X

Moyen Orient et Monde

À un an de la présidentielle, Hollande menacé par une implosion de la gauche

France

Dans une tribune au vitriol, publiée mercredi par « Le Monde », des personnalités de poids taillent en pièces la politique menée par le président et son Premier ministre.

OLJ
26/02/2016

À quatorze mois de l'élection présidentielle en France, la majorité socialiste au pouvoir est menacée d'implosion après la publication d'une tribune au vitriol de personnalités de gauche contre la politique gouvernementale, un climat qui fait douter de la capacité du président François Hollande à se représenter.
« Trop, c'est trop ! » : dans une violente charge publiée mercredi par le quotidien Le Monde, l'ex-patronne du Parti socialiste Martine Aubry, fille de Jacques Delors, et d'autres personnalités de poids – tel l'eurodéputé Daniel Cohn-Bendit – taillent en pièces la politique menée par le président et son Premier ministre, Manuel Valls. « C'est quelque chose de lourd et d'inédit, souligne Frédéric Dabi, de l'institut de sondages Ifop. À un an d'une élection présidentielle, on n'avait pas vu sous les quinquennats précédents une protestation aussi forte d'un camp du parti majoritaire. »
Les signataires de cette tribune, aux airs de réquisitoire, dénoncent pêle-mêle les allègements des charges en faveur des entreprises – « 41 milliards d'euros mobilisés pour rien » –, le « désolant débat sur la déchéance de nationalité » des Français coupables d'actes de terrorisme ou encore « l'indécent discours » de M. Valls sur les réfugiés. « Ce n'est plus simplement l'échec du quinquennat qui se profile, mais un affaiblissement durable de la France qui se prépare, et bien évidemment de la gauche », assènent les auteurs, en accusant le gouvernement de « saper » les « principes et fondements » du socialisme.
À l'exception d'un ou deux ministres, montés défendre le gouvernement, l'offensive a été accueillie par un profond silence. Le président Hollande, en voyage en Amérique latine, n'a pas réagi et Manuel Valls a attendu 24 heures pour le faire. « Il n'y a pas un début de proposition », a rétorqué hier le Premier ministre français, pour qui « revenir en arrière serait non seulement dommageable pour le président et pour moi, mais aussi pour le pays ».

Une majorité « en miettes »
Le malaise couve depuis des mois entre la gauche et le tandem décrit comme « réformiste » ou « social-libéral » incarné par François Hollande et Manuel Valls, à la tête du gouvernement depuis mars 2014.
La plupart des ministres représentant l'aile gauche du Parti socialiste (PS) ont quitté le gouvernement, la dernière en date étant la ministre de la Justice, Christiane Taubira, qui a démissionné fin janvier pour s'opposer au projet de déchéance de nationalité. Et ceux que l'on surnomme souvent les « frondeurs », comme l'ancien ministre de l'Économie Arnaud Montebourg, n'ont jamais ménagé leurs critiques face au virage « libéral » du gouvernement depuis l'entrée en fonctions de Manuel Valls.
Mais cette fois, « ce n'est pas une pique de plus (...) c'est une vraie crise », estime Frédéric Dabi. « La violence du texte correspond à la violence du désaccord », abonde le politologue Thomas Guénolé. Pour la plupart des analystes, c'est le dernier projet de loi du gouvernement – une réforme du marché du travail – qui a mis le « feu aux poudres ». « Voilà qu'on s'en prend au code du travail ! » s'exclament ainsi les auteurs de la tribune. « Qui peut faire croire qu'augmenter le temps de travail va diminuer le chômage ? » Alors que la gauche, Martine Aubry en tête, plaide traditionnellement pour l'inverse, avec notamment, en 2000, l'instauration de la semaine de 35 heures.
Outre la fille de Jacques Delors, à la personnalité influente, « des intellectuels de gauche de référence comme (le sociologue Michel) Wieworka » et une des personnalités écologistes les plus populaires de France, Daniel Cohn-Bendit, ont signé le texte, relève Thomas Guénolé. « Une rupture aussi profonde » avec des « personnalités aussi majeures (...), c'est grave pour François Hollande », estime-t-il. « Une forme de divorce est bel et bien consommée entre Hollande et sa gauche, y compris socialiste », écrivait hier le journal communiste L'Humanité.
Avec une majorité « en miettes », la « question qui se pose, c'est quid de François Hollande comme candidat du Parti socialiste en 2017 ? », interroge Frédéric Dabi.

Marie WOLFROM/AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.