X

Moyen Orient et Monde

Ces guerres intestines qui continuent d’affaiblir les rebelles en Syrie...

Éclairage

L'opposition syrienne aurait reçu des armes antiaériennes pour la première fois depuis le début du conflit.

11/10/2016

C'est une « petite guerre » dans un conflit majeur. Mais comme chacune de ces « petites guerres », qui se multiplient en Syrie à mesure que le conflit se prolonge, ses enjeux dépassent largement le simple cadre local.

Les combats qui ont opposé ces derniers jours les combattants d'Ahrar al-Cham et ceux de Jund el-Aqsa, dans la province d'Idleb, mettent une nouvelle fois en évidence les nombreuses disparités au sein de ce que l'on a coutume d'appeler « les forces rebelles ». Ici, la ligne de fracture est essentiellement idéologique : les salafistes d'Ahrar al-Cham, groupe rebelle le plus puissant en Syrie et proche d'Ankara, accusent certains membres du Jund al-Aqsa, désigné comme « entité terroriste » par Washington, d'être directement liés au groupe État islamique (EI). Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra), proche de Jund al-Aqsa, mais qui collabore avec Ahrar al-Cham au sein de la coalition Jaych al-Fateh dans le nord de la Syrie, a essayé de calmer le jeu entre les deux groupes.

Dimanche, Fateh al-Cham a annoncé qu'il reprenait sous son aile les combattants radicaux de Jund al-Aqsa. « Ils ont toutefois posé deux conditions : que les combattants liés à l'EI soient jugés par les responsables d'Ahrar al-Cham ; et que Jund al-Aqsa soit complètement dissous », explique une source au sein de l'opposition syrienne qui a souhaité garder l'anonymat. « Les combats ne devraient pas tarder à cesser. Il n'y a pas de raison qu'ils se prolongent alors que les deux groupes partagent un même objectif : faire tomber le régime », confie un combattant à Alep, contacté via WhatsApp, sous couvert d'anonymat.

L'allégeance de Jund al-Aqsa à l'ex-Front al-Nosra ne résout pourtant pas vraiment le problème. À court terme, les combats devraient effectivement cesser. Les trois formations ont publié hier un communiqué affirmant qu'elles avaient trouvé un terrain d'entente. Mais à long terme, cela risque de creuser davantage le fossé entre les différents groupes rebelles, qui n'ont réussi à gagner du terrain sur le régime que dans les rares moments – comme durant le printemps 2015 – où ils faisaient front commun.

« Fateh al-Cham s'est présenté comme faisant partie de la rébellion, mais en prenant Jund al-Aqsa sous son aile, il joint ses forces à un groupe considéré (...) par chacune des factions de l'opposition comme un paravent de l'EI », explique à l'AFP Charles Lister, du Middle East Institute. « Fateh al-Cham montre que la protection de jihadistes, même ceux assez extrémistes pour être frappés du label EI, est plus importante que celle de l'opposition au sein de laquelle il a tellement essayé de s'incruster », poursuit l'expert. La décision de Fateh al-Cham pourrait conduire à l'affaiblissement des forces rebelles, soit du fait de leurs divisions, soit du fait de ce qui pourrait être objectivement perçu par leurs soutiens extérieurs comme une radicalisation.

 

(Pour mémoire : La mort de Saraqeb, nouveau coup dur pour Fateh al-Cham)

 

« Nous comptons beaucoup sur les pays frères et amis »
La résistance des groupes rebelles face aux forces loyalistes, particulièrement à Alep, tient pourtant autant à la question de leur armements qu'à celle de leur unité. Des rumeurs faisaient état le week-end dernier d'une livraison d'armes, notamment des missiles Tow et des Manpads (armes antiaériennes), aux forces rebelles « modérées ». « Nous avons reçu des armes, mais elles ne sont pas arrivées à Alep », confirme le combattant rebelle. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté hier que l'opposition avait utilisé pour la première fois hier des armes antiaériennes à Deraa, financées par les pays arabes et en provenance d'Europe de l'Est.

Le porte-parole du Haut-Comité des négociations (HCN), Salem al-Moslet, avait affirmé plus tôt dans la journée, en réponse à une question, que « l'opposition n'avait pas reçu d'armes antiaériennes ». Il a précisé qu'elle n'en attendait pas de l'administration américaine de Barack Obama en fin de mandat.
En revanche, « nous comptons beaucoup sur les pays frères et amis (...) pour une levée de l'embargo sur l'armement sophistiqué imposé à l'opposition », a-t-il ajouté. La livraison de ces armes pourrait permettre aux forces rebelles d'abattre les avions qui survolent à basse altitude les zones tenues par l'opposition. Les Américains avaient, jusqu'à maintenant, mis leur veto à la livraison de telles armes, de peur qu'elles ne tombent en de mauvaises mains. Si les armes ont été effectivement livrées, Washington doit donc suivre de très près l'évolution de cette « petite guerre » entre les deux groupes rebelles syriens.

 

 

Pour mémoire

Plusieurs groupes rebelles seraient sur le point de fusionner en Syrie

Le revirement d’al-Nosra serait-il un signe d’ouverture ?

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sabbagha Antoine

La guerre civile syrienne semble donc longue et sans issue à jour . Triste .

ACE-AN-NAS

Je ne suis pas sûr que l'auteur de cet article ait lui même compris cet imbroglio wahabite.

Et il veut nous convaincre que pour ce qu'il appelle des rebelles c'est encore jouable à Alep.

Comprenez donc ce que les occidentaux seraient capables de comprendre ce qui se passe chez nous en.livrant des armes qui nous ont amené là où nous sommes aujourd'hui.

En plus que dans le groupe des éberlués rebelles il.se trouve des factions qui roulent pour le regime, mais chut faut pas que ça se sache.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES REBELLES SONT SYRIENS... CEUX DE L,EX NOSRA SONT SYRIENS MAIS RECUPERABLES UN JOUR... CEUX DE L,E.I. SONT TRUFFES D,ETRANGERS EN TETE DESQUELS PRESQUE 95PCT DE RUSSES TCHETCHENES... ET CES DERNIERS SONT MENAGES ET PAR LES RUSSES ET PAR LE REGIME... ILS ESSAIENT DE LIQUIDER LES VRAIS REBELLES POUR PRESENTER APRES AU MONDE LE REGIME COMME COMBATTANT UNIQUEMENT L,E.I. MAIS CA NS PASSERA PAS !

Chammas frederico

Qui est avec qui, réellement et pour quoi faire après la fin espérée du chaos?

M.V.

les "rebelles" quelle appellation douteuse pour désigner des djihadistes ,de tous bords et tous pays...qui changent de cartes de visites au gré de leurs intérêts du moment...Voilà, que sans vergogne ...les occidentaux appellent ca le "printemps arabe" ..! faut 'il rire ou pleurer ...ou les deux..?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué