X

Diaspora

Eduardo Antonio Zuain : Je me sens fier de mes origines

Diaspora

Fils et petit-fils d'émigrés, le vice-ministre argentin des Affaires étrangères vient d'effectuer une visite au Liban.

15/06/2015

L'histoire de la famille d'Eduardo Antonio Zuain remonte loin. C'est au début du XXe siècle qu'Antoine (Tanus) Zouein, né à Azra (en araméen: colonne), un village du Mont-Liban, dans le Ftouh Kesrouan, au cœur d'une nature merveilleuse et avec une vue plongeante sur la Méditerranée, a pris le chemin de l'émigration.
Antoine Zouein s'est dirigé vers l'Argentine, où il est arrivé en 1913 au port de Buenos Aires pour une nouvelle vie. Son nom devenu Zuain, il a travaillé dans le commerce général, avant de partir pour la province de Santiago del Estero, dans la ville de La Banda, satellite de la capitale de la province, une des riches régions argentines. Cette ville et province comprenait déjà une grande communauté d'émigrés libanais. D'ailleurs, actuellement, le gouverneur de la province est une descendante de Libanais, Claudia Ladesma Abdalah.
Antoine s'est marié avec Nura Abdo Moukarzel, originaire de Aïn-Aar (Metn) au Liban. Ils ont eu trois enfants, dont Eduardo Forllala Zuain, qui a travaillé en tant que gérant à la Banque nationale d'Argentine. Il s'est marié avec une Argentine d'origine italienne, Ada Biscione, et a eu trois enfants, Griselda, Daniel et Eduardo. Ce dernier a suivi la carrière diplomatique pour servir de pont entre l'Argentine et le monde. Eduardo, lui, est toujours célibataire.

Un diplomate dans la famille
Eduardo Antonio Zuain est né à Santiago del Estero. Diplômé en droit en 1962 de l'Université nationale de Tucumán, il a entamé une carrière diplomatique et il est entré en 1994 au service extérieur relevant du ministère argentin des Affaires étrangères. Il a mené plusieurs missions, occupant des fonctions au sein de la direction générale des droits de l'homme de l'ambassade de la République argentine en Italie. En 2010, il est devenu vice-ministre des Relations extérieures dans son pays.
En cette qualité, Eduardo a participé à la conception et à la mise en œuvre des différents aspects afférents à la politique étrangère argentine, aussi bien sur le plan bilatéral que sur le plan multilatéral. De même, il représente l'État argentin au plus haut niveau au cours de toutes les missions qui lui sont assignées.
Entre 2008 et 2010, il a collaboré à la conception et l'organisation du Prix latino-américain mères et grand-mères de la place de Mai, programme destiné à la mise en place de projets d'économie sociale en Amérique latine, organisé par le ministère du Développement social, dans le cadre de l'Unesco. Depuis que la présidente de la République, Cristina Fernandez de Kirchner, l'a nommé à son poste actuel, il a donné de nombreuses conférences dans plusieurs régions de l'Argentine et d'autres pays, dans le but de diffuser les axes et les priorités de la politique étrangère du pays.

Un amoureux du Liban
Eduardo, un amoureux du Liban, a effectué déjà cinq visites touristiques à son pays d'origine. Cette année, il vient d'effectuer une visite officielle pour des rencontres politiques. Il a participé, comme conférencier, au Forum Énergie de la diaspora libanaise, organisé en mai par le ministère des Affaires étrangères.
À l'occasion de la visite du vice-ministre Eduardo Zuein au Liban, le président de la municipalité de Yahchouch, l'architecte Karl Zouein, et le prorecteur de l'Université Saint-Esprit de Kaslik (Usek), Georges Yahchouchi, membre du conseil municipal, ont organisé, en collaboration avec l'ambassadeur d'Argentine au Liban, Ricardo Larriera, une grande réception en hommage au fils de la région. Eduardo était entouré, à sa plus grande joie, de tous les Zouein ainsi que de nombreux amis dans un climat de fraternité libano-argentine. À cette occasion, Eduardo a déclaré que « la visite aux villages de Azra (lieu de naissance de mon grand-père) et Yahchouch (lieu d'origine de la famille) a été l'un des moments les plus émouvants de ma vie ».
Il a poursuivi: «Il est important de préciser que l'Argentine a ouvert ses bras à tous les Libanais, ainsi qu'aux 80 autres communautés étrangères qui vivent aujourd'hui dans ce pays. Tous sont des citoyens de plein droit, n'importe qui peut aspirer à n'importe quelle position, peu importe d'où il vient, dans un climat de parfaite égalité et d'insertion sociale. Les Libanais, pour leur part, ont contribué au progrès et au développement de l'Argentine et je me sens fier de mes
origines.»

À la une

Retour au dossier "Diaspora"

Dernières infos

Les matchs d’aujourd’hui

  • Angleterre
    Panama

    24/06

    15h00 (GMT+3)

  • Japon
    Sénégal

    24/06

    18h00 (GMT+3)

  • Pologne
    Colombie

    24/06

    21h00 (GMT+3)

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué