Dernières Infos

Turquie: trois policiers tués dans une attaque attribuée au PKK dans le sud-est

AFP
18/01/2016

Trois policiers ont été tués et quatre autres blessés dans la nuit de dimanche à lundi dans le sud-est à majorité kurde de la Turquie lors d'une attaque attribuée aux Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), a-t-on appris auprès des services de sécurité.

L'attaque s'est produite dans la localité d'Idil dans la province de Sirnak, près de la frontière syrienne, vers 23h30 lorsqu'un engin a explosé au passage d'un convoi de la police, a précisé à l'AFP un responsable local s'exprimant sous couvert de l'anonymat. Trois policiers grièvement atteints sont décédés des suites de leurs blessures et quatre autres ont été plus légèrement touchés, a-t-il ajouté.
Après plus de deux ans de cessez-le-feu et de pourparlers de paix, des combats meurtriers ont repris l'été dernier entre les forces de sécurité turques et le PKK.

Ankara a aussi lancé il y a un mois une vaste offensive pour déloger des jeunes partisans des rebelles qui ont érigé des barricades dans plusieurs villes du sud-est sous couvre-feu, notamment à Cizre et Silopi, dans la province de Sirnak, et dans le district de Sur à Diyarbakir, la grande ville du sud-est. De nombreux civils ont fait les frais de ces combats, qui ont plongé la région en état de guerre civile.

Plus de 1.200 intellectuels ont signé la semaine dernière une "pétition" pour la paix dénonçant un "massacre" en cours dans ces villes. Le régime du président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan a vivement réagi en dénonçant des "traîtres" et engagé des enquêtes judiciaires contre des dizaines de signataires, également menacés de sanctions disciplinaires par leurs universités. Ces procédures ont suscité de vives critiques en Turquie et à l'étranger, qui ont dénoncé une atteinte à la liberté d'expression.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué