X

Diaspora

Visite politique et culturelle du vice-président du Brésil, Michel Temer, au Liban

Le vice-président du Brésil, Michel Temer, accompagné de son épouse Marcela Tedeschi Araujo, a effectué une visite remarquée au Liban.
05/12/2011

Michel Temer était accompagné d’une délégation de 36 personnes comprenant un groupe de députés brésilien d’origine libanaise : Ricardo Izar Junior, Jorge Tadeu Mudalen, Gabriel Chalita, Beto Mansur, Guilherme Mussi, Fabio Faria et Newton Cardoso. Il a effectué une visite officielle au Liban du 18 au 22 novembre, sur invitation du président de la République Michel Sleiman. Il a été également reçu par le président du Parlement Nabih Berry et le Premier ministre Nagib Mikati.
Le vice-président Temer, qui est d’origine libanaise (voir notre édition du 17 janvier 2011), a été accueilli avec beaucoup d’émotions à Btaaboura, région de Koura et village natal de son père qui avait émigré en 1924. Une manifestation populaire l’attendait, en présence de l’ambassadeur William Habib, du président de la municipalité Bassam Barbar et du maire Élias Béchara. Inaugurant la rue Michel Temer après avoir visité la maison de ses parents et ses trois premiers frères nés au Liban, il a assuré : « Une fois de retour au Brésil, je ferai en sorte que mon village soit le plus célèbre. »
Élu vice-président en 2010 avec la présidente Dilma Roussef, Michel Temer a également présidé une cérémonie officielle, en compagnie du président Sleiman et de l’ambassadeur du Brésil Paulo Roberto da Fontura, à bord de la frégate União de la marine brésilienne, qui vient renforcer la flotte navale de la Finul. Il a qualifié ce moment d’historique pour le Brésil, vu que c’est la première fois que des militaires brésiliens participent à une force navale pour la paix dans le cadre des Nations unies au Moyen-Orient. Le lendemain, Michel Temer a assisté, aux côtés du chef de l’État, au défilé traditionnel du 22 novembre.

Avec le Conseil des citoyens brésiliens
Le vice-président Temer, qui s’était déjà rendu une première fois au Liban en 1997 alors qu’il était président du Parlement brésilien, a rencontré, en présence de son équipe personnelle de travail dont le chargé de presse Bernardo de Castro, les membres du Conseil des citoyens brésiliens à Beyrouth (CCB), présidé par le consul général du Brésil, Renato Menezes, les consuls Luiz Eduardo Villarinho Pedroso et Gustavo Barbosa, et les conseillers du CCB, Edgar Harb, Joseph Romanos, Khaled Haymour, Najua Bassi, Osmat Charaffedine, Ramez Labaki, ainsi que Roberto Khatlab et Siham Harati, membres du Conseil des représentants des Brésiliens à l’extérieur (CRBE). Les activités du consulat général lui ont été présentées, ainsi que celles du groupe Alecrim (www.alecrimbrasil.org) en présence de la coordinatrice générale Katcha Osório, qui diffuse la culture brésilienne aux enfants. Un écusson a été offert au nom du CCB et de la colonie brésilienne à Michel Temer, troisième haute autorité brésilienne à visiter le pays du Cèdre après l’empereur du Brésil Dom Pedro II (1876) et le président Luiz Inácio Lula da Silva (2003).
La visite de Michel Temer avait commencé par l’inauguration du Centre culturel Brésil-Liban à Beyrouth, installé dans une belle résidence ancienne joliment restaurée à Achrafieh, premier centre culturel brésilien au Moyen-Orient. Puis le vice-président avait inauguré le centre commercial Prime Center et son « Espace Brésil » à Chtaura, propriété du groupe Zoghbi libano-brésilien, ayant décidé d’investir au Liban pour fortifier les relations commerciales entre les deux pays.

Le député Ricardo Izar à l’USEK
Dans le cadre de ce voyage, le député Ricardo Izar Junior s’est rendu à l’Université Saint-Esprit de Kaslik pour visiter le Centre des études et cultures de l’Amérique latine (Cecal). Le député fédéral Izar était accompagné du maire de la ville de Juquiá, São Paulo, Mohsen Hojeij, d’un groupe d’hommes d’affaires et de l’évêque maronite au Brésil, Mgr Edgar Madi. Il a été accueilli par le président de l’USEK, le père Hady Mahfouz, ainsi que par le directeur du Cecal, Roberto Khatlab, et par le directeur de l’Institut d’histoire le père Jean-Maroun Maghamès. Le père Mahfouz lui a offert une médaille en signe d’amitié avec le Groupe des parlementaires brésiliens d’origine libanaise et la communauté libanaise au Brésil, en insistant sur le renforcement des liens avec le Brésil à travers les réseaux académique, culturel et
économique.

À la une

Retour au dossier "Diaspora"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants