Culture

L’art libanais, star d’une vente à Londres

Événement

Un portrait de « Mrs. Alexander Morten », par Gibran Khalil Gibran, figure parmi les œuvres phares du catalogue Bonhams pour une vente exceptionnelle.

25/04/2016

Bonhams organise cette semaine une vente aux enchères dédiée à l'art libanais moderne. Selon la maison britannique, il s'agit d'une première de cette envergure. L'événement se déroule à Londres ce mercredi 27 avril, sous le titre The Art of Lebanon, et il bénéficie du soutien de la British Lebanese Association (Association libano-britannique).
« Tous les artistes sont libanais, affirme Nima Sagharchi, spécialiste du département d'art moderne et contemporain du Moyen-Orient chez Bonhams. Et ils reflètent la diversité du pays du Cèdre, ainsi que ses changements historiques et géographiques. De nombreux paysages syriens ont été réalisés par des peintres libanais, de même qu'on trouve bon nombre d'artistes vivant et travaillant à Paris. Beaucoup d'éclectisme donc dans les lieux, les sujets et les influences », ajoute-t-il.
Plusieurs périodes sont représentées dans le catalogue de la vente qui regroupe des œuvres des pères fondateurs de la peinture libanaise et de grands artistes libanais, tels que Daoud Corm, Gibran Khalil Gibran, Khalil Saleeby, César Gemayel, Moustapha Farroukh, Farid Aouad, Paul Guiragossian, Élie Kanaan, Etel Adnan, Chafic Abboud, Chaouki Choukini, Ayman Baalbaki ou encore la jeune Laudi Abillama.
« Les débuts de l'art libanais au XIXe siècle sont représentées par les peintres "religieux" comme Daoud Corm, Khalil Saleeby et Habib Srour », note M. Sagharchi. Ces précurseurs ont introduit les principes de base de la technique artistique, et après les portraits et les églises, se sont intéressés à la vie quotidienne. Une superbe toile représentant Achrafieh par David Corm montre l'aspect rural de Beyrouth en 1881.
Parmi les œuvres mises en vente, Beirut City Centre (The Egg) d'Ayman Baalbaki ou le tableau Opéra Garnier Paris de Farid Aouad, ainsi que des portraits de Khalil Saleeby et Saliba Doueihy.

« Renaissance artistique significative »
La période de l'après-guerre ou les mouvements abstrait et avant-garde à Paris ont influencé des artistes comme Chafic Abboud, Aref el-Rayess et Paul Guiragossian. À leurs côtés, des artistes encore ancrés dans le style classique comme Farid Aouad et César Gemayel.
« Cette inspiration ou aspect "international" à l'art libanais a pris un essor avec l'expansion de la communauté libanaise à travers les continents. À l'époque contemporaine, des artistes et sculptrices comme Etel Adnan, Huguette Caland et Saloua Raouda Choucair ont marqué l'art libanais de leurs signatures, indique le spécialiste. Le catalogue se conclut avec des artistes contemporains très actifs sur les plans local et international comme Ayman Baalbaki et Zéna el-Khalil. »
On note également, parmi les 80 toiles mises aux enchères, la présence d'œuvres de Mansour el-Habre, Tagreed Darghouth, Rached Bohsali, Assadour et Randa Ali Ahmad... Une vente parallèle, dédiée à l'art moderne et contemporain du Moyen-Orient, aura également lieu ce mercredi 27 chez Bonhams.
Nima Sagharchi, qui porte par ailleurs le titre de directeur des ventes à l'international chez Bonhams, estime que la maison a voulu consacrer une vente spéciale à l'art du Liban car ce pays, « en dépit des circonstances difficiles qu'il a vécues, est en train de vivre une renaissance artistique significative ».
La plupart des œuvres mises en vente proviennent de collections privées. « Cet événement a nécessité un an de préparations. Il sera suivi d'un autre, en octobre 2016, avec une plus grande attention portée aux artistes libanais vivants et appartenant à la jeune génération ».
Si certains restent sceptiques vis-à-vis d'un véritable mouvement de renaissance artistique au Liban, un événement comme celui de la vente Bonhams constitue une preuve indélébile d'un intérêt croissant et bien défini pour l'art du pays du Cèdre.
À signaler qu'une partie des recettes sera versée au profit de l'association libano-britannique British Lebanese Association Scholarship Fund qui accorde des bourses à des étudiants libanais souhaitant poursuivre leur cursus au Royaume-Uni.

 ---

 

Trois œuvres phares

– La pièce star de la vente Art of Lebanon de Bonhams reste incontestablement Mrs. Alexander Morten, un portrait réalisé par Gibran Khalil Gibran (1883-1931) et qui avait, dit-on, fait la renommée du peintre philosophe lors de sa première exposition à New York en 1914. Cette toile a disparu pendant près de 100 ans. Elle réapparaît aujourd'hui donc à Londres. Une magnifique huile sur toile – nimbée du mysticisme de l'auteur du Prophète – représentant Marjorie Morten, épouse d'Alexander Morten, célèbre marchant d'art new-yorkais.
(Estimation : 29 000 – 43 000 USD)

– Beirut City Centre (The Egg) d'Ayman Baalbaki (1975)
Seconde pièce maîtresse du catalogue, cette toile figure parmi les plus grandes et les plus iconiques du jeune artiste libanais, lui-même devenu star des ventes aux enchères. Ce mixed media sur canevas (250X200 cm) datant de 2015, représente la célèbre structure de l'œuf, ancien City Center, bâtiment ovoïde rescapé de la guerre exhibant ses blessures béantes comme un défi à l'amnésie collective.
(Estimation : 86 000 – 140 000 USD)

– Opéra Garnier de Farid Aouad (1924-1982)
L'artiste a vécu à Paris une grande partie de son existence. Les critiques disent d'ailleurs que son art s'apparente à celui des peintres existentialistes français. Cette belle toile, représentant une partie du public à l'opéra parisien, a déjà été exposée à Beyrouth lors de la rétrospective Art From Lebanon, au Beirut Exhibition Center en 2012.
Estimation : 58 000 – 86 000 USD)

 

Pour mémoire
Plus d'un demi-million de dollars pour les artistes libanais à Doha

Vente Arcache : les artistes libanais ont la cote

« Beyrouth a une vraie carte à jouer sur le marché de l'art »

Ayman Baalbaki bat des records à Dubaï

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le casse-tête des alliances électorales...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.