Liban

Lorsque Riyad et Damas reprennent langue sous la houlette de Moscou...

Décryptage
04/08/2015

Ce qui était impensable il y a quelques semaines a donc eu lieu. Un représentant du régime syrien, et pas des moindres, aurait rencontré un haut responsable saoudien, et pas des moindres, grâce à une initiative de la diplomatie russe. L'information a paru la semaine dernière, et il n'y a pas eu de démenti de la part des principaux concernés, ni de commentaires d'ailleurs, à part un article dans le Sunday Times. La rencontre aurait donc eu lieu à Riyad, dans la seconde moitié de juillet, et elle a réuni le vice-héritier du trône, l'émir Mohammad ben Salmane, et le chef de la Sécurité nationale syrienne, le général Ali Mamelouk, en présence d'un responsable des renseignements russes.

S'il est clair que cette rencontre n'a pas abouti à des résultats concrets, ni à un changement de la politique des deux pays l'un envers l'autre, elle a en tout cas permis à chacun d'exposer son point de vue et ses griefs. Face au gouffre qui sépare actuellement les deux camps, la démarche peut être considérée comme un grand pas et une victoire incontestable pour les Russes, qui ont réussi à saisir le bon moment pour pousser les deux parties à se rencontrer. Selon un diplomate des pays du Brics à Beyrouth, les Russes préparaient depuis longtemps ce projet, considérant qu'ils sont les plus habilités à contribuer à la solution en Syrie, sachant qu'ils se sont investis pleinement dans ce pays qui constitue leur dernier ancrage dans la Méditerranée. Ils avaient d'ailleurs fait des tentatives dans ce sens, avec l'émir Bandar ben Sultan lorsqu'il était encore en charge du dossier syrien et avec l'ancien ministre saoudien des Affaires étrangères l'émir Saoud el-Fayçal. Mais elles avaient toutes échoué, les dirigeants saoudiens étant alors convaincus de pouvoir obtenir la chute du régime syrien en aidant les combattants de l'opposition syrienne.

Aujourd'hui, la situation régionale et en Syrie a quelque peu changé. Le prince Mohammad ben Salmane, qui est, avec son cousin Mohammad ben Nayef, considéré comme l'homme fort du royaume wahhabite s'est donc rendu en Russie pour ouvrir une nouvelle page dans les relations entre son pays et le Kremlin. L'émir, considéré dans son pays comme celui qui a voulu, planifié et qui dirige les opérations militaires au Yémen, a quelques difficultés à s'imposer sur la scène de commandement. D'abord, parce que son cousin, qui est aussi l'héritier du trône, Mohammad ben Nayef, est considéré comme l'homme des Américains en Arabie et ensuite parce que la guerre contre le Yémen s'est enlisée et n'a pas abouti à des résultats spectaculaires et décisifs qui auraient renforcé sa position au sein du pouvoir saoudien. Au contraire, en près de quatre mois de bombardements aériens intenses et de blocus sévère, Ansarallah (les houthis) sont toujours présents sur le terrain et contrôlent une grande partie du pays, notamment les grandes villes, comme Sanaa ou une partie d'Aden. De plus, la fameuse « tempête du Sud » annoncée dans les médias prosaoudiens dans le sud de la Syrie, notamment à Deraa, qui était censée ébranler le régime d'Assad pendant le mois de ramadan et menacer directement sa capitale Damas, a montré ses limites, et, au contraire, les forces du régime sont en train de reprendre l'initiative sur plusieurs fronts à l'intérieur du pays.
Enfin, et c'est sans doute l'élément le plus important, l'accord sur le nucléaire iranien entre la République islamique et la communauté internationale a été conclu, et les dirigeants saoudiens n'ont jamais caché qu'ils y étaient opposés et surtout qu'ils considéraient la signature de cet accord comme un lâchage de la part des Américains. Ce qui justifie dans une certaine mesure le fait qu'ils se tournent vers la Russie, dans une réaction de dépit et de colère, cherchant désormais des points d'entente avec Moscou.

C'est donc dans ce contexte qu'a eu lieu l'initiative russe visant à réunir les dirigeants syriens et les dirigeants saoudiens. Au cours de cette rencontre, l'émir Mohammad ben Salmane a reproché au général Mamelouk l'alignement du régime syrien sur la politique iranienne, et le général a reproché à son tour aux Saoudiens d'avoir laissé le Qatar, qui appuie les Frères musulmans, leur dicter leur politique en Syrie et dans la région. Entre-temps, le président syrien Bachar el-Assad a prononcé un important discours qui a d'ailleurs été largement critiqué par certains médias arabes et libanais, alors qu'il s'inscrivait dans le sillage des derniers développements : Assad a ainsi soigneusement évité de parler de l'Arabie et de son « rôle négatif » en Syrie, comme il le faisait dans ses précédents discours. Il a aussi réduit l'influence de l'Iran sur le régime syrien, en démentant totalement la présence de combattants iraniens aux côtés des forces du régime et en réduisant son aide à la logistique, sans oublier de remercier le Hezbollah en le considérant comme une force alliée unie dans le même projet arabe. Autant de tentatives indirectes de répondre à l'accusation saoudienne d'être devenu un satellite de l'Iran. Le régime syrien a donc ainsi écouté les conseils russes et il a voulu donner une chance à l'initiative du président Poutine.

Ce qui ne signifie certes pas que l'affaire est en voie de règlement. Le fossé est encore très profond entre les deux parties qui continuent à miser chacune sur la défaite de l'autre. Toutefois, l'insistance de certaines rumeurs venues de Turquie sur la détermination de Poutine à lâcher Assad montre que cette initiative russe inquiète de nombreux pays de la région. Si la Russie voulait lâcher Assad, pourquoi se démènerait-elle autant pour arranger une rencontre entre Mamelouk et le prince Mohammad ben Salmane ?
Sauf si Mamelouk lui-même s'apprêterait à lâcher Assad...

 

Lire aussi
Pourquoi l'Iran ne débloquera pas pour l'instant la présidentielle...

Après l'accord sur le nucléaire, l'Iran en – relative – position de force en Syrie

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

sachant qu'ils se sont investis pleinement dans ce pays qui constitue leur dernier ancrage dans la Méditerranée.

en parlant des Russes...akeed ils se sont investit en envoyant des armes sophestiquer au regime contre son peuple lol

maintenant le lecteur ne comprend pas que dans un paragraphe vous affirmer que le future prince heritier est l'homme des américains... mais comme l'arabie saoudite c'est sentis lacher par ceux la meme elles se tournent vers la sainte russie ..

maintenant ma question qu'est ce qui se passe affirmer qlq chose et son contraire?

de plus vous dites apres que la situation en syrie a vue un leger retournement en faveur du regime right? alors comment expliquer vous l'entente des USA avec la turquie et la derniere information sortie de l'etat major US d'attaquer meme les forces d'assad s'en prenant au rebelle?

merci de nous parler de cela !!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Le prévisible a eu lieu. Un du "régime?" syrien, moins que Rien, a rencontré 1 haut saoudien, et pas des moindres, grâce à 1 initiative du Nain poutinien. S'il est clair que cette rencontre n'a pas abouti à un changement de l’Arabie vs ce funeste "régime en Syrie, elle a permis à l’Arabie de s’imposer. La démarche est 1 victoire incontestable pour l’Arabie, sachant que les Russes se sont investis en Syrie, leur dernier ancrage en Méditerranée. Ils avaient fait plusieurs tentatives auparavant mais elles avaient échoué, les Nains poutiniens étant alors convaincus de pouvoir encore soutenir ce moribond régime syrien en l’aidant avec des tonnes de barils d’explosifs ! Now, tout a changé. L’Arabie, encore plus puissante, elle qui a voulu les opérations militaires au Yémen, s'impose donc. D'abord, parce que ce pays est considéré comme l'homme des Américains, et ensuite parce que la guerre contre ces Hoûthis a abouti à des spectaculaires hyper résultats qui ont renforcé sa position. Ce qui ne signifie certes pas que "l'affaiiire" est réglée! Tout de même, l'insistance de rumeuuurs venues de certaines "SOURCES" cette fois-ci sûûûres sur la détermination du Nain à lâcher l’aSSadique montre que l'initiative inquiète l’Iran et son héZébbb Per(s)cés ! La Russie voulant ainsi lâcher l’aSSadiot, elle a fait alors des pieds et des mains pour arranger cette rencontre entre un Määboûd-Määmoûr et le Prince Saoudien. Le Mameloûk s'apprêtant, d'office, à lâcher le (c)hébél-lionceau bien soûûûr !

El Asmar Claudia

Welcome back Mme Haddad. Ça faisait longtemps qu'on ne vous a pas lu, vos articles nous manquaient. On n'a que l'espoir vis à vis de la situation actuelle, en espérant que tous ces démêlés éclairciront l'avenir du Liban, et qu'on en finira des parrainages

Hitti arlette

L'initiative russe inquiete beaucoup de pays , certes . Mais c est surtout chez nous qu elle provoquera des insomnies chez les uns ,et des angoisses et des crises d anxiete chez les autres .. Mais Les caméléons , habitués au retournement des vestes ne réussiront pas cette fois a trouver le créneau dans ce grand changement de situation , ou a récupérer des places à jamais perdues .. Its a pity !!!

AIGLEPERçANT

Enfin le souffle réparateur avec l'arrivée de Scarlett . Ce qui m'interpelle un peu c'est les déclarations tonitruantes de victoire bensaoud au Yémen qui annoncent des cessez le feu unilatéraux , des débarquements , des libérations de Aden etc...alors que leurs frontières avec le Yémen sont toutes sous le feu des missiles des rebelles après 4 mois de bombardements intensifs et infructueux des bensaouds .
Mon interprétation serait que la précipitation des dirigeants bensaouds viendrait du fait qu'il s'accroche à n'importe quoi pour donner l'illusion d'une victoire en vue de lâcher du lest en Syrie , où ils vont définitivement se casser .
Et on verra cette région qui est la nôtre passer sous le giron Russie/Iran NPR / résistances .
Enfin !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL Y MANQUAIT LE TRANSPORTEUR SAMAHA !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre la crise économique et financière et l’implantation des Palestiniens...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants