Rechercher
Rechercher

Politique - Guerre de Gaza

Israël a-t-il utilisé un trébuchet pour allumer des feux au Liban-Sud ?

Citant l'armée, le média public israélien KAN affirme que cet outil médiéval a été utilisé dans le cadre d'une « initiative locale »

Israël a-t-il utilisé un trébuchet pour allumer des feux au Liban-Sud ?

Capture d'écran d'une vidéo diffusée par les médias israéliens et montrant un soldat devant un trébuchet, en action près du mur construit à la frontière avec le Liban.

C'est la bizarrerie de la semaine sur le front qui oppose Israël au Hezbollah à la frontière entre le Liban-Sud et le nord de l'État hébreu. Des images circulant sur les réseaux sociaux montrent les forces israéliennes utilisant un trébuchet, une sorte de catapulte tout droit sorti de l'Europe médiévale, pour lancer des projectiles enflammés sur le territoire  libanais, afin de déclencher des incendies dans les zones sèches où il suffit d'une étincelle pour allumer un foyer.

Le quotidien Haaretz a affirmé que l'objectif des soldats israéliens était de « brûler les arbres et les plantes utilisés par le Hezbollah pour dissimuler les infrastructures et les activités des troupes le long de la frontière ». Selon une source citée par le journal, l'armée israélienne avait approuvé l'utilisation du trébuchet apparaissant sur les vidéos.

Aussi appelé pierrière, le trébuchet est une pièce d’artillerie médiévale dite à contrepoids. Il a une portée plus grande que la catapulte et plus précise, et peut projeter des projectiles plus volumineux. Apparu au XIIe siècle, le trébuchet a  été pendant trois siècles l'arme de siège la plus puissante employée dans les guerres en Europe, jusqu'à ce qu'il soit rendu obsolète par le développement des canons.


Plusieurs médias israéliens ont déjà confirmé l'utilisation de cet engin et de la tactique avec laquelle il est employé. L'armée israélienne, citée par KAN, a toutefois affirmé que cette méthode avait été utilisée dans le cadre d'une «initiative locale» et n'était pas « largement utilisée » par ses troupes. Elle a ajouté que la topographie du terrain le long de la frontière, très accidenté avec des reliefs composé de rochers et d'une végétation épineuse et dense, est un défi pour les troupes israéliennes.

L'intensification récente des échanges de tirs à la frontière a provoqué de nombreux feux de brousse dans le sud du Liban ces derniers jours, une situation amplifiée par la vague de chaleur qui s'est abattue sur la région . Il a également été rapporté que, alors que les membres de la Défense civile libanaise luttaient pour éteindre un incendie à Dhaïra (caza de Tyr), les forces israéliennes ont pulvérisé de l'accélérateur d'incendie sur les flammes à l'aide d'un tuyau jeté par-dessus le mur érigé à la frontière, selon un responsable de la Défense civile cité par The New Arab.

Lire aussi

Risque accru d'incendies cet été au Liban-Sud en raison des bombardements israéliens

Depuis le début des combats le 8 octobre, l'armée israélienne a utilisé diverses armes incendiaires, notamment des bombes éclairantes, ainsi que des munitions au phosphore blanc. Human Rights Watch (HRW) a rapporté le 5 juin que l'utilisation généralisée de phosphore blanc par Israël dans le sud du Liban mettait les civils en grand danger et les forçait à se déplacer.

Le protocole III de la Convention sur les armes classiques (CCAC) interdit l'utilisation ciblée du phosphore blanc contre les civils et définit les armes incendiaires comme celles qui sont « principalement conçues » pour déclencher des incendies et brûler des personnes, et non à des fins défensives, comme les écrans de fumée.

Hicham Younes, président de l'organisation environnementale locale Green Southerners, a déclaré à L'Orient-Le Jour que les dégâts environnementaux  de ces derniers mois de guerre « sont plus importants que ceux de la [guerre] de 2006 », au cours de laquelle Israël a utilisé des bombes à fragmentation pour frapper le Liban-Sud.

C'est la bizarrerie de la semaine sur le front qui oppose Israël au Hezbollah à la frontière entre le Liban-Sud et le nord de l'État hébreu. Des images circulant sur les réseaux sociaux montrent les forces israéliennes utilisant un trébuchet, une sorte de catapulte tout droit sorti de l'Europe médiévale, pour lancer des projectiles enflammés sur le territoire  libanais, afin de...
commentaires (4)

Une armée morale et soucieuse des écosystèmes de la biosphère…

Mago1

01 h 01, le 15 juin 2024

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Une armée morale et soucieuse des écosystèmes de la biosphère…

    Mago1

    01 h 01, le 15 juin 2024

  • Précision : l'ancêtre du trébuchet ne date pas du moyen-âge mais bien de l'époque romaine et s'appelait alors la "TORMENTA" qui portait si bien son nom.

    Remy Martin

    00 h 24, le 15 juin 2024

  • HN finira par céder à l’appel des sirènes. Il croit pouvoir décider de la paix comme de la guerre quand ça le chante, mais il y des pays avec cela ne fonctionne pas. Il le saura à ses dépens et notre pauvre Liban payera le bilan de ses fanfaronnades

    Sissi zayyat

    18 h 28, le 14 juin 2024

  • - FAUT PAS S,ETONNER MA FOI. - ILS NE SUIVENT NULLE LOI. - ILS VIENNENT DES FONDS DES AGES. - NEANDERTHALIENS SAUVAGES. - ILS MANIENT LE CATAPULTE, - A L,EVOLUTION INSULTE. - ILS L,UTILISAIENT AILLEURS, - DANS LES PAYS QUI SONT LEURS. - SOUS LES ORDRES DE LEURS MAITRES, - AVANT BIEN DE S,EN DEMETTRE, - ET PAR ABJECTE COMBINE, - D,ATERRIR EN PALESTINE.

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    17 h 31, le 14 juin 2024

Retour en haut