Rechercher
Rechercher

Liban - Nations unies

L’ONU rappelle à la Syrie la nécessité de respecter la souveraineté du Liban

L'adjoint de Ban aux Affaires politiques, Jeffrey Feltman, se déclare « encouragé » par les développements politiques à Beyrouth, mais souligne la gravité et les répercussions négatives du flux des réfugiés fuyant les combats en Syrie.

Le secrétaire général adjoint aux Affaires politiques de l'ONU, Jeffrey Feltman, a martelé hier devant le Conseil de sécurité de l'ONU qu'il « demeure important que toutes les parties au Liban continuent de travailler ensemble dans le même esprit en vertu duquel le nouveau gouvernement a été formé, afin que le Liban puisse faire face aux importants défis sécuritaires et humanitaires ». Il s'exprimait lors de la réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation au Moyen-Orient.


Dans une déclaration à l'issue de la réunion, la représentante du Luxembourg auprès des Nations unies, Sylvie Lucas, dont le pays assume la présidence du Conseil de sécurité pour le mois de mars, a indiqué que « les membres du Conseil ont salué la formation du nouveau gouvernement au Liban et se sont félicités de la réunion du Groupe international de soutien pour le Liban qui s'est tenue à Paris le 5 mars ». Elle a aussi noté que « les membres du Conseil ont exprimé leur préoccupation au sujet de l'impact croissant du conflit syrien sur la stabilité du Liban ».


Décrivant la situation au Liban, Jeffrey Feltman a indiqué au Conseil que le gouvernement libanais formé le 15 février dernier a présenté sa déclaration ministérielle au Parlement et attend le vote de confiance. « Je suis encouragé par l'accent mis par le nouveau gouvernement sur des questions couvrant notamment le respect des résolutions des Nations unies, à savoir la résolution 1701, le suivi des travaux du Groupe international de soutien pour le Liban, le soutien aux décisions prises dans le cadre du dialogue national au Liban, la reconnaissance de l'importance de la sécurisation des frontières du Liban, l'amélioration de la sécurité et la préparation pour le processus électoral pour la présidentielle qui doit démarrer le 25 mars jusqu'au 25 mai », a-t-il dit.


Détaillant les principaux incidents sécuritaires qui se sont déroulés au Liban et dans la zone frontalière avec la Syrie durant le mois, Jeffrey Feltman a exprimé son inquiétude : « Nous sommes très préoccupés par l'impact des combats du côté syrien de la frontière sur le Liban et nous rappelons aux autorités syriennes la nécessité de respecter pleinement la souveraineté du Liban. » Il a par ailleurs évoqué les violations israéliennes de l'espace aérien libanais du 24 février, « en violation de la résolution 1701 », ainsi que les incidents dans la zone des fermes de Chebaa ; « une enquête de la Finul est en cours », a-t-il souligné, tout en « exhortant toutes les parties à respecter pleinement la ligne bleue et à s'abstenir de toute action qui constituerait une violation des résolutions pertinentes ».

 

Défi humanitaire
Jeffrey Feltman a, par ailleurs, fait part de la réunion ministérielle du Groupe international de soutien pour le Liban qui s'est déroulée à Paris le 5 mars, et à laquelle ont pris part les présidents libanais Michel Sleiman, et français, François Hollande. « La réunion a réaffirmé l'engagement de la communauté internationale pour la stabilité et la sécurité du Liban, y compris le soutien à ses institutions et à la politique de distanciation de l'État », a-t-il dit. « Elle a permis de passer en revue les progrès accomplis par le Groupe de soutien pour les réfugiés, le gouvernement et l'armée libanaise », a-t-il ajouté. La réunion « a appelé à une plus grande aide internationale future », a-t-il noté. Le responsable onusien a aussi affirmé que des « contributions supplémentaires ont été apportées au Fonds commun pour le Liban des Nations unies et de la Banque mondiale » (UN-World Bank Multi-Donor Trust Fund for Lebanon). Tout en notant que « le gouvernement italien a annoncé son intention d'accueillir une réunion de hauts

responsables à Rome, le 10 avril, en vue de préparer une conférence de haut niveau d'appui à l'armée libanaise.
Exprimant la préoccupation de l'ONU au sujet de « la récente escalade d'incidents sécuritaires le long de la frontière orientale du Liban avec la Syrie qui affecte l'accès humanitaire », Jeffrey Feltman a une fois de plus réaffirmé l'engagement de l'ONU pour le Liban. « Alors que le conflit en Syrie entre dans sa quatrième année, le Liban se bat avec les répercussions de la crise en Syrie, y compris la présence d'une population de réfugiés syriens, atteignant presque un million, qui a besoin de protection et d'assistance », a-t-il dit. Et de conclure : « L'ONU reste engagée avec le nouveau gouvernement formé pour l'aider à coordonner les besoins humanitaires urgents des réfugiés, ainsi que pour consolider l'action du gouvernement en faveur de la stabilisation. »


Rappelons aussi que le rapport semestriel de suivi de la mise en œuvre de la résolution 1701 du Conseil de sécurité sera rendu public cette semaine. Il fera l'objet de consultations du Conseil prévues le mardi 25 mars, en présence de Derek Plumbly, représentant spécial de l'ONU pour le Liban.

 

Lire aussi
Au-delà, bien au-delà de Tripoli...
, l’éclairage de Scarlett Haddad

Aux quatre coins du pays, la rue sunnite s'embrase en solidarité avec Ersal

Les sunnites ultras de Tripoli appellent au jihad contre l'armée libanaise

Le secrétaire général adjoint aux Affaires politiques de l'ONU, Jeffrey Feltman, a martelé hier devant le Conseil de sécurité de l'ONU qu'il « demeure important que toutes les parties au Liban continuent de travailler ensemble dans le même esprit en vertu duquel le nouveau gouvernement a été formé, afin que le Liban puisse faire face aux importants défis sécuritaires et...
commentaires (3)

L'ONU devient la cour des miracles Quelle rigolade !!!! La réaction de l'ONU en Crimée, le Liban, ou autre faibles pays devront se contenter des rappels de ce "machin" international devenu inutile. Bachar le chimiste et le Hezbollah ne l'entendent pas trop passionnés par leurs exploits guerriers L'Iran se moque de l'ONU depuis des années et poursuit son action expansionniste Barak Obama, le mou, poursuit ses activités dans l'oubli des pays dans lesquels les USA ont pertinemment mis la pagaille pour les abandonner par la suite. Barak Obama ne fait pas le poids face à l'ogre Poutine qui s'avère être un émule de Hitler Alors, l'ONU c'est quoi, une caisse de résonance spécialisé dans les rappels à l'ordre ? Une blague meurtrière !

FAKHOURI

21 h 18, le 19 mars 2014

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • L'ONU devient la cour des miracles Quelle rigolade !!!! La réaction de l'ONU en Crimée, le Liban, ou autre faibles pays devront se contenter des rappels de ce "machin" international devenu inutile. Bachar le chimiste et le Hezbollah ne l'entendent pas trop passionnés par leurs exploits guerriers L'Iran se moque de l'ONU depuis des années et poursuit son action expansionniste Barak Obama, le mou, poursuit ses activités dans l'oubli des pays dans lesquels les USA ont pertinemment mis la pagaille pour les abandonner par la suite. Barak Obama ne fait pas le poids face à l'ogre Poutine qui s'avère être un émule de Hitler Alors, l'ONU c'est quoi, une caisse de résonance spécialisé dans les rappels à l'ordre ? Une blague meurtrière !

    FAKHOURI

    21 h 18, le 19 mars 2014

  • MISTER BAN AU GRAND SOURIRE... NOUS VOULONS UNE DÉCISION DE L'ONU POUR "IMPOSER" ET NON RAPPELER !

    LA LIBRE EXPRESSION

    10 h 18, le 19 mars 2014

  • Des "bons rapports!" Syro-libanais(h) ! Pour respecter cette hygiénique recommandation, le Hassine 1er Noirci d'Ici fait preuve d’1 extrême susceptibilité à la moindre critique de ces "rapports!". Et les orangés Puînés répètent après lui, subrepticement, que les bääSSyriens frérots réfléchissent peu en fonction de leurs intérêts mais + en fonction de leurs opinions ! Il n’en reste pas moins que, pour retrouver une chance de sauvegarder un tant soit peu sa place, l’aSSadiot signalé encore présent ou évanescent kifkif en place, tente un quitte ou double ; reprenant peu ou prou ses poussives diatribes rectificatives ; en ré-infiltrant ses manigances, essayant d’user chacune des opportunités pour engluer les Sains Libano-syriens dans des compromis de nature à les affadir voire les démantibuler aux yeux de leurs partisans Armés les plus motivés ! Mais les Vénérables Grand-Liban et Sainte Syrie ayant repris leurs esprits, lui asséneront le coup décisif et non l’engourdissement à ce lionceau ; espèce "d’intellectuel" déprécié comme ses moqueurs le surnomment ; manquant assurément d’audace, de bravoure et de ténacité. Alors que la Saine "raclée" Syro-libanaise l’a entretemps dévergondé, il se croit ainsi acculé à faire ses preuves se prenant alors pour le Grand Tamerlan ; Taïymoûr en indigène linguistique ; lui cette Fade copie dévergondée du Grand Petit-Poucet qui part d’office battu d’avance, le Niais.

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    08 h 23, le 19 mars 2014

Retour en haut