Rechercher
Rechercher

Économie - Arabie saoudite

À la Mecque, le commerce des « souvenirs » du hajj ne connaît pas la crise

Pour les vendeurs de souvenirs de La Mecque, le chiffre d’affaires grimpe vite pendant la période du pélerinage. Ahmad Gharabli/AFP

Pour se rendre à La Mecque et accomplir le pèlerinage musulman, ils ont dépensé des milliers de dollars. Mais en plus de l'avion et de l'hôtel, il est un budget incontournable : celui des cadeaux que le pèlerin doit impérativement rapporter par brassées au pays.
Sidi Mokhtar Dembele a déjà dépensé « 500 000 francs CFA », soit 849 dollars, pour acheter « beaucoup de chapelets », des tapis de prière et d'autres souvenirs qu'il compte offrir à la famille et aux amis restés au Mali. Cet inspecteur des douanes de 54 ans affirme n'avoir fait qu'accomplir un devoir religieux. « C'est ce que le prophète Mahomet nous a demandé, on doit ramener des cadeaux à la famille et aux amis », dit-il dans une rue encombrée où s'alignent les échoppes.
À quelques dizaines de mètres de la Grande Mosquée, sur l'avenue Ibrahim al-Khalil où les boutiques rivalisent d'éclairages clignotants et de pancartes dans toutes les langues pour attirer le chaland, Mohammad Hassan fait également ses emplettes. « J'ai déjà acheté des abayas, des chapelets, des tapis de prière, de l'encens », égrène cet ingénieur égyptien de 61 ans. En tout, son budget atteint « 3 000 rials saoudiens », dit-il, soit 816 dollars. Une somme conséquente qui s'ajoute aux près de 6 750 dollars qu'ont coûté le voyage en avion et les nuits d'hôtel à La Mecque et Médine, les deux villes saintes d'Arabie saoudite, reconnaît-il en grimaçant. Mais, dit-il, impossible d'y échapper car « ce seront des souvenirs dont les amis et la famille seront fiers. Ils ont une vraie valeur, un prix inestimable ». « Mes enfants pourront dire"papa m'a rapporté ça de la Kaaba" , le saint des saints, ce bâtiment cubique autour duquel a été construite la Grande Mosquée et en direction de laquelle les musulmans prient cinq fois par jour », poursuit l'homme en djellaba traditionnelle, le sourire aux lèvres en essayant de se frayer un chemin parmi la foule.

Économies de toute une vie
Car si le hajj est pour les musulmans d'abord une aventure spirituelle, un retour sur les lieux mêmes où Mahomet a accompli les rites demeurés inchangés, c'est aussi une industrie que l'Arabie saoudite souhaite développer encore plus, notamment pour se ménager une alternative à la rente des hydrocarbures, qui représente près de 50 % du PIB.
La saison du hajj, avec 1,4 million de pèlerins étrangers attendus à La Mecque sur une dizaine de jours, est la plus importante. Mais le petit pèlerinage (omra) peut aussi être accompli tout au long de l'année. Ces millions de musulmans venus du monde entier sont une manne qui draine des milliards de dollars chaque année. En 2015, selon la Chambre de commerce et d'industrie de La Mecque, les pèlerins étrangers ont dépensé près de 20 milliards de rials saoudiens durant le hajj, soit 5,44 milliards de dollars, et les locaux plus d'un milliard de dollars.
Des dépenses « pour lesquelles on a économisé toute notre vie », assure Gamal Hamada, lui aussi venu d'Égypte avec son épouse. « On a travaillé pendant des années pour se payer le hajj » et une fois ce « rêve réalisé », il faut rentrer au pays les bras chargés de cadeaux. Cette année, alors que le pèlerinage n'a pas commencé, Maged Abdallah, qui tient une petite boutique de tapis de prière et de vêtements islamiques, affirme que son chiffre d'affaires quotidien varie entre 20 000 et 25 000 rials saoudiens (5 440 et 6 800 dollars).
Son voisin Ali Abou Saadi affirme, lui aussi, que les affaires vont bien. Dans la boutique de ce Yéménite de 66 ans, qui regorge de babioles « made in China pour toutes les bourses, ceux qui sont riches comme ceux qui ont peu de moyens », les clients se bousculent.
Mais il n'y a pas que les chapelets en perles de plastique clinquant ou des horloges remontées pour sonner à l'heure des cinq prières musulmanes fabriquées à la chaîne en Asie et vendues à bas prix. Aux abords de la Grande Mosquée, sur une natte ou un tissu posé au sol, des petits vendeurs proposent un retour au temps du Prophète en vendant l'encens traditionnel du Golfe ou des bâtons de siwak, ces « brosses à dents naturelles » glissées entre les lèvres de nombreux pèlerins. Pour certains, ces bâtonnets vendus une poignée de rials font même partie du rite religieux. « La plupart des cadeaux ont une symbolique religieuse, nous aidons nos proches restés au pays à ressentir la ferveur du pèlerinage », assure Oumar Sar, 58 ans, venu du Sénégal. « Avec ces cadeaux, nous les incitons à renforcer leur foi dans l'espoir qu'ils viennent eux aussi à La Mecque. »
Sarah BENHAIDA / AFP

Pour se rendre à La Mecque et accomplir le pèlerinage musulman, ils ont dépensé des milliers de dollars. Mais en plus de l'avion et de l'hôtel, il est un budget incontournable : celui des cadeaux que le pèlerin doit impérativement rapporter par brassées au pays.Sidi Mokhtar Dembele a déjà dépensé « 500 000 francs CFA », soit 849 dollars, pour acheter « beaucoup de...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut