Liban

Les esprits librement connectés, thème du séminaire organisé par la FMC

OLJ
10/12/2013

La Fondation May Chidiac (FMC) a organisé en collaboration avec la Fondation Friedrich Ebert (FES) un séminaire sur le thème « Les esprits librement connectés ».
Placé sous le patronage du ministre sortant de l'Économie et du Commerce, Nicolas Nahas, le séminaire avait pour objectif de discuter de l'impact des nouveaux médias sur la réflexion ainsi que sur les tendances au niveau de l'interaction sociale et politique. Trois chapitres principaux ont été abordés : la connectivité, la liberté et le leadership intellectuel.
Dans l'allocution qu'elle a prononcée à la cérémonie d'ouverture, la présidente de la FMC, Mme May Chidiac, a mis l'accent sur l'importance de ce genre de rencontres qui permettent, selon elle, d'assurer une plate-forme pour la liberté et le dialogue.
Au cours de la première séance de travail, le cadre social et économique de la connectivité a été abordé. MM. Osman Sultan, CEO de l'Emirates Integrated Telecommunications Company, Mohammad Choucair, PDG de CCIA-BML, Jawad Abbassi, fondateur et directeur général du groupe Arab
Advisory, et Ghassan Hasbani, CEO de Graycoats, ont évalué le spectre et la durabilité du dynamisme dont le secteur arabe des affaires est en train de profiter grâce à une connectivité extensive.
M. Édourad Monin, PDG d'Ipsos pour la région MENA, a présenté dans ce cadre les résultats d'une étude statistique effectuée auprès d'un grand nombre de clients de médias dans le monde arabe, pour étudier leurs habitudes, leurs comportements, leurs réponses et leur attitude vis-à-vis d'une variété de messages médiatiques transmis par différents moyens de communications durant une période limitée dans le temps.
Les résultats de cette étude ont été discutés par M. Monin, avec Ali Jaber, directeur du groupe de télévision MBC, Farid Chéhab, président honoraire et conseiller de Leo Burnett pour la région MENA, et Dani Richa, PDG d'Impact BBDO pour MENA.
Au cours du deuxième atelier de travail, Karl Sharro, blogueur traitant du Moyen-Orient, Samira Ibrahim, activiste égyptienne et directrice exécutive du Mouvement syrien de non-violence ont discuté du rôle des médias sociaux dans la reconstitution du monde arabe après la révolution.
Le troisième a été consacré à la cyberliberté vs la cybersécurité, thème qui a été abordé par Luigi Gambardella, président de l'association European Telecom Network Operators, Hansjürgen
Garstka, ancien conseiller pour la protection des données informatiques auprès du gouvernement allemand, et Nate Cardozo, avocat auprès de l'Electronic Frontier Foundation.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : un nœud, trois phases et beaucoup de complications...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué