Rechercher
Rechercher

Combats

L’armée et le Hezbollah à l’offensive dans le Sud syrien

D'intenses affrontements entre des insurgés et des combattants progouvernementaux ont fait des dizaines de morts au cours de la semaine écoulée dans le sud de la Syrie, a déclaré hier l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). L'armée du régime de Bachar el-Assad et des combattants du Hezbollah ont lancé une offensive de grande ampleur dans la région contre les groupes d'insurgés, dont le Front al-Nosra, branche syrienne d'el-Qaëda, mais aussi des rebelles non jihadistes. Cette offensive revêt une grande importance dans la mesure où elle concerne l'une des rares régions où des insurgés non jihadistes contrôlent encore des territoires. Plus de 50 insurgés ont été tués dans les combats, de même que 43 soldats de l'armée régulière et des milices alliées au régime, a indiqué l'OSDH. Les médias officiels syriens et la chaîne de télévision du Hezbollah, al-Manar, ont fait état de ces combats dans le Sud au cours des sept derniers jours, déclarant que l'armée de Bachar el-Assad reprenait des territoires jusqu'alors aux mains des « terroristes ». En outre, l'agence de presse syrienne Sana rapporte que les forces syriennes ont infligé « de lourdes pertes » à des « groupes terroristes » à Deraa, hier, après avoir tué de nombreux combattants ennemis et détruit leurs véhicules samedi. « Maintenant que le temps s'améliore, il va y avoir des raids de l'armée de l'air syrienne. Avec ces raids aériens, ils (les militaires) vont progresser au sol », a déclaré Rami Abdel Rahman, qui dirige l'OSDH.
Pour rappel, près de 100 combattants dans les rangs du régime syrien et des rebelles ont péri dans les combats depuis une semaine dans le sud du pays, selon l'OSDH.
Par ailleurs, au moins 35 jihadistes de l'État islamique (EI) ont été tués hier dans différents combats avec des Kurdes syriens aux alentours de Kobané, a rapporté l'OSDH. Les heurts ont eu lieu dans trois endroits différents autour de cette ville symbole, à la frontière syro-turque, reprise entièrement à l'EI fin janvier après quatre mois de combats sanglants. Au moins 22 jihadistes sont morts dans des affrontements à la lisière des provinces syriennes d'Alep et de Raqqa, dont le chef-lieu est la « capitale » du califat installé par l'EI à cheval sur la Syrie et l'Irak voisin. C'est la première fois depuis des mois que des miliciens des Unités de protection du peuple (YPG, kurdes syriens) vont se battre à la frontière de la province de Raqqa. Ils y ont saisi la colline stratégique de Tal Bagdaq, mais quatre d'entre eux y ont perdu la vie, selon l'OSDH. Les autres jihadistes ont péri dans des combats à l'ouest et au sud de Kobané. Selon l'OSDH, les combats autour de Tal Bagdaq sont les plus féroces dans la région depuis la libération de Kobané, et les avions de la coalition ont mené des frappes dans la zone dimanche. L'ONG, basée en Grande-Bretagne et qui bénéficie d'un vaste réseau de sources à travers la Syrie, ne pouvait fournir de bilan de ces raids dans l'immédiat. En outre, selon un communiqué militaire américain, la coalition a mené trois frappes autour de Kobané entre samedi 08h00 et hier 08h00, détruisant un bâtiment et deux véhicules appartenant à l'EI.


D'intenses affrontements entre des insurgés et des combattants progouvernementaux ont fait des dizaines de morts au cours de la semaine écoulée dans le sud de la Syrie, a déclaré hier l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). L'armée du régime de Bachar el-Assad et des combattants du Hezbollah ont lancé une offensive de grande ampleur dans la région contre les groupes...

commentaires (0)

Commentaires (0)