X

Campus

Le Volontariat international francophone, un parcours édifiant

Salma Ould Dada, Marocaine de 24 ans, est volontaire internationale de la francophonie (VIF) au bureau Moyen-Orient de l'Agence universitaire de la francophonie.

06/11/2015

« Vivre une année à Beyrouth dans le cadre du programme de Volontariat international de la francophonie est une expérience des plus enrichissantes », lance Salma Ould Dada, une Marocaine de 24 ans. Diplômée en management, marketing et commerce du Maroc, Salma est aussi volontaire internationale de la francophonie (VIF) au bureau Moyen-Orient de l'Agence universitaire de la francophonie (AUF). Elle a vu dans ce programme, mis en œuvre par l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), un grand plus sur son CV. « Le fait d'avoir travaillé à l'extérieur de son pays montre que l'on peut s'adapter aux situations nouvelles, loin du cadre habituel. Cela montre également que l'on a une certaine malléabilité et une ouverture d'esprit », explique-t-elle. Et d'insister, sûre d'elle : « Cette expérience nous prépare pour intégrer le monde
professionnel. »
De son installation au Liban, Salma lance tout sourire : « Une fois rodé, on s'adapte ! » C'est que si la jeune volontaire s'est rapidement intégrée à l'AUF, son adaptation à la vie à Beyrouth fut, elle, plus lente vu les problèmes quotidiens d'eau et d'électricité. Par ailleurs, Salma trouve la nature du pays « à couper le souffle » et confie avoir apprécié « l'accueil des Libanais » et les « sorties ».
Outre l'expérience professionnelle que lui confère le Volontariat francophone, la jeune fille estime que sur le plan personnel, les acquis sont également importants. « Tout d'abord, on élargit notre réseau. Mais on effectue aussi des échanges culturels. On découvre d'autres horizons », affirme-t-elle en insistant sur la richesse de la différence culturelle. Et de souligner un aspect du Volontariat francophone à ne pas négliger : la rémunération. « Contrairement au bénévole, le volontaire, lui, est rémunéré », indique-t-elle.

Le Volontariat international de la francophonie
Le programme est ouvert aux 57 États membres de la francophonie. Pour postuler, les candidats doivent avoir entre 21 et 34 ans. Ils doivent détenir un diplôme universitaire et doivent impérativement savoir parler, lire et écrire le français. La démarche se fait par étapes. Quelques semaines après le dépôt de la candidature en ligne, les jeunes retenus sont contactés. Ils passent par la suite un entretien par visioconférence avant d'être recrutés. Parmi les deux mille candidats qui ont postulé en même temps que Salma, 50 ont été acceptés.
Les candidats suivent une session de préparation d'une durée de 10 jours avant d'occuper leur poste dans les pays de l'espace francophone.
« J'avais un premier bilan à envoyer à l'OIF au bout de 6 mois, des bulletins mensuels, et un autre à la fin de ma mission », raconte Salma qui conseille aux jeunes Libanais intéressés par ce programme « de choisir le poste qui correspond le mieux à leur profil pour augmenter leurs chances d'être recrutés ».
Et de conclure, qu'en ce qui la concerne, « si c'était à refaire, je n'hésiterais pas une seconde » !
Pour en savoir plus sur le programme de Volontariat international de la francophonie : http://www.jeunesse.francophonie.org/volontariat

Le VIF en chiffres

Depuis 2007, près de 250 jeunes francophones ont participé au programme. 47 % de femmes et 53 % d'hommes, âgés en moyenne de 28 ans et ressortissants de 33 pays de la francophonie. 75 % d'entre eux sont originaires des pays du Sud et de l'Europe centrale et orientale.


En partenariat avec :

À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le travail des Palestiniens, un dossier délicat et un timing sensible

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants