X

Diaspora

Michel Temer, d’origine libanaise, vice-président du Brésil

Carrière Le premier janvier 2011, pour la première fois dans l'histoire politique du Brésil, cette 8e puissance économique de la planète a mis à la présidence de la République une femme, Dilma Rousseff, 62 ans, du Parti des travailleurs (PT), et aussi à la vice-présidence un homme d`origine libanaise, Michel Temer, 70 ans, du Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB). Dilma a eu tout l'appui du président sortant, Luiz Inacio Lula da Silva, qui ne pouvait pas briguer un troisième mandat d'affilée et qui déclara en 2010 : « Je voudrais qu'après moi, le Brésil soit gouverné par une femme, et la personne idéale existe déjà : Dilma Rousseff. »
17/01/2011
Dilma Vana Rousseff est née en 1947, à Belo Horizonte, au Brésil. Économiste, elle est la fille de Dilma Coimbra Silva et de Pedro Rousseff, avocat bulgare membre du Mouvement communiste bulgare, qui émigra en France en 1929 puis s'installa à la fin de la Seconde Guerre mondiale en Argentine et ensuite au Brésil. Dilma, issue d'une famille de clase moyenne, avait soutenu dans sa jeunesse la guérilla d'extrême gauche contre la dictature militaire au Brésil (1964-1985). Arrêtée en 1970, elle avait été torturée pendant vingt-deux jours et faite prisonnière pour trois ans, ce qui lui vaut le surnom de « Jeanne d`Arc » de la guérilla. À la fin des années 70, elle épousa un membre du mouvement guérillero, Carlos Araújo, avec lequel elle a vécu plus de trente ans avec leur fille unique, Paula Rousseff Araújo. Dilma est diplômée en économie de l`Universidade Federal do Rio Grande do Sul (UFRGS) et de l'Universidade Estadual de Campinas (Unicamp), État de São Paulo.
Entre 1991 et 1995, elle a été secrétaire d'État à l'Énergie à Rio Grande do Sul et est entrée en 2001 au Parti des travailleurs (PT). Nommée ministre de l'Énergie en 2003, elle quitta ce poste deux ans plus tard pour être nommée chef de cabinet où elle commanda le plan d'accélération de la croissance, un programme stratégique de grands travaux. En 2011, l'ex-guerillera Dilma Rousseff arrive au sommet du pouvoir avec un mandat solide pour poursuivre la politique menée depuis 2002, avec à ses côtés un vice-président d`origine libanaise, Michel Temer.

Portrait
Michel Miguel Elias Temer Lulia, Brésilien d`origine libanaise, né à Tietê, dans l`État de São Paulo, en 1940, est avocat, professeur et politicien. Il est le plus jeune de huit frères. Ses parents, March Barbar Lulia et Miguel Elias Temer Lulia, émigrèrent de Btaboura, dans le Koura (Liban-Nord) et arrivèrent au Brésil en 1924. Ils s`installèrent dans une ferme au Tietê, où ils montèrent des machines pour travailler le riz et le café de la région. Le frère aîné travailla avec le père et les autres étudièrent à São Paulo. Michel entra à la faculté de droit de l`Universidade de São Paulo (USP) puis effectua un doctorat à la Pontifícia Universidade Católica (PUC) de São Paulo. Il a été professeur de droit et est considéré comme l'un des plus grands constitutionnalistes du pays. Père de cinq enfants, il est marié actuellement avec Marcela Tedeschi Araujo.
Temer est l'auteur de plusieurs livres, entre autres : Território Federal nas Constituições Brasileiras (Territoire fédéral dans les Constitutions brésiliennes, 1975), Elementos de Direito Constitucional (Éléments de droit constitutionnel 1987, avec 20 éditions et plus de 200 mille exemplaires vendus), Seus Direitos na Constituinte (Ses droits dans la constituante, 1989) et Constituição e Política (Constitution et politique, 1994).
Il débuta sa carrière politique comme secrétaire de l'Éducation à São Paulo, en 1983, puis fut nommé procureur général de l`État de São Paulo. En 1984, il devint secrétaire de la sécurité publique de São Paulo et créa en 1985 le premier commissariat brésilien de la femme victime de violence. En 1986, il fut élu député constituant pour le PMDB. Le vice-président Temer se distingue par sa position de modérateur et sa connaissance du droit constitutionnel. Comme député fédéral, Temer a été élu pour six mandats et élu trois fois président de la Chambre des députés, en 1997, 1999 et 2009. Durant son mandat, il a réalisé un projet touchant aux structures de l`État brésilien et modernisant ses institutions nationales. Il est connu pour ses capacités de modérateur entre l`opposition et le gouvernement. En 2001, il devint président national du parti PMDB. Il assura également, en tant que président de la Chambre des députés, par deux fois la présidence de la République par intérim, en 1998 et 1999. Ainsi aujourd'hui, en tant que vice-président, il n`aura aucune difficulté à assumer la présidence si nécessaire.
Temer effectua en 1997 une visite officielle au Liban en tant que président de la Chambre des députés et fut reçu avec tous les honneurs par les autorités libanaises et les citoyens de Btaboura. En 1999, il appuya avec le groupe parlementaire Brésil-Liban le lancement d'un guide complet du Liban, le premier en langue portugaise, réalisé par moi-même et qui fut publié à Brasilia afin de faire connaître aux Brésiliens le Liban, histoire, culture et tourisme.
En mai 2010, Michel Temer, président de la Chambre des députés, accueillit à Brasilia le président de la République libanaise, le général Michel Sleiman - en visite officielle au pays -, évoquant l`importance du développement des relations Brésil-Liban, vu que le Brésil compte la plus grande colonie de Libanais et descendants de Libanais dans le monde (plus de 4 millions) et que le Congrès national, constitué de 513 parlementaires et de 81 sénateurs, possède un puissant groupe parlementaire composé de Brésiliens d`origine libanaise, Brésil-Liban, formant environ 8 % des membres du Congrès.
Comme nous l'avons vu, Michel Temer a une grande expérience parlementaire et peut encore beaucoup donner dans son nouveau poste de vice-président, ce qu'il dit clairement : « Je serai un vice-président dans les limites de la Constitution fédérale. Je serai extrêmement discret, comme cela convient à un vice-président. »

Roberto KHATLAB
Directeur du Centre des études et cultures de l'Amérique latine à l'Université Saint-Esprit de Kaslik (Cecal-USEK)

À la une

Retour au dossier "Diaspora"

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

D’un automne à l’autre

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants