X

Diaspora

Jorge Geraldo Kadri, entre mission diplomatique et retour aux origines

Interview

Le nouvel ambassadeur du Brésil entame sa mission diplomatique au Liban, effectuant par la même occasion un retour aux sources.

04/05/2015

Jorge Geraldo Kadri, nouvel ambassadeur du Brésil, est d'origine libanaise, natif de la première génération. Il est le fils de Joseph Kadri, né à Zahlé en 1929. C'est durant cette décennie que le Liban est passé sous mandat français et que des émigrés du Brésil sont rentrés à Zahlé. On estime que 70 % de la population de Zahlé parlait à l'époque la langue portugaise. La principale rue de la ville était nommée « Rua Brasil ». Ainsi, la communauté binationale Brésil-Liban, ou « Brasilibanaise », a commencé à se former au Liban.
Joseph Kadri a repris le chemin du Brésil en 1948 dans la foulée d'une nouvelle vague d'émigration libanaise. Il est arrivé à Mato Grosso, région du centre-ouest, où il avait déjà de la famille. Il a commencé à travailler dans le commerce avant de se diriger, six mois plus tard, vers la ville d'Aparecida, dans l'État de São Paulo.
Cette ville est continuellement animée, en raison des pèlerinages au sanctuaire national Notre-Dame d'Aparecida (Apparition). Selon la tradition religieuse, une statuette de Marie serait apparue dans le fleuve en 1717 et des miracles auraient eu lieu et continuent jusqu'à nos jours. Notre-Dame d'Aparecida est devenue la patronne du Brésil : les pèlerins viennent de tous les coins du pays et du monde entier pour visiter le site.
Dans les années 40, quand Joseph Kadri est arrivé, la ville accueillait près de 500 000 pèlerins par an. Aujourdhui, ils sont plus de 12 millions. Joseph a ouvert son propre commerce, avant de fonder trois hôtels pour les pèlerins près de la basilique, dont un qu'il a nommé l'« Hotel Oriental », en activité jusqu'à aujourd'hui.
À Aparecida, Joseph a rencontré Genny Kalil Mechica, née dans cette ville en 1930, avec qui il s'est marié en 1950. Elle est la fille des émigrés Ibrahim Mechica de Tarchiche, et d'Isabelle Khalil de Zahlé. Genny, âgée de 84 ans aujourd'hui, réside actuellement au Brésil.
Joseph et Genny ont eu trois enfants : Michel, qui a mené carrière dans l'aviation civile et qui parle arabe, João (décédé en 1992) qui a travaillé au ministère des Affaires étrangères du Brésil, et Jorge qui est diplomate. Le couple a par la suite divorcé. En secondes noces, il a épousé Janete Kadri (qui réside actuellement à Zahlé), avec laquelle il a eu une fille, Thérèse, analyste au secteur consulaire de l'ambassade d'Australie à Dubaï, aux Émirats arabes unis. Joseph est rentré au Liban en 1971 mais, avec le début de la guerre en 1975, il a émigré en Australie où se trouvait déjà son fils Michel. Il est décédé en 1995 à Sydney.

Le Liban dans son imaginaire
Le troisième fils de Joseph, l'ambassadeur Jorge Geraldo Kadri, est né à Aparecida le 31 juillet 1956. Il a suivi des études à l'École préparatoire des cadets de l'air, puis des études supérieures à l'École de formation d'officiels de la marine marchande. Après avoir décroché son diplôme en génie mécanique naval en 1976, il a beaucoup voyagé. Depuis, il a fait des études en gestion d'entreprise et marketing à l'Université fédérale de Rio de Janeiro et en 1983, et suivi des cours de préparation diplomatique à l'Institut Rio Branco. Il devient diplomate et se lance dans une carrière au ministère des Affaires étrangères du Brésil, avant d'occuper des postes diplomatiques en Espagne, Australie, Suisse et Paraguay.
En 2008, Jorge Kadri est nommé ambassadeur du Brésil en Guinée-Bissau, en 2012 en Pologne et en mars 2015 au Liban. L'ambassadeur Kadri a déjà reçu plusieurs médailles brésiliennes et étrangères durant son parcours diplomatique. Il s'est marié en 1980 avec la Brésilienne Elza Magalhães de Sousa, et a eu deux enfants : Sophia est une diplomate, mariée aussi à un confrère, Eduardo Freitas de Oliveira, et Heitor est avocat.
Le Liban, même loin géographiquement, est demeuré dans l'imaginaire de Kadri qui entendait son père énumérer les qualités du pays : beauté des paysages, charme, richesse gastronomique, musique... En 2006, Jorge Kadri a visité une première fois le Liban, après le conflit qui a éclaté en été avec Israël.
Pour sa première mission diplomatique dans ce pays, il affirme « ressentir le sentiment d'un peuple qui, bien qu'il ait subi souffrances et menaces, n'a jamais perdu la joie de vivre ». Maintenant, il s'y trouve en tant qu'ambassadeur et, pour lui, c'est « une immense fierté et une grande responsabilité que de développer les caractéristiques très spéciales des relations entre le Liban et le Brésil ».

Des échanges très actifs
L'agenda bilatéral Brésil-Liban est en plein développement. En 2014, trois accords internationaux bilatéraux ont été signés. Durant la même année, un protocole d'entente a été élaboré entre la Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture de Beyrouth et du Mont-Liban et la Chambre de commerce Brésil-Liban. En 2013, le Brésil a participé sur le plan diplomatique à des réunions du Groupe international de soutien au Liban, lancé à New York. En 2011, il a intégré la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul). Onze jeunes militaires de la marine libanaise suivent des études au Brésil. La convention éducationnelle Brésil-Liban a été signée et en 2007, le premier séminaire d'échange académique Brésil-Liban s'est tenu à Brasilia, avec la participation des universités locales : UL, Usek, NDU,
AUB...
L'ambassadeur Jorge Kadri aspire « à œuvrer avec ténacité et dévouement en vue de fortifier encore davantage les liens d'amitié entre les deux pays. Il veut se concentrer sur la promotion commerciale et l'investissement bilatéral, en plus des aspects culturels et éducationnels ». Son message au peuple libanais : « J'espère être à la hauteur des attentes et des défis que je devrais affronter pour rapprocher les peuples frères du Brésil et du Liban. »

À la une

Retour au dossier "Diaspora"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!