Dernières Infos

Le général iranien Souleimani légèrement blessé en Syrie (ONG, source syrienne)

AFP
25/11/2015

Le général iranien Ghassem Souleimani, chef des opérations extérieures des Gardiens de la Révolution, a été récemment légèrement blessé dans des combats contre les rebelles dans le nord de la Syrie, ont indiqué mercredi une source de sécurité syrienne et une ONG.

Le général Souleimani "a été blessé il y a plusieurs jours" lors d'une offensive menée par des groupes de combattants au sud-ouest d'Alep, a précisé la source de sécurité sur le terrain.

Le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, a confirmé à l'AFP qu'il avait été "légèrement blessé il y a trois jours dans la localité d'al-Eiss dans le sud de la province d'Alep".

Des informations circulent depuis plusieurs jours sur certains médias et réseaux sociaux, selon lesquels le chef de la force Qods chargée des opérations extérieures des Gardiens de la Révolution, aurait été blessé, voire tué.

Réagissant à ces informations, le porte-parole des Gardiens de la Révolution, le général Rameza Sharif, avait affirmé mardi que le général Souleimani était "en parfaite santé et plein d'énergie". "Il aide la résistance islamique en Syrie et en Irak", a-t-il précisé, cité par SephaNews, le site officiel des Gardiens.

Selon M. Abdel Rahmane, Souleimani a été blessé alors qu'il "dirigeait les opérations militaires dans le périmètre d'al-Iss contrôlé par les forces prorégime". "De nombreux combattants iraniens se trouvent dans la région", a-t-il précisé.

Selon lui, les groupes rebelles mènent depuis trois jours une contre-offensive pour expulser les forces prorégime de plusieurs localités dans le sud de la province d'Alep.

Le 17 octobre, les forces gouvernementales avaient entamé une offensive pour reprendre le contrôle de cette région avec l'aide de combattants iraniens et du Hezbollah libanais, soutenus par les raids des avions russes.

Les forces russes mènent depuis le 30 septembre des bombardements aériens en Syrie pour soutenir le régime.

"Des combattants du Turkistan, du Front Al-Nosra, de Jund al-Cham et d'autres groupes islamistes combattent les forces prorégime, les combattants iraniens et le Hezbollah", a affirmé le chef de l'OSDH.

Le mois dernier, un responsable américain avait affirmé que jusqu'à 2.000 Iraniens ou combattants soutenus par l'Iran participaient à cette offensive, dans un effort coordonné avec la Russie et le régime du président Bachar al-Assad.

L'Iran n'envoie officiellement pas de soldats en Syrie, mais seulement des "conseillers" membres des Gardiens de la Révolution, qui commandent notamment des miliciens chiites du Hezbollah ainsi que des "volontaires" iraniens, irakiens et afghans.
,

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué