X

Moyen Orient et Monde

Une Gay Pride réprimée à Istanbul à coups de gaz et de canon à eau

Société
OLJ
29/06/2015

La police antiémeute turque a violemment réprimé hier une Gay Pride, lançant des gaz lacrymogènes et utilisant des canons à eau pour disperser des milliers de manifestants rassemblés pacifiquement dans le centre d'Istanbul, a constaté l'AFP.
Lorsque des manifestants portant des drapeaux d'arc-en-ciel ont scandé des slogans dénonçant « le fascisme » du régime du président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan, la police, présente en nombre à l'entrée de la grande artère piétonne Istiklal, a chargé en force la foule, utilisant par endroits des balles en caoutchouc. Avant le lancement de la marche, de nombreux policiers en tenue ont fermé l'accès à la place Taksim, sur laquelle s'ouvre la rue Istiklal, centre de la contestation contre le régime islamo-conservateur de l'été 2013. Depuis, tout rassemblement est interdit sur la place et ses abords.
Un groupe de civils, apparemment des nationalistes et islamistes qui s'étaient réunis près d'Istiklal, là où devait avoir lieu la marche, ont attaqué les journalistes couvrant l'événement, blessant légèrement plusieurs d'entre eux, dont un photographe de l'AFP. La police n'a pas bronché à cette agression, selon les témoins et les médias. Une vidéaste de l'AFP a, quant à elle, été brutalisée par la police alors qu'elle filmait son intervention musclée. Au moins cinq manifestants ont été interpellés par la police.

Précédentes marches sans problèmes
Pourtant, cette marche devait constituer la 13e édition de la marche des fiertés homosexuelles pour soutenir les droits des LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres), qui s'étaient dans le passé déroulées sans incidents graves en Turquie, où l'homophobie reste répandue, surtout dans les zones rurales. « Nous voulions simplement marcher. Cela fait des années que nous marchons ici en paix. Nous n'avons ni pierre ni arme, nous voulons juste marcher », a expliqué, très incrédule, à l'AFP Can, un jeune militant LGBT. « Et maintenant ils tirent du gaz sur nous sans aucune impunité », a-t-il regretté.
Cette année, la manifestation a coïncidé avec le mois musulman de ramadan. Selon un communiqué publié par l'association des LBGT, « le gouverneur d'Istanbul a interdit la manifestation au prétexte qu'elle intervient pendant ramadan », mois de jeûne en Turquie musulmane mais laïque.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué