X

Liban

Grillage, barrières, etc. : sécurité renforcée dans la grotte de Jeïta

Tourisme

La galerie inférieure de la grotte de Jeïta a été rouverte le 10 avril, après avoir été fermée à la suite d'un accident ayant coûté la vie à un touriste égyptien le 23 janvier dernier. Une mise à niveau de la sécurité a été faite : grillage, barrières, escaliers biseautés, etc.

28/04/2016

À l'entrée de la galerie inférieure de la grotte de Jeïta, le visiteur est accueilli par un courant d'air frais et un grand panneau. Tout neuf. Y sont exposées quelques consignes de sécurité et de bon sens : les enfants doivent être accompagnés, ne pas courir... Un peu moins de quatre mois après un tragique accident ayant coûté la vie à un touriste égyptien le 23 janvier, la galerie inférieure a été rouverte le 10 avril.
Durant ces quatre mois, et suite à la publication d'un rapport établi par Socotec, un bureau de contrôle au Liban, jugeant que la grotte était non conforme aux normes de sécurité, des travaux ont été réalisés. Derrière la grille métallique qui marque le début de la visite, une petite flaque s'est créée sur les marches en béton dont les bords ont été biseautés pour respecter les nouvelles normes de sécurité. Une rampe grise en métal froid a été ajoutée pour éviter les glissades. « Nous avons rehaussé cette rampe de 10 centimètres, elle est désormais à 1 m 30 du sol », explique à L'Orient-le Jour Nadim Haddad, directeur de la société Mapas, chargée de l'exploitation de la grotte de Jeïta.

Dès l'entrée dans la grotte, l'humidité se fait sentir : le bruit constant de la rivière souterraine s'intensifie à mesure que l'on pénètre plus avant dans la grotte, en essayant d'esquiver les gouttes d'eau glacée. Quelques stalactites apparaissent sur les rochers. Certaines sont éclairées.
Une fois le pied posé sur une plateforme où quelques petites barques flottent, le torrent de la rivière souterraine située derrière des barrières grillagées frappe les tympans. Un homme en veste noire salue les visiteurs près d'un extincteur et d'un téléphone d'urgence. Après avoir traversé le serpentin de barrières, l'embarquement est imminent. Des gilets de sauvetage multicolores pour les enfants ornent un présentoir sur le côté. Aucun ne sera donné aux adultes. Une fois assis dans le canot, sous les yeux d'une caméra de surveillance très discrète, le responsable de la sécurité monte à bord et largue les amarres : direction la face cachée de la caverne inférieure découverte en 1836 et ouverte au public en 1958.

(Pour mémoire : La noyade d'un touriste égyptien dans la grotte de Jeïta soulève des questions)

 

Une virée en dehors du temps
En passant sous un immense rocher, le bruit du torrent s'étouffe tout à coup et laisse place au seul léger bruit du moteur de l'embarcation. Quelques gouttes d'eau tombent ici et là et résonnent dans le ventre de la galerie. Le silence s'installe, la température ambiante est de 18 degrés. D'immenses stalactites et stalagmites se dévoilent un peu partout. Après avoir rasé un rocher, le bateau longe une paroi ornée de nouvelles teintes de calcaire. Des mélodies de chutes d'eau, plus rapides et plus fortes, résonnent dans la galerie. De l'eau tombe sur les cheveux des touristes, ils frissonnent.
Une sculpture en calcaire vieille de millions d'années, éclairée par un projecteur, structure l'espace dont elle ôte toute échelle humaine. La grotte paraît démesurée, sans limite, mystérieuse. Les vagues provoquées par le passage du bateau viennent taper les rochers, il fait un peu plus sombre encore. On aperçoit le fond à travers l'eau. Les différentes couches de calcaire polies par l'écoulement de l'eau donnent une impression de neige.

Après un virage rapidement exécuté, la barque fait demi-tour. Tout à coup, de nouvelles formes, de nouvelles teintes se dévoilent. Sur le chemin du retour, le spectacle semble différent. Un grand rocher devient un simple creux. Quelques mètres plus loin, le bruit constant du ruisseau reprend et rompt la tranquillité.
L'agent de sécurité demande aux touristes de baisser la tête. Il le réclame plusieurs fois pour que les passagers situés à l'avant s'exécutent. Tous repliés sur eux-mêmes, ils frôlent l'immense rocher qu'ils avaient croisé à l'aller. Le petit bateau fait un virage et vient se ranger en créneau, comme sur un parking. Les visiteurs descendent en se tenant les uns aux autres et saluent l'homme à la barre, encore rêveurs. Ils montent les marches et sortent de la grotte l'air fasciné, la tête remplie de magie. Passé la porte d'entrée, la lumière et la chaleur du soleil les ramènent brusquement à la réalité.

 

Pour mémoire
Pharaon annonce la réouverture de la grotte inférieure de Jeïta

La grotte de Jeita non conforme aux normes sécuritaires

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Guerre du Yémen : ce qu’en dit un houthi de passage au Liban...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Visconti et les lahem baajine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué