X

Moyen Orient et Monde

Deux journalistes turcs condamnés pour avoir publié un dessin signé « Charlie Hebdo »

Justice

Hikmet Cetinkaya et Ceyda Karan, du quotidien « Cumhuriyet », écopent d'une peine de deux ans pour « incitation à la haine » et « insultes aux valeurs religieuses ».

OLJ
29/04/2016

Deux journalistes d'opposition turcs ont été condamnés hier pour avoir reproduit en 2015 un dessin du prophète Mohammad à la une de Charlie Hebdo, en solidarité avec la revue satirique française attaquée par des jihadistes, la dernière en série d'atteintes à la liberté de la presse en Turquie.
« Le tribunal (pénal d'Istanbul) leur a infligé une peine de prison de deux ans », a précisé leur avocat Bülent Utku, annonçant qu'il allait faire appel. Hikmet Cetinkaya et Ceyda Karan, deux chroniqueurs de renom, avaient illustré leur éditorial du 14 janvier, dans l'édition papier du quotidien Cumhuriyet, de deux versions réduites de la une du numéro publié par Charlie Hebdo après les attentats du 7 janvier contre le siège de l'hebdomadaire à Paris.
Cumhuriyet, farouche opposant du régime islamo-conservateur du président Recep Tayyip Erdogan, était le seul journal du monde musulman, et l'une des cinq publications internationales, à avoir reproduit des extraits des caricatures publiées par Charlie Hebdo. Une vraie prise de risque dans un pays à 99 % musulman, dirigé depuis 2002 par l'AKP, le parti du président Erdogan, accusé de dérive autoritaire et de museler la presse. Dès le lendemain, la justice ouvrait une information judiciaire contre les deux éditorialistes et interdisait sur le web l'éditorial illustré. Le dessin représente le prophète Mohammad la larme à l'œil et tenant une pancarte « Je suis Charlie », le slogan des manifestants qui ont défilé en France et à l'étranger pour condamner les attaques jihadistes qui ont fait 17 morts à Paris et décimé la rédaction de la revue satirique.

« Grave provocation »
Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu avait alors qualifié la décision de Cumhuriyet de « grave provocation ». Les deux journalistes étaient accusés « d'incitation à la haine » et « d'insultes aux valeurs religieuses ». « Que cette condamnation à deux ans d'emprisonnement soit un cadeau à nos fascistes libéraux », en référence aux tenants du pouvoir en Turquie, a lancé Mme Karan, l'une des deux condamnés, sur son compte Twitter après la décision des juges. « Grand coup porté contre la liberté d'expression et de la presse », a dénoncé Cumhuriyet, l'un des plus anciens quotidiens de Turquie et fervent défenseur de la laïcité, sur son site Internet.
Cumhuriyet est une institution en Turquie, mais aussi la bête noire de l'homme fort du pays. Le journal a fait l'objet ces dernières années de nombreux procès et a été la cible d'attentats. Plusieurs de ses journalistes ont été emprisonnés. Son rédacteur en chef Can Dündar et son chef de bureau à Ankara Erdem Gül sont actuellement jugés pour espionnage après avoir passé trois mois en prison pour avoir diffusé un article faisant état de livraisons d'armes par les services secrets turcs à des rebelles islamistes en Syrie, ce que le régime turc dément.
Le régime turc est régulièrement épinglé pour ses atteintes à la liberté d'expression et le climat de travail s'est considérablement dégradé pour les journalistes, menacés de poursuites judiciaires et de prison. La Turquie a en outre interdit ces derniers temps à plusieurs journalistes étrangers d'entrer ou de travailler dans le pays.
(Source : AFP)

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Émilie SUEUR

L’édito de Émilie SUEUR

De quelle violence parle-t-on ?

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants