X

Moyen Orient et Monde

Les islamistes égyptiens manifestent pour la Constitution

Tension Violents heurts à Alexandrie avant la seconde phase du référendum aujourd’hui.
OLJ
22/12/2012

De violents heurts ont opposé des manifestants hier dans la deuxième ville d’Égypte, Alexandrie, à la veille de la seconde phase du référendum sur le projet de Constitution qui provoque de fortes tensions depuis plusieurs semaines. Islamistes partisans du « oui » et opposants prônant le « non » se sont jeté des pierres, amenant la police antiémeute à tirer des gaz lacrymogènes et s’interposer pour les séparer. Quarante personnes ont été blessées, selon des sources médicales. Un bus et plusieurs voitures ont en outre été incendiés, ont rapporté des correspondants sur place.
Les violences ont éclaté aux abords d’une grande mosquée d’Alexandrie, où plusieurs milliers d’islamistes étaient réunis ainsi que quelques centaines de partisans du « non ». Des affrontements similaires avaient déjà fait une quinzaine de blessés il y a une semaine à cet endroit. « Le peuple veut la loi de Dieu », « Nous nous sacrifions pour l’islam », scandaient les islamistes. « L’Égypte était unie, mais (le président) Mohammad Morsi l’a divisée en factions », assurait quant à lui Mohammad Fayez, un sympathisant de l’opposition.
Comme Le Caire, Alexandrie a déjà voté samedi dernier pour ce référendum qui se tient à une semaine d’intervalle dans deux parties du pays. La cité méditerranéenne a voté pour le texte, la capitale se prononçant contre, selon des résultats officieux. Le « oui » l’a globalement emporté par près de 57 % des voix lors de cette première phase, selon ces chiffres officieux, une avance qui fait présager une approbation du projet de Constitution à l’échelle nationale. « Tout suggère que le vote ira dans le sens que veulent les Frères musulmans », dont est issu le président, estime Hassan Nafaa, un éditorialiste du quotidien indépendant al-Masri el-Yom. Mais les Frères « auraient tort d’en conclure que cela leur donne un mandat pour continuer sur la voie qu’ils ont choisie pour l’Égypte », ajoute-t-il, en relevant que le score du « oui » pourrait être plus étriqué qu’espéré par les islamistes.
Le scrutin concernera aujourd’hui 17 gouvernorats, notamment les villes du canal de Suez (Port-Saïd, Ismaïliya, Suez), la cité touristique de Louxor (Sud) ou encore Guizeh, qui englobe la périphérie ouest du Caire. Quelque 120 000 soldats ont été mobilisés en renfort de 130 000 policiers pour la sécurité. L’opposition estime que ce scrutin est d’ores et déjà entaché de nombreuses fraudes et irrégularités au profit du « oui ». Une partie des magistrats, en conflit avec M. Morsi, refusent d’assurer la supervision du vote comme la loi le requiert.
Ce référendum se tient en outre dans un contexte de grave crise économique. Les incertitudes politiques ont déjà provoqué l’ajournement d’une demande de prêt de 4,8 milliards de dollars auprès du Fonds monétaire international (FMI) et conduit M. Morsi à geler des hausses de taxes qui auraient pesé sur le climat social. Mohammad el-Baradei, le chef du Front de salut national (FSN), principale coalition de l’opposition, a estimé que « le pays est au bord de la faillite », dans un message vidéo posté sur Internet, et a appelé M. Morsi à ouvrir un « dialogue sincère ». Le chef de l’État a, quant à lui, assuré jeudi que l’Égypte « veut parachever sa transition démocratique » engagée après la chute de Hosni Moubarak en février 2011. Ses partisans estiment que le projet de Constitution permettra de doter enfin le pays d’institutions stables, la Loi fondamentale précédente ayant été suspendue à la démission de M. Moubarak. L’opposition juge en revanche que le texte ouvre la porte à une islamisation accrue et présente de graves lacunes en matière de protection des libertés.
De très violents affrontements entre partisans et adversaires de M. Morsi, devant le palais présidentiel au Caire, avaient fait huit morts le 5 décembre.
(Source : agences)

 

Pour mémoire:

Morsi seul contre (presque) tous, le billet de Christian MERVILLE

 

La tératogenèse de l’Égypte, la tribune de Fiorello Provera

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Billet de Kenza OUAZZANI

Le mauvais pari du gouvernement

Un peu plus de Médéa AZOURI

Power to the People

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants