Rechercher
Rechercher

Exposition

Agopian, 52 ans de bonheur en peinture

Cela fait plus de cinquante ans que Krikor Agopian peint, avec une technicité et un plaisir toujours renouvelés, des toiles où hyperréalisme, surréalisme et abstraction font une ronde allègre.

«Hommage à Bacchus», acrylique sur toile (71 x 101 cm). (DR)

Il fait danser le tango à un couple de cerises, survoler des «natures mortes aux carafes» par de petits poissons rouges, place en trompe-l'œil des toiles dans les toiles ou encore s'amuse à cacher dans les fonds de ses natures mortes aux fruits des scènes érotiques dignes des bacchanales antiques.
Vous l'aurez deviné, Krikor Agopian «aime jouer en peinture». Cet attrait pour le ludique n'efface pas pour autant la rigueur de sa composition et la minutie de son coup de pinceau. Une virtuosité technique que cet artiste arménien, qui partage son temps entre le Liban et le Canada, ne cesse de développer depuis 52 ans (d'où l'intitulé de son actuelle exposition à la galerie Hamazkayin* «52 années d'évolution») tout en restant constant dans sa thématique. À savoir: d'hyperréalistes natures mortes relevées d'une pointe de surréalisme et d'un jeu d'ombre et de trompe-l'œil, d'une part, et, d'autre part, de dynamiques compositions abstraites où figures géométriques, réseaux linéaires, couleurs vives et déchirures se télescopent à l'acrylique sur toile. Si dans ces dernières, Hagopian projette sa «vision éclatée, fragmentée, explosée de la vie et de l'univers», dit-il, dans sa série de fruits et de trompe-l'œil, par contre, il donne libre cours à son esprit curieux et sa nature épicurienne et joueuse.
Fruit de l'arbre de vie chez les Arméniens et symbole de fertilité, la grenade occupe une place privilégiée dans les tableaux de cet artiste qui ne se lasse pas de représenter l'éclat de son écorce rouge et la fraîcheur de ses grains reluisants de vitalité.
Parfois, il marie ses grains à ceux d'une grappe de raisin violet, d'autre fois, il l'accole à une série de carafes à la remarquable transparence cristalline sur fond noir, un peu plus loin il la place au centre d'un duo de flûtes à champagne symbolisant la «Nuit de Noces»... Mais il s'intéresse aussi à d'autres fruits et d'autres objets, accordant leurs formes et couleurs au gré de son inspiration, dans des peintures aux mises en scène malicieuses: une orange à moitié pelée jouxtant un chapelet oriental dressé en lévitation; un poisson rouge survolant deux cerises aux queues contorsionnées comme un couple de danseurs... Bref, tout chez Hagopian est évocation de bonheur, de plaisir, de sensualité. Une joie de vivre et de peindre qui s'exprime généreusement dans les toiles de cet artiste. Lequel maîtrise si bien l'hyperréalisme, le surréalisme et l'abstrait qu'il lui arrive de les combiner dans des compositions... Généralement heureuses.
L'exposition se tient jusqu'au 28 avril.

* Bourj Hammoud, centre Shaghzoyan. Horaires d'ouverture : du lundi au samedi, de 10h00 à 20h00.
Tél : 01/241262-3-4.

Il fait danser le tango à un couple de cerises, survoler des «natures mortes aux carafes» par de petits poissons rouges, place en trompe-l'œil des toiles dans les toiles ou encore s'amuse à cacher dans les fonds de ses natures mortes aux fruits des scènes érotiques dignes des bacchanales antiques.
Vous l'aurez deviné, Krikor Agopian «aime jouer en peinture». Cet attrait pour le...

commentaires (0)

Commentaires (0)