X

La Dernière

Quelqu’un m’a dit...

les potins
11/10/2016

Carole à Versailles
Samedi, l'héroïne du Grand Trianon, sanctuaire des représentations de Marie-Antoinette, n'était pas la Kirsten Dunst de Sofia Coppola, mais Carole Ghosn, l'épouse du PDG du groupe Renault et de son allié Nissan. Glamourissime en robe vert émeraude Rabih Keyrouz, Carole fêtait ce soir-là son anniversaire. Et c'est à l'excellent Rabih qu'elle a confié la direction artistique du dîner. Elle a bien fait, parce que le créateur a peaufiné au microdétail près une fastueuse table en U, qui a plongé les 120 convives dans une atmosphère digne des fêtes du Roi-Soleil : assiettes en porcelaine de Limoges datant du XVIIIe, couverts et candélabres en argent et vermeil, 700 verres et vases de cristal Saint-Louis, le tout emprunté aux antiquaires. Noyé de toutes les couleurs d'hortensias, de roses, d'œillets et de dahlias, se croisant avec des grappes de raisin, de clémentines, de mangues, de poires et autres fruits juteux, le centre de table avait pris les allures d'un jardin fleuri et embaumé. Champagne grand cru, vin d'Ixir (évidemment!), agapes à la hauteur de ce magnifique lieu, élaborées par Fleur de Mets, un des dix premiers traiteurs et organisateurs de réceptions parisiens.
Au programme : Hiba Tawagi et Oussama Rahbani, et un DJ qui a fait péter ses platines, dans une ambiance frénétiquement happy. Se sont associés à cette parenthèse enchantée, les enfants respectifs de Carlos et Carole, Nadine et Maya Ghosn, Daniel, Anthony et Tara Marchi. Dans l'assistance, Anita et Joseph Nassar, Leila et Nouhad Machnouk, Claudine et Élie Saab, May Daouk, Maria Osseimi, Zaza et Philippe Jabre, Viviane Debbas, Laura et Samir Lahoud, Danièle de Piccioto, Wassim Rassamny, Maria es-Saïd et Michael Grahne, l'ami d'enfance de Carole, Karine Rahmé (avec Fadi), Monique et Khalil Daoud, Maria et Fadi Nahas, Dana Askari, Tamara Osta, Amr Chaker, Kamal Mouzawak, Joumana et Karam Atallah. Au cou de Tania Abi Nader (avec Malek), pendait le collier d'émeraude baptisé « Amal » de Sélim Mouzannar, une création exceptionnelle qui avait remporté le trophée du plus beau bijou au Salon Couture de la haute joaillerie internationale, à Las Vegas. Nada Abou Jaoudé (accompagnée de Carlos) était chaussée d'une extravagante paire de bottines Balenciaga. En bon cheikh libanais, Marwan Hamza a fait une entrée remarquée dans une abaya en soie enfilée sur un costume Marc Jacobs, un ruban passé sous le col d'une chemise noire Hermès, et des mocassins-mules fourrés made by Gucci.
Parmi les présents également, des amis venus de New York, comme Nayla Hadchiti, Lara et Habib Keyrouz, Rima et le frère d'Amal Clooney Ziad Alameddine ; de Londres, Sara et Hussein Khalifa ; et débarquant de Hong Kong pour assister à la fête Sherine et Salim Salam. Mais la liste est longue.

La petite révolution de Rabih
Boulevard Raspail, Paris. Pour son défilé printemps-été 2017, Maison Rabih Keyrouz a tout chamboulé d'un coup, d'un seul ! Pas d'invités : ni stars du moment, ni actrices, ni amies. Les rangs étaient occupés par les journalistes de mode. Pas de top model non plus. C'est la sublimissime Marie-Agnès Gillot, étoile danseuse de l'Opéra de Paris, et dix jeunes ballerines aux pieds nus qui ont joué les apprentis mannequins. Elles se sont adonnées à un défilé de mode, histoire de présenter les pièces de notre petit prince couturier. Pas dépaysée pour un sou, la brune à la silhouette de rêve et les petits rats ont évolué au son de Sunday Morning du Velvet Underground, et assuré avec brio leur présence sur les planches en s'appropriant l'esprit du vêtement, mettant toute la poésie qui émane de la collection. Un pur moment de bonheur. « Elles ont capté comme personne toute l'émotion avec laquelle j'ai créé », nous dit Keyrouz, tout fier et ému. Il a reçu une standing ovation d'une minute.

Nouvelle mission pour DJ Rodge
Roger Saad, producteur, artiste et DJ (connu sous le nom de DJ Rodge) est nommé ambassadeur de bonne volonté de Brave Heart Fund (BHF). Son rôle ? Sensibiliser et collecter des dons auprès d'une audience plus jeune, parce qu'« aucun enfant ne doit mourir de maladie cardiaque pour cause de manque de fonds ». L'annonce a été faite lors d'un cocktail offert chez Liza pour célébrer le cap des 3 000 enfants opérés. L'événement a réuni toute l'équipe des volontaires, les partenaires, les ambassadeurs de bonne volonté, les médecins et les bienfaiteurs, qui contribuent depuis 13 ans à sauver la vie des enfants atteints de cardiopathie congénitale (CHD), ainsi que les patients accompagnés de leurs parents. Selon le directeur du Children's Heart Center à l'AUBMC, le Dr Fadi Bitar, le coût des dépenses médicales et chirurgicales est lourd : il varie entre 4 000 et 30 000 dollars par enfant. Vu le nombre croissant des familles nécessiteuses, BHF compte sur l'aide de tous les amis pour poursuivre sa mission. Leur soutien est « inestimable », a souligné Joumana Atallah, cofondatrice de l'association, qui a rendu hommage à tous les donateurs et à la détermination et persévérance de toutes les équipes de Brave Heart Fund.

ditavonbliss@hotmail.com

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué