X

Culture

Yolla Khalifé : « Je chante pour renaître »

Dans les bacs Aujourd’hui on retrouve, pour des complaintes douces comme des berceuses, sur les sillons d’un nouveau CD, la voix de Yolla Khalifé. Une voix dure aux tendresses râpeuses. Un CD qui a pour titre « Aah...Aah ».
10/04/2013
La famille Khalifé dans le giron de la musique. Marcel, Rami, Bachar et Yolla, du «oud» au piano, en passant par les percussions et le chant, ont la mélodie, les rythmes, les cadences et les notes en partage.
Aah...Aah est un titre explicite pour parler non seulement des soupirs de l’amour, mais aussi de la douleur, de l’amertume, de la force et de la volonté de vivre. Vivre dans un monde fou, à l’injustice flagrante et aux valeurs morales et sociales qui s’effilochent et s’évanouissent.
Neuf chansons, en langue arabe, pour des modulations mélancoliques. Des mélodies d’une modernité jazzy, tranchantes, syncopées. Pour chanter le Sud, le drame des déracinés, l’apparition des premiers cheveux blancs, l’exil, l’abandon, la souffrance, la vibration d’une sensualité exacerbée, le trouble devant un regard chargé de désir, la maternité... voilà une panoplie de mots soigneusement triés, choisis. Pour leur rondeur, leur caresse, leur poids, leur légèreté, leur force, leur envoûtante musicalité.
La poésie, ardente, diaphane et dense, est au rendez-vous de ce tour de chant sur platine avec Yolla Khalifé. Pour cette voix aux intonations parfois incertaines qui murmure, scande, récite et psalmodie, une palette d’émotions et de sensations. Pour sonder le pouls de la vie et épouser les pulsations les plus diverses et imprévues.
Dans un arabe finement ciselé, loin de toute facilité, vogue, complaisance, mode ou engouement, la chanteuse à la voix rauque, argentée et légèrement blessée, défend en toute sérénité ce qu’on pourrait appeler une chanson à texte, en langue arabe.
Chansons aux titres éloquents: Da3ni ahoubak (Laisse-moi t’aimer), Hina talmous (Quand tu touches) La tanzour (Ne regarde pas), Fi jinahi (Sous mes ailes), Tarhil (Voyager)... Autant d’invitations à un voyage sonore aux courbes sensuelles et tendres.
Et ce n’est guère hasard si Yolla Khalifé confie que le chant est une pratique qui l’a fascinée depuis sa plus tendre enfance. En disant qu’elle «chante pour renaître», elle lance un joyeux cri du cœur et avoue sans ambages que chanter reste pour elle une bouée de sauvetage, un refuge, une consolation, une expression vitale.
Un chant qui n’a rien à voir avec ce qui est industriel ou commercial. Pour tous ceux qui aiment le chant arabe « assil » (de tradition pure), c’est presque un moment de délassement personnel, à savourer, pour ses tonalités drues et élégamment gutturales, dans la solitude et un certain recueillement. Comme une confidence grave mais guère pesante...

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le commandant en chef de l’armée et l’agenda politique

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants