Dernières Infos

Syrie: offensive d'el-Qaëda contre une ville clé du régime dans le nord-ouest

AFP
24/04/2015

La branche syrienne d'el-Qaëda et des groupes rebelles islamistes avançaient vendredi vers la ville de Jisr al-Choughour, l'un des derniers bastions du régime de Bachar el-Assad dans la province d'Idleb (nord-ouest), selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Jisr al-Choughour est stratégique car elle très proche de la frontière avec la Turquie, qui soutient la rébellion anti-Assad, et surtout, elle mène à la province de Lattaquié, fief d'Assad.

La coalition menant l'attaque depuis jeudi, qui se fait appeler l'Armée de la conquête, est la même qui a pris fin mars la grande ville d'Idleb, la deuxième capitale provinciale que perdait le régime en quatre ans de conflit.

Le Front Al-Nosra, branche d'el-Qaëda en Syrie, a lancé l'assaut en envoyant au moins 15 kamikazes ceinturés d'explosifs dans Jisr al-Choughour et a commis une série d'attentats suicide autour de la ville, selon Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

Sur ses comptes Twitter et Facebook, Al-Nosra a posté des photos d'explosifs et de bâtiments détruits, affirmant que cela allait "purifier Jisr al-Choughour" de l'armée d'Assad.

Entre jeudi et vendredi, le Front Al-Nosra et les groupes rebelles, dont notamment l'influent Ahrar al-Cham, ont pris au moins quatre barrages autour de la ville et les combats se poursuivent autour de trois autres positions.

"De violents accrochages ont lieu depuis l'aube et le régime a mené 34 raids aérien dans la zone depuis vendredi matin", a précisé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH, ajoutant que 13 rebelles et 10 soldats avaient péri.

Si la ville tombe, les rebelles pourraient lancer une offensive contre Lattaquié, ce qui "serait très dangereux pour le régime", selon Charles Lister, chercheur associé au Brooking Doha Center.

Jisr al-Choughour est devenue de facto la capitale provinciale du régime après la prise d'Idleb le 28 mars.

Dans la région d'Idleb, le régime syrien contrôle encore la petite ville d'Ariha, à l'est de la ville d'Idleb, la base militaire d'al-Mastouma, au sud, l'aéroport militaire d'Abou Douhour, plus à l'est et quelques localités comme les villages chiites de Kefraya et Foua.

Plus de 220.000 personnes sont mortes depuis le début du conflit en Syrie, en mars 2011, commencée par des manifestation pacifistes contre le pouvoir et devenue depuis une complexe guerre civile.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué