X

Diaspora

Soirée littéraire libano-brésilienne pour célébrer Camões et le Portugal

Histoire Le Jour du Portugal et des communautés portugaises, célébré le 10 juin, correspond au jour du décès de Luís Vaz de Camões (1525-1580). Appelé le génie de la patrie du Portugal, il est considéré comme le plus grand auteur de l’histoire du pays.
25/06/2012
Camões fut exilé en 1556 à Macao (Chine) après avoir écrit une critique satirique du vice-roi du Portugal. C’est là, dans une grotte, qu’il composa le poème épique qui l’a immortalisé, les Lusiadas (Lusiades), publié en 1572 et qui chante la gloire des Lusitani (Portugais), leurs grands voyages, leurs exploits et la découverte de la route maritime des Indes par Vasco de Gama. Les Lusiadas, d’inspiration chrétienne, chantent la fondation d’une nation avec l’aide des dieux.

Conférence au Centre BrasiLiban à Beyrouth
C’est dans cet esprit qu’une soirée littéraire a été organisée au Centre culturel Brésil-Liban à Achrafieh par l’Association des amis du Portugal au Liban, présidée par Mia Vieira-Azar, qui a présenté l’œuvre du grand écrivain Camões, en présence de la directrice du centre, Rose-Marie Romariz Maasri, devant un grand auditoire. Quelques poèmes ont été lus en portugais et en français par Felipe de Araujo, Renata Vieira (professeur au centre) et Maria Sikias, tandis que le peintre Sami Hamaoui réalisait une peinture s’inspirant des vers récités.
Mme Vieira-Azar a tenu à souligner que « le Portugal est un pays particulièrement concerné par l’émigration, vu que pratiquement le tiers de sa population vit hors de ses frontières » ; on a donc associé symboliquement les Communautés à ces célébrations. La Comunidade dos Países de Língua Portuguesa – CPLP (Communauté des pays de langue portugaise) regroupe les pays lusophones, dont la population totale est supérieure à 240 millions d’habitants.

Les Phéniciens au Portugal
Aujourd’hui, un certain nombre de Luso-Libanais résident au Liban, où œuvre de plus au sein de la Force intérimaire des Nations unies (Finul) une compagnie militaire du génie portugais. Mais les liaisons entre le Liban et le Portugal remontent au temps des Phéniciens, avec la fondation, à partir de 1200 avant J.-C., par les habitants de Tyr puis de Carthage, de plusieurs villes dont Lisbonne, initialement un entrepôt au nom de « Alis Ubbo », qui signifie en langue phénicienne « anse agréable ou port sûr », construit sur les rives du fleuve « Taghi » (« bonne pêche »).
Les contacts se sont poursuivis depuis, et au XIIe siècle après J.-C., à l’époque où les villes du littoral libanais faisaient partie du royaume latin d’Orient, des Libanais émigrèrent vers le Portugal, y apportant leurs connaissances de la mer et contribuant, avec les habitants locaux, à la fabrication des navires et à l’établissement des écoles maritimes comme celle de Sagres. Ils ont ainsi participé du XVe au XVIIe siècle aux grandes découvertes maritimes allant des Indes à l’Amérique du Sud, en passant par l’Afrique. Quelques documents portugais citent les Libanais comme compagnons de voyage, les appelant « amis chrétiens d’Orient ».


En savoir plus : Instituto Camões – www.instituto-camoes.pt –
Comunidade dos Países de Língua Portuguesa (CPLP) –
www.cplp.org – Les Amis du Portugal au Liban –
lesamisduportugal@gmail.com

À la une

Retour au dossier "Diaspora"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué