Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Arrêt sur image

Erdogan et Davutoglu promettent de « continuer d’anéantir » la guérilla kurde

Photo Murad Sezer/Reuters

Plus de 100 000 personnes ont conspué le « terrorisme » des rebelles kurdes hier à Istanbul lors d'une manifestation géante qui avait des allures de meeting électoral pour le président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan à six semaines des législatives anticipées du 1er novembre.
« Il n'est pas question de faire la moindre concession au terrorisme », a martelé le chef de l'État qui s'est adressé à une foule compacte réunie sur la place de Yenikapi, sur les rivages du Bosphore, à l'appel d'un collectif d'ONG, a constaté l'AFP. Tout comme le Premier ministre Ahmet Davutoglu qui est intervenu avant lui et qui a promis de « continuer d'anéantir » les camps de la guérilla kurde dans le nord de l'Irak, M. Erdogan a promis que l'armée turque « entrerait jusque dans le moindre repaire des terroristes » du PKK qui dispose de bases arrière dans les montagnes du Kurdistan irakien.
Sans le citer nommément, M. Erdogan a de nouveau attaqué le principal parti prokurde de Turquie, le Parti démocratique des peuples (HDP) qui a pour la première fois réussi lors des élections législatives de juin à franchir la barre des 10 % des voix avec 13 % des suffrages et envoyer 80 députés (sur 550) au Parlement d'Ankara. Pourtant censé être neutre, le président a exhorté hier les électeurs à ne pas voter pour le HDP, considéré par les autorités turques comme étant le bras politique du PKK, et à choisir l'AKP « pour que la paix revienne en Turquie ».
Le rassemblement intervient alors que des affrontements meurtriers ont repris depuis deux mois entre l'armée turque et les rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le sud-est de la Turquie, peuplé majoritairement de Kurdes. L'aviation turque a mené ces dernières semaines plusieurs frappes contre ces bases.

Plus de 100 000 personnes ont conspué le « terrorisme » des rebelles kurdes hier à Istanbul lors d'une manifestation géante qui avait des allures de meeting électoral pour le président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan à six semaines des législatives anticipées du 1er novembre.« Il n'est pas question de faire la moindre concession au terrorisme », a martelé le chef de...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut