La Dernière

Quelqu’un m’a dit...

15/04/2014

Les FBB se font une place sur scène...

Du champagne à flots et un énorme gâteau en forme de guitare pour célébrer la première performance des Funky Blues Brothers (FBB), les frérots des Monday Blues Band, l'une des références du blues sur la scène musicale libanaise. Leur répertoire ? Les standards du blues, de BB King, d'Eric Clapton et les chansons des Rolling Stones. Regroupant Patrice Paoli (guitare et chant), Kamal Badaro (guitare), le frère de l'ambassadeur Bruno Paoli (clavier), Tony Rizkallah (basse) et Fayez Rizkallah (batterie), les FBB ont fait salle comble samedi soir au Quadrangle, Hazmieh, où se sont retrouvés notamment la chef de la délégation européenne Angelina Eichhorst, Wafai Mansour, Annie Paoli et tous les cadres supérieurs de l'ambassade de France, ainsi que Marina et Ricardo Smimmo (chargé d'affaires à l'ambassade d'Italie), Joe et Denise Faddoul, Maya Korban, Andrée Fattal accompagnée de sa fille Marie-Noëlle et de ses petits-enfants, Georges et Marion Ibrahimcha, Maxime Chaya, Pierre et Françoise Issa, Bassam et May Saad.
Kamal Badaro a laissé entendre que le groupe sera à l'affiche du festival de jazz, cet été à Beyrouth...

 

Elles sont toutes griffées

Tout le monde avait sa petite idée en tête. Subjugué, Ziad Antar méditait sur la possibilité de compléter sa série Night of Love par une séquence inspirée de la soirée donnée par le séduisant Ahmad Tayeb et son épouse Chérine, sublimissime en Gaultier. C'était aussi un spectacle fun et glam qui a inspiré à Marwan Hamza un bouquet printanier à ajouter à son Floral Concept. Parce qu'il faut dire que la soirée avait tout d'un show, aussi bien dans l'assiette (à la sauce Hussein Hadid) que dans les tenues sexy et légères qu'arboraient les dames. Nadine Kharrat était en Roksanda Ilinčić, Elham Salamé en Stella Mc Cartney, Asma Andraos en Rabih Kayrouz et Christopher Kane habillait une Raya Dernaïka embarquée sur le dance floor par Gilles Khoury qui prêtait sa belle plastique à un pantalon pyjama Dries Van Noten.
Mixant Daft Punk, Abba et Rolling Stones pour terminer avec un Bitwannass Bik bien de chez nous, la super duper DJ Câline a semé ses décibels faisant swinguer May Daouk, Makram Bitar, Pascale Habis, Nicolas et Michèle Gharzouzi, Nadine Samadi, Souheil Hanna, et beaucoup d'autres sans oublier Anthony Nahas qui, pétant la forme, a déboulé en fin de soirée pour dire coucou à ses hôtes avant d'investir en Travolta bigger than life une piste de danse endiablée...

 

Centrale pour Sana

Et voilà que la Centrale a été transformée en un catwalk digne de la fashion week de Paris, selon certaines rédactrices de mode !
Au front row, papa Charles Ayoub et Leila Solh Hamadé, Hala Obeid, Diana Béchara, Rose Younès, Élias Chedrawi, Hélène Abtour, mais aussi et surtout la presse libanaise et arabe qui s'est mobilisée pour la présentation en grande pompe de la première collection Sana Ayoub. Une collection où dominaient dans une explosion de couleurs les dentelles délicates et raffinées, la guipure et la mousseline de soie. Et comme les défilés dépassent désormais le seul cadre de la mode, c'est à coup de mise en scène et de décor inspiré d'une Fête des lumières bollywoodienne que la jeune créatrice de 24 ans a réussi à faire de cet évènement une parenthèse enchantée. Tous les présents ont applaudi et même prédit un bel avenir à Sana, notamment Carla Henoud, Amine Jreissati, Hanane Tabet, Mandy Merheb, la styliste de la chanteuse Elissa et journaliste pour Jamalouki, ainsi que les blogueuses de mode Tracy el-Ghazal et Tonina Frangieh du site Diwanee.com de Delphine Eddé qui vient d'être acheté par une entreprise française.

 

Viva España

Les convives du Centre culturel, sportif et social du Collège Notre-Dame de Jamhour ont été téléportés jusqu'aux septièmes cieux par la flamboyante danseuse flamenca Lorie Baghdassarian. De son nom d'artiste Lori La Armenia, elle enflamme les scènes parisiennes et internationales et a joué un rôle dans le désormais fameux Les Garçons et Guillaume à table, un film auréolé de Césars, qui pourrait lui ouvrir des portes pour sa carrière. La performance a été suivie d'un dîner gastronomique concocté par le chef ibérique Mario Sandoval qui porte avec fierté son étoile Michelin. Parmi les présents, l'ambassadeur d'Espagne Milagros Hernando, Fahmi et Marianne Karagulla, le président d'honneur de l'Académie internationale de gastronomie Georges Husni, Samir et Claude Abillama, Shadi et Zeina Karam, Charles Abou Adal et toute son équipe de rédaction, Chucri et Amale Sader, Pierre et Marlène Chidiac, Simone Saikali, Joumana Hobeika, Randa Sadaka, et beaucoup d'autres... Olé !

 

Des chaises à Tokyo

Impossible d'attraper le syndrome Lost in translation quand on a pour guide Gérard Bejjani ! Sous ses ailes, le choc des civilisations devient synonyme de passions et de symbiose. D'ailleurs, le prof a brodé un programme des plus éclectiques et électriques : de la gigantesque et frénétique Tokyo à l'immuable Kyoto avec ses temples et ses palais impériaux, en passant par Kamakura, Osaka, Kobe, le mont Fuji, les sites mythiques d'Hiroshima et de Nara... Le groupe de quarante Libanais, dont Claude Issa, May Eddé, Mireille Eid, Manal Ghandour Haddad, Mona Moukarzel, Jacqueline Abboud, Christiane Ghannam, Maria et Mayssa Jallad, Dolly Kassir, Lina Abi Rached, Marie Achkar, et les deux sisters Viviane et Liliane Mardelli, n'auront pas le temps de se gratter la tête. Car outre les temples, les bonzes, les pagodes, les musées, les parcs, les lacs, une visite au Centre national d'art de Tokyo, un spectacle au Kabuki-za Theater, le marché aux poissons, un déjeuner dans un restaurant géré par le clan du cinéaste Akira Kurosawa où il fait bon s'embrumer les synapses au saké, il y a le shoppiiiiiing. Oui, le shopping ! Mais aussi, une plongée dans le quartier chaud, l'un des hauts lieux de divertissement de Tokyo, avec les fous de jeux vidéo, des pachinko bruyants, des bars underground, des restaurants, karaoké, « host clubs », « love hotels », etc. Et la floraison des cerisiers dans tout ça ? C'est tellement éphémère qu'il fallait savoir l'attraper au bon moment.

 

ditavonbliss@hotmail.com

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

22 octobre 1989-22 octobre 2018, Taëf entame sa 30e année

En toute liberté de Fady NOUN

La vérité et le dialogue des cultures

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué