Rechercher
Rechercher

Liban - Justice

L’interrogatoire de Hannibal Kadhafi reporté encore une fois pour vice de forme

La justice libanaise a reporté hier à une date ultérieure non précisée l'interrogatoire de Hannibal Kadhafi, fils de l'ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi. Hannibal Kadhafi est suspecté d'occulter des informations au sujet de l'affaire de l'enlèvement en 1978, en Libye, de l'imam Moussa Sadr et de ses deux compagnons, le cheikh Mohammad Yaacoub et le journaliste Abbas Badreddine.
Le report de l'interrogatoire a été décidé par le juge Zaher Hamadé afin de répondre à une demande de l'avocat de M. Kadhafi, Akram Azouri, au sujet d'un vice de forme concernant deux plaintes déposées par les familles de l'imam Moussa Sadr et du cheikh Mohammad Yaacoub.
Le 20 août dernier, l'avocat de la famille Sadr, Chadi Hussein, avait annoncé que celle-ci avait déposé une plainte à l'encontre de M. Kadhafi. M. Hussein avait expliqué, le jour même, l'hypothèse de l'implication de Hannibal Kadhafi dans l'affaire : « L'interrogatoire de M. Kadhafi devrait se faire à la lumière de données qui prouvent son implication dans la prolongation de l'enlèvement, d'autant que M. Kadhafi a été un pilier du système sécuritaire de son père et a dirigé des groupes armés dont l'un était responsable de l'enlèvement du médecin libanais Hussein Hobeiche en Libye le 2 mars dernier. »
Pour sa part, le juge Hassan el-Chami a révélé à la chaîne MTV qu' « à la suite d'un interrogatoire qui s'est étalé sur 5 heures, et après avoir élaboré des détails sur l'affaire, Hannibal Kadhafi a accepté de divulguer les noms et les adresses des officiers qui ont participé à l'enlèvement, à condition qu'il soit libéré en contrepartie ». « C'est ce qu'on appelle » occulter des informations », a indiqué le juge.
Selon l'agence al-Markaziya, l'interrogatoire censé se tenir hier n'a pas eu lieu parce que l'accusé a refusé de s'exprimer, à la demande de son avocat. « Étant donné que le juge Hamadé est un juge près de la Cour de justice, et qu'il n'est pas compétent pour s'occuper de l'affaire de Hannibal Kadhafi, mais uniquement de celle de la disparition de l'imam Sadr et de ses deux compagnons, l'arrestation de M. Kadhafi va à l'encontre de la loi », a affirmé M. Azouri. Et de poursuivre : « La justice libanaise n'est pas compétente pour traiter la nouvelle plainte déposée contre M. Kadhafi. »
M. Azouri a également déclaré à l'agence : « Nous avons demandé au juge de se considérer incompétent parce que cette affaire devrait lui être assignée par un décret ministériel, ce qui n'est pas le cas. » « Je comprends les attentes du public parce qu'il s'agit d'une affaire délicate, mais le juge est censé respecter la loi et non pas les souhaits », a-t-il conclu.
Le juge Hamadé a décidé ainsi d'accorder un délai supplémentaire à l'accusation afin de répondre à la demande de l'avocat de Hannibal Kadhafi. Le dossier sera ensuite transféré au parquet général afin que celui-ci puisse examiner la demande de l'avocat.
En outre, les avocats de M. Kadhafi, Akram et Rana Azouri, ont déposé une plainte auprès d'une équipe spécialisée en matière de détention arbitraire aux Nations unies à Genève à l'encontre de l'État libanais concernant l'arrestation de Hannibal Kadhafi, « qui ne respecte ni le droit libanais ni le droit international ».

La justice libanaise a reporté hier à une date ultérieure non précisée l'interrogatoire de Hannibal Kadhafi, fils de l'ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi. Hannibal Kadhafi est suspecté d'occulter des informations au sujet de l'affaire de l'enlèvement en 1978, en Libye, de l'imam Moussa Sadr et de ses deux compagnons, le cheikh Mohammad Yaacoub et le journaliste Abbas Badreddine.Le...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut