X

Diaspora

Violeta Jafet, 103 ans, une icône de la communauté libanaise au Brésil

07/02/2011
Avec plus d'un siècle d'histoire, Violeta Jafet, fille de Basilio et Adma Jafet, toujours élégante et en tailleur classique, est devenue une icône de la communauté libanaise et arabe du Brésil. Souriante et aimable, elle reçoit de nombreux visiteurs qu'elle conseille en leur récitant des proverbes libanais. Femme de conviction au grand cœur, Violeta suit les pas de sa mère, participant à de nombreuses actions caritatives tout en s'occupant de ses quatre enfants, onze petits-enfants et quinze d'arrière-petits-enfants.
Violeta est née un 10 février au sein d'une famille originaire de Dhour Choueir. Son père Basilio Jafet avait émigré au Brésil en 1888 avec ses frères Nami, Benjamin, Miguel et Joao. Ils fondèrent le Groupe Jafet - industrie textile et sidérurgique, banque... -, devenu dans les années 1950 le second groupe économique du Brésil. Les Jafet construisirent le quartier Ypiranga à São Paulo où on trouve plusieurs palais, dont le palais du Cèdre, appartenant à Basilio Jafet qui y a planté un cèdre du Liban en souvenir de son pays.
Sa mère Adma, mariée à 15 ans et très instruite, avait étudié chez des sœurs orthodoxes russes au Liban. Déjà dans sa jeunesse, elle traduisait des livres du russe à l'arabe, et une fois venue au Brésil, elle devint une femme de référence au sein la colonie libanaise. En 1921, Adma créa l`Association de bienfaisance des dames syro-libanaises à São Paulo. Violeta, qui avait alors 13 ans, participa à la première réunion au cours de laquelle fut décidée, entre autres œuvres philanthropiques, la fondation de l'Hôpital syro-libanais, qui fut inauguré en 1941, et que le gouvernement transforma par la suite en école militaire.
Violeta se maria avec son cousin Chedid, fils de Nami Jafet, qui dirigea le Groupe Jafet et fut l'un des fondateurs du Sport Club Sirio de São Paulo et du Club Monte Libano. Il décéda en 1957, un an après Adma Jafet, et c'est ainsi que Violeta prit en charge les œuvres sociales de la famille, et parvint notamment à rouvrir l'Hôpital syro-libanais en 1965, un hôpital universel destiné à tous les patients brésiliens, devenu une référence en oncologie et cardiologie.

Roberto KHATLAB
CECAL - USEK

À la une

Retour au dossier "Diaspora"

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants