Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Objets et histoire

Cravate et Croatie, deux destins bien noués…

Tout commence à la préhistoire où Cro-Magnon, d'un pagne à peine revêtu, aime à orner son cou de parures et de signes distinctifs, révélant en un clin d'œil à ses congénères la nature de ses exploits de chasseur !
Les traces les plus anciennes de la cravate ont été retrouvées sous forme de nœud de soie sur les soldats de terre cuite de l'empereur chinois Qin Shihuangdi (247, avant J-C)... Dans la Rome antique, on trouve également trace du « focalium ou sudarium » porté par les légionnaires pour protéger leurs gorges du froid, notamment sur la colonne de Trajan à Rome. Cependant, la mode du port de la cravate en Europe semble bien débuter au XVIIe siècle. Elle tire son origine de la bande d'étoffe portée autrefois par les cavaliers croates qui servirent dans le régiment du « Royal-cravate » au temps de Louis XIII et Louis XIV. Croate, en croate s'écrit « hrvat » avec une prononciation très proche de cravate. Ce mot fait alors son apparition vers 1650, chaque classe sociale de l'armée s'en empare, pour marquer son statue grâce à des tissus différents. Puis, la cour à Versailles s'enflamme. Elle commence à remplacer les jabots de dentelles qui eux-mêmes avaient supplanté les fraises plus encombrantes et certainement moins confortables. La cravate est alors généralement une large bande de coton ou de lin décorée de dentelles, cette bande est enroulée autour du cou et nouée sur le devant en laissant pendre les deux extrémités. Sous Louis XIV, on commence à agrémenter ce nœud de rubans multicolores et c'est également le roi soleil qui crée la fonction de cravatier dont la fonction est de choisir et d'ajuster la cravate du roi, mais également les boutons de manchette et les diamants. De Versailles, la mode est lancée à travers l'Europe. Portée par les riches et les dandys, la cravate a traversé les siècles suivants et les continents, en prenant de nouvelles formes... C'est George Bryan Brummel, au début du XIXe siècle, outre-manche, qui, tout en démocratisant le costume, mit la cravate en vedette, et il excellait dans l'art d'accommoder les nœuds. « Une cravate bien nouée est le premier pas sérieux dans la vie », disait l'un des plus fervents défenseurs de la cravate, Oscar Wilde.
Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, alors que l'ère industrielle révolutionne le secteur textile, une cravate plus fonctionnelle, plus longue et plus étroite apparaît. Nommée la régate, elle s'inscrit dans le temps et reste toujours la base des cravates actuelles.
En 1926, Jesse Langsdorf inventeur new-yorkais a l'idée de tailler la cravate en diagonale dans le tissu et de la confectionner en trois parties, ce qui lui donne sa solidité et sa rigidité actuelles. On peut désormais nouer et dénouer sa cravate à volonté. De ce progrès technique, l'auteur a déposé un brevet qui a fait sa fortune...
Patrie de la cravate, la Croatie se devait d'être logiquement aussi celle de la plus grande cravate du monde ! C'est chose faite depuis le 18 octobre 2003, lorsque, à l'initiative de la très sérieuse Academia Cravatica, une cravate de 971 mètres de long sur 25 mètres de large fut nouée, en moins de onze heures, autour des arènes romaines de Pula. Il aura fallu pas moins de 9 015 m2 de tissu, 120 kilomètres de fil et 300 heures de travail pour confectionner cette cravate titanesque, pesant 450 kg...
Aujourd'hui, chaque jour, des écoliers népalais, aux businessmen de Manhattan, des centaines de millions d'hommes portent des cravates à travers le monde. Même si l'homme moderne la porte moins systématiquement, et même si au Bengladesh, la décision du Premier ministre, Sheikh Hasina, d'interdire à tous les employés gouvernementaux le port de costumes et de cravates dans le but d'économiser l'énergie des climatiseurs, fait l'unanimité, la cravate reste avant tout une marque de position sociale, et, comme cadeau masculin, on n'est pas prêt de lui tordre le cou !

Tout commence à la préhistoire où Cro-Magnon, d'un pagne à peine revêtu, aime à orner son cou de parures et de signes distinctifs, révélant en un clin d'œil à ses congénères la nature de ses exploits de chasseur !Les traces les plus anciennes de la cravate ont été retrouvées sous forme de...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut