X

Culture

Shahda, comme Icare, fonce droit vers le soleil

Exposition

Edward Shahda livre, à la galerie Art on 56th*, des impressions authentiques et des états d'âme sans larmes ni pathos. Il témoigne ainsi de sa résistance non armée. En brandissant son art et en déployant ses ailes. Tout comme Icare.

12/05/2015

L'artiste et la mythologie
Edward Shahda aime les personnages mythologiques, ainsi que les légendes. «Notre histoire actuelle leur ressemble tellement», dit-il. Il faut savoir s'en inspirer. D'Icare à Salomé, en passant par Jupiter, Danaé et les figures helléniques, Edward Shahda s'en nourrit pour raconter des histoires sur ses toiles. Il relie ainsi le passé au contemporain «Si j'avais des ailes, j'aurai volé comme Icare, parce que c'est un personnage que j'admire.»


L'artiste et les couleurs

Le travail exposé à la galerie Art on 56th est lumineux. Il ne s'agit certes pas de la même démarche que dans les travaux précédents, puisque Edward Shahda a abandonné la palette flamboyante et les teintes fortes pour ne plus se consacrer qu'aux harmonies de gris, de jaune, mais aussi de bleu et de vert très dilués, qui ponctuent les couches de transparence grisâtres. Ces strates, rendues possibles grâce à des feuilles de riz qu'il parsème sur ses toiles, permettent une double, voire multiple lecture de l'œuvre. Elles contribuent également à cette atmosphère diaphane et floue où les personnages évoluent comme des fantômes. «La tristesse peut être aussi belle que la joie», dit Shahda.


L'artiste et le soleil
Tout comme Icare, on peut voler sans tremper ses ailes dans l'eau et sans les brûler. Être en équilibre entre ciel et terre. Mais à l'instar d'Icare, qui voulait atteindre le soleil, on risque de les brûler, ces ailes, ses propres ailes, et de retomber. Mais, se demande l'artiste, « la quête de la liberté ne vaut-elle pas la peine? L'artiste doit être en constante recherche. C'est ce qui donne une authenticité à son travail.»


L'artiste et la vérité

Mais qu'est-ce que la vérité, au juste? «Chacun peut s'approprier la sienne. Mais il en existe une immuable et au-dessus de tout, absolue, impalpable et indéfinissable. La vérité et la liberté sont jumelles. Elles existent dans l'esprit car conceptuelles. Mais aussitôt qu'elles se réalisent et qu'elles prennent forme, l'essence de leur existence cesse d'être.»

 

*Art on 56th, Gemmayzé, jusqu'au 30 mai.

 

Pour mémoire
Des expositions à ne pas rater en 2015 à Beyrouth

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Hassan Nasrallah : 2 – Michel Aoun : 0

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué