir une tout autre vérité. L'historien Jean-Luc Einaudi avance le chiffre de 325 Algériens tués, mais sur une période couvrant septembre et octobre. La répression, en cette nuit du 17 octobre, est un pic dans un processus violent que des historiens n'hésitent pas à qualifier de « ratonnades » policières pour venger des collègues tués par des militants du FLN. Tout en relativisant les chiffres donnés par Jean-Luc Einaudi, Jim House et Neil MacMaster parlent de plus de 120 victimes et n'hésitent pas à écrire « qu'un processus systématique et presque général de falsification a bel et bien été mis en œuvre lors de la préparation des documents et des dossiers relatifs aux Algériens assassinés ». Pour l'historien Pierre Vidal-Naquet, l'occultation, pendant des décennies, d'un tel événement en plein Paris est une « énigme ». Pourtant le rôle d'un acteur souvent oublié permet de mieux comprendre le voile jeté sur ces événements. Selon l'historien et politiste Emmanuel Blanchard, « certains témoins interviewés 30 ou 40 ans après les faits ont même affirmé que les forces de l'ordre n'avaient pas été les seules responsables des cadavres jetés dans la Seine : des pompiers, des machinistes de la RATP, mais aussi de simples passants leur prêtèrent main-forte. Même si d'autres Parisiens tentèrent de faciliter la fuite d'Algériens pourchassés par les forces de l'ordre, cette implication directe de civils dans la répression d'une démonstration politique mérite d'être notée. »


Sous le titre 17 octobre 1961 : ce massacre a été occulté de la mémoire collective (17/10/2012), le journal Le Monde, citant les chercheurs anglais Jim House et Neil Mac Master, rappelle que « Paris a été le lieu d'un des plus grands massacres des gens du peuple de l'histoire contemporaine de l'Europe occidentale ». Si pour Le Figaro, à l'époque relais officiel de l'État gaulliste,...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut