Liban

Le Hezbollah explique son engagement militaire dans des batailles transfrontalières

Les responsables du parti chiite sont revenus à la charge contre les courants jihadistes, justifiant par la même occasion leur engagement dans les batailles en Syrie.

OLJ
29/12/2015

Dans son discours à la Conférence internationale de l'unité islamique, à Téhéran, le numéro 2 du Hezbollah, cheikh Naïm Kassem, s'est longuement étendu sur les défis auxquels la région est confrontée, en affirmant que son parti a réussi – entre autres – à barrer la voie aux « tentatives de faire du Liban un pays satellite », et en mettant l'accent sur la nécessité de continuer de combattre les courants takfiristes dont il a prédit la chute à terme.
Cheikh Kassem a jugé tout aussi nécessaire pour les partisans du courant religieux qu'il représente de « mettre en relief le bien-fondé de leurs projets islamiques ». « Nous continuerons de présenter l'islam comme une religion de tolérance et de morale », a-t-il insisté, avant de mettre en relief « l'importance du commandement » dans ce contexte. « Lorsque nous nous rallions au commandement du wali el-fakih, c'est pour orienter la nation islamique dans une même direction », a expliqué le numéro 2 du Hezbollah, avant de s'exprimer contre toutes formes d'extrémisme.

« Une guerre enragée »
Le ministre d'État pour les Affaires du Parlement, Mohammad Fneich, a expliqué à son tour, dans un discours prononcé lors de l'ouverture d'un Centre de l'imam al-Mahdi, à Chehabiyé, au Liban-Sud, les raisons « qui poussent la Résistance à combattre les jihadistes en Syrie ». Il a estimé qu'une « guerre enragée » est lancée contre le Hezbollah. Il a dénoncé ceux qui « essaient dans le même temps de porter atteinte à l'image de l'islam ». Selon lui, ce sont « les forces occidentales, le sous-développement, la corruption et l'injustice qui sont à l'origine de l'émergence des groupes takfiristes terroristes qui nuisent à l'image de l'islam ».
M. Fneich a insisté sur le fait que son parti s'efforce de montrer de nouveau le vrai visage de cette religion, avant de mettre l'accent sur « ses réalisations en Syrie » et de souligner qu'« un retour en arrière est impossible, quels que soient les sacrifices, parce qu'il n'y a d'autre choix que de faire face à l'agression takfiriste (...) et de préserver la sécurité de la population » libanaise.
Son collègue de l'Industrie, Hussein Hajj Hassan, qui s'exprimait lors d'un meeting oratoire à Nabi Chit, a pour sa part situé l'engagement militaire du Hezbollah en Syrie dans le cadre de « la bataille que celui-ci mène pour déjouer le plan de partition de la région ». Il a dénoncé les discours communautaires « entre sunnites et chiites et entre chrétiens et musulmans » et expliqué que son parti « évite ce discours pour se concentrer sur sa bataille contre les sionistes, les takfiristes et les Américains », l'Occident étant, selon lui, responsable des tentatives de défigurer l'islam.
De Khiam, le député Nawaf Moussaoui a lui aussi mis l'accent sur le danger que les groupes takfiristes représentent pour le Liban, tout en prédisant leur chute dans l'ensemble de la région, non sans avoir attribué à l'Occident la responsabilité du développement des courants takfiristes, « certains gouvernements européens ayant interdit aux jeunes musulmans en Europe de suivre le chemin lumineux éclairé par l'imam Khomeyni, après la révolution islamique en Iran ». « L'Europe a ouvert ses portes aux prédicateurs takfiristes devenus des imams de mosquée qui ont formé des générations de jeunes takfiristes », a-t-il dénoncé. M. Moussaoui a mis l'accent sur l'importance que le Hezbollah accorde au pluralisme et à la coexistence, avant d'encourager les Libanais à s'entendre entre eux, en vue d'une cohésion politique.
Abondant dans le même sens, le chef du bloc parlementaire du Hezbollah, Mohammad Raad, a cependant critiqué les responsables libanais « qui avancent des slogans pompeux pour pouvoir en tirer profit et non pas pour les appliquer ».

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

C.K

Ah! pour sur que notre "dignité d'hommes" y gagne.... mdr, des mercenaires décerebrés qui défilent au pas de l'oie, en gants blancs, en remuant du croupion pour la plus grande gloire du boucher de Damas et du sénile de Teheran..

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES TRANSATLANTIQUES COULENT DANS LES GRANDS OCÉANS. LES TRANSFRONTIÈRES EN DEHORS DES MERS...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ILS ONT BARRÉ LE CHEMIN DE FAIRE DU LIBAN UN PAYS SATELLITE... ILS EN ONT FAIT UN PAYS SUBORDONNÉ EN TENANT TOUT SON PEUPLE EN OTAGE ! LES TYRANNIES DES MINORITÉS FINISSENT MAL...

ACE-AN-NAS

Carry on guys.

Vous faites honneur à notre dignité d'hommes.
Ce que beaucoup ont perdu en route attiré par le clinquant occicon.

Halim Abou Chacra

MM les hauts responsables du Hezbollah, en tête M Kassem, ont une vérité bien facile mais trop dure à admettre : si leurs maîtres, les mollahs d'Iran, et eux-mêmes par obéissance aveugle et servile, n'avaient pas envoyé le Hezbollah et les milices iraniennes combattre en Syrie et sauver la tyrannie du gang Assad; si, au lieu de cela, ils avaient imposé à cette tyrannie un compromis avec l'oppositon syrienne modérée, il n'y aurait eu AUCUN TAKFIRISTE en Syrie. Les mollahs d'Iran et le Hezbollah ont une responsabilité directe dans l'implantation et la consolidation des takfiristes en Syrie. Ils le savent bien mais, bien sûr, n'admettront jamais cette vérité.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Dans ses discours, le calife Abou Bakr…. Al-Baghdadi s'étend sur les défis auxquels le Levant est confronté, en affirmant que son EI a barré la voie aux tentatives de faire de ses pays des satellites, mettant l'accent sur la nécessité de combattre les fakihistes dont il a prédit la chute à terme.
Abou Bakr etc. a jugé nécessaire pour les partisans de l’EI dont il est le calife de mettre en relief le bien-fondé de leurs projets islamiques. Nous continuerons de présenter l'islam comme une religion de morale, a-t-il insisté, avant de mettre en relief l'importance du califat dans ce contexte. Lorsque nous nous rallions au califat, c'est pour orienter la nation islamique dans une même direction, a expliqué le calife, avant de s'exprimer contre toutes formes d'extrémisme.
Il a expliqué les raisons qui poussent Daesch à combattre les fakihistes, car une guerre enragée est lancée contre le califat. Il a dénoncé ceux qui portent atteinte à l'image de l'islam. Ce sont les forces occidentales, le sous-développement, la corruption et l'injustice qui sont à l'origine de l'émergence des groupes fakihistes terroristes qui nuisent à l'image de l'islam.
Il a insisté sur le fait que son EI s'efforce de montrer le vrai visage de cette religion, avant de mettre l'accent sur ses réalisations en Irak et en Syrie et qu'un retour en arrière est impossible, parce qu'il n'y a d'autre choix que de faire face à l'agression fakihiste et de préserver la sécurité de la population levantine."

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Il a situé l'engagement militaire de Daesch dans le cadre de la bataille que celle-ci mène pour déjouer le plan de partition du Levant. Il a dénoncé les discours communautaires entre sunnites et chiites et entre chrétiens et musulmans, et expliqué que son EI évite ce discours pour se concentrer sur sa bataille contre les sionistes, les fakihistes et les Américains, l'Occident étant, selon lui, responsable des tentatives de défigurer l'islam.
Il a aussi mis l'accent sur le danger que les groupes fakihistes représentent pour le Liban, tout en prédisant leur chute dans l'ensemble de ce Levant, non sans avoir attribué à l'Occident la responsabilité du développement des courants fakihistes, certains gouvernements européens ayant interdit aux jeunes musulmans en Europe de suivre le chemin lumineux éclairé par lui le Calife, après la proclamation de son État Islamique en Irak. L'Europe a ouvert ses portes aux prédicateurs fakihistes devenus des imams de mosquée qui ont formé des générations de jeunes fakihistes. Il a mis l'accent sur l'importance que le califat accorde à la coexistence, avant d'encourager les Levantins à s'entendre entre eux, en vue d'une cohésion politique.
Il a cependant critiqué les responsables libanais qui avancent des slogans pompeux pour pouvoir en tirer profit et non pas pour les appliquer." !

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Devoirs de l’homme

Décryptage de Scarlett HADDAD

Aoun déterminé à renvoyer la balle gouvernementale dans le camp du Parlement

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué