Rechercher
Rechercher

Le double attentat de Tripoli

Rifi appelle à porter plainte contre la Syrie devant le Conseil de sécurité

Le ministre démissionnaire de la Justice, Achraf Rifi. Photo Ani

La publication de l'acte d'accusation dans l'affaire du double attentat de Tripoli, survenu en 2013, et qui met en cause les renseignements syriens, a suscité plusieurs réactions ce week-end, dont la plus virulente a été celle du ministre démissionnaire de la Justice, Achraf Rifi. Ce dernier a rendu officielle sa demande d'expulsion de l'ambassadeur syrien au Liban, en adressant hier une note à ce sujet au gouvernement.
C'est vendredi que l'acte d'accusation dans l'affaire de l'attentat contre les mosquées as-Salam et al-Takwa, à Tripoli, a été rendu public, mettant en cause deux officiers des services de renseignements syriens, Mohammad Ali Ali et Nasser Joubin. Ce double attentat, qui a eu lieu en août 2013, avait fait 42 morts et 500 blessés.


Achraf Rifi a adressé hier une note au gouvernement pour demander de manière officielle l'expulsion de l'ambassadeur syrien. « Il n'est plus acceptable de continuer à coopérer ou à communiquer avec le régime de Damas, ce qui implique forcément l'expulsion de l'ambassadeur syrien et une prise de position officielle claire par rapport à ce sujet, par respect pour les martyrs qui sont tombés et pour préserver la souveraineté du Liban », a dit M. Rifi dans un communiqué.
Il a par ailleurs suggéré de porter plainte contre la Syrie au Conseil de sécurité de l'Onu. « Nous devons porter cette affaire au Conseil de sécurité de l'Onu pour dénoncer le fait que le régime syrien a porté atteinte à la paix civile au Liban », a-t-il indiqué.


M. Rifi a en outre adressé une note au ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, lui demandant la dissolution du Parti démocratique arabe, dont le fondateur, Ali Eid, et certains membres auraient caché et aidé les responsables de l'attentat. Il a également demandé la dissolution du Mouvement de l'unification islamique relié au cheikh Hachem Minkara. « Je propose de prendre les mesures nécessaires pour dissoudre le Parti démocratique arabe ainsi que le Mouvement de l'unification islamique dont un des membres, Ahmad Gharib, est impliqué dans le double attentat », a souligné M. Rifi. Le Mouvement de l'unification islamique a pour sa part félicité la justice pour son travail dans cette affaire tout en critiquant les propos de Rifi sans le nommer. « Nous aurions préféré que certains politiciens n'utilisent pas le sang des martyrs au service d'intérêts reliés au pouvoir », a dit la formation dans un communiqué publié hier.

Le député Walid Joumblatt a pour sa part salué le travail de la justice libanaise, dans un communiqué publié samedi, tout en dénonçant la volonté de la Syrie « d'ébranler la stabilité du Liban ». « L'acte d'accusation a montré que la justice libanaise est capable de prendre des décisions importantes dans des affaires dangereuses et sensibles. Une fois de plus, les indices prouvent à quel point le régime syrien est décidé à commettre des actes terroristes dans le but d'ébranler la stabilité et la paix civile au Liban », a dit M. Joumblatt.

Le député de Tripoli Mohammad Safadi a, quant à lui, insisté samedi sur son compte Twitter sur la nécessité de traduire les coupables en justice. « La publication de l'acte d'accusation est très importante, mais je pense que l'essentiel sera de traduire les coupables en justice », a souligné M. Safadi.


Lire aussi

Attentats contre les mosquées al-Taqwa et as-Salam : deux officiers des SR syriens mis en cause


La publication de l'acte d'accusation dans l'affaire du double attentat de Tripoli, survenu en 2013, et qui met en cause les renseignements syriens, a suscité plusieurs réactions ce week-end, dont la plus virulente a été celle du ministre démissionnaire de la Justice, Achraf Rifi. Ce dernier a rendu officielle sa demande d'expulsion de l'ambassadeur syrien au Liban, en adressant hier une...

commentaires (9)

Rifi est le meilleur représentant du mouvement populaire du14 mars. Mais il n'est pas le seul. Nawfal Daw et Farès Souaid ont eu dans toutes leurs interviews des positions similaires. D'autre part, si le TSL aboutit à l'accusation officielle des membres du Hezbollah, alors il faudra demander l'extradition en Iran de Hassan Nasrallah et du bureau politique du Hezbollah.

Saleh Issal

16 h 11, le 05 septembre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Rifi est le meilleur représentant du mouvement populaire du14 mars. Mais il n'est pas le seul. Nawfal Daw et Farès Souaid ont eu dans toutes leurs interviews des positions similaires. D'autre part, si le TSL aboutit à l'accusation officielle des membres du Hezbollah, alors il faudra demander l'extradition en Iran de Hassan Nasrallah et du bureau politique du Hezbollah.

    Saleh Issal

    16 h 11, le 05 septembre 2016

  • MARONITE DE NAISSANCE JE ME VOIE REPRÉSENTÉ PAR RIFI. RIFI PRÉSIDENT TOUS LES PATRIOTES SONT D'ACCORD. C'EST L'HOMME QU'IL NOUS FAUT. IL A PROUVÉ SON HONNÊTETÉ À PLUSIEURS REPRISES. CHAPEAU MONSIEUR ACHRAF RIFI. ON EST FIER DE VOIR UN HOMME COMME VOUS QUI BOUGE DANS CE PAYS, HÉLAS TOUT SEUL.

    Gebran Eid

    15 h 28, le 05 septembre 2016

  • QUAND JE DIS QU,IL NOUS FAUT UN -RIFI- POUR PRESIDENT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 40, le 05 septembre 2016

  • Nommer Rifi Président et nous aurons pratiquement résolu 50% de nos soucis. Cet homme saura résoudre le restant des 50% Les chefs des différentes confessions gérant le Liban ont montré la limite de cette organisation gouvernementale. Les libanais doivent choisir l'homme compétent pour diriger le pays, mais pas un vieillard de 83 ans, pas Geagea qui se comporte en girouette, pas Frangié, qui ouvrira les portes aux syriens Les qualités morales d'un homme comme Rifi nous aidera à sortir enfin de cette crise qui mène le Liban à la destruction de sa constitution, et évitera que chaque confession soit le mercenaire d'un pays étranger Nous n'avons pas besoin d'un Erdogan, d'un Assad ou autre dictateur.

    FAKHOURI

    12 h 25, le 05 septembre 2016

  • Rifi for president!!

    George Khoury

    10 h 34, le 05 septembre 2016

  • Il est nécessaire de porter plainte pour la postérité. Un jour celle-ci portera ses fruits. Il a raison le Rifi!

    Pierre Hadjigeorgiou

    10 h 01, le 05 septembre 2016

  • M. Rifi, avec tout mon respect, je peux vous dire que s'adresser à l'ONUn c'est comme si vous parliez aux murs de votre maison

    FAKHOURI

    08 h 19, le 05 septembre 2016

  • on est d'accords il faut porter plainte au conseil de sécurité contre le regime de assad!!

    Bery tus

    03 h 48, le 05 septembre 2016

  • Bonne chance de traduire ces deux énergumènes devant la justice !!!!!!

    issa louis

    03 h 16, le 05 septembre 2016