Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Iran

Mort de Raïssi : sur les réseaux sociaux, railleries et hommages aux manifestants tués

Au Liban, des « mèmes » montrant des responsables en tournée en hélicoptère ont été massivement partagés. Certains montrent Nabih Berry ou encore Michel Aoun.

Mort de Raïssi : sur les réseaux sociaux, railleries et hommages aux manifestants tués

Deux photos diffusées par la présidence iranienne le 20 mai 2024 montrent les sièges vides du président iranien Ebrahim Raïssi (g.) et du ministre des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian lors d’une réunion du cabinet tenue à Téhéran le même jour, au lendemain d’un accident d'hélicoptère dans lequel ils ont tous deux été tués. Photo présidence iranienne/HO/AFP

L’accident d’hélicoptère qui a coûté la vie dimanche au président iranien, Ebrahim Raïssi, ainsi qu’au chef de la diplomatie de Téhéran, Hossein Amir-Abdollahian, et d’autres responsables iraniens a provoqué une onde de choc au sein de la République islamique et dans le monde. Si les messages de condoléances et d’hommage ont déferlé dans les heures qui ont suivi l’annonce, sur les réseaux sociaux, l’ambiance était parfois différente. Hommages aux manifestants antirégime tués par le pouvoir iranien, railleries visant le président Raïssi et vague de « mèmes » (texte, image, vidéo massivement repris, déclinés et détournés sur internet de manière souvent parodique) ont massivement circulé sur internet.

L’annonce du décès du président Raïssi a été faite en début de matinée, lundi, par les agences de presse et les sites d’information, après la découverte de la carcasse de l’hélicoptère à l’aube. L’engin avait disparu dimanche en début d’après-midi alors qu’il survolait une région iranienne escarpée et boisée dans des conditions météorologiques difficiles, avec de la pluie et un épais brouillard. Ebrahim Raïssi avait été critiqué pour sa répression violente des manifestations qui ont éclaté en septembre 2022, après la mort en détention de Jina « Mahsa » Amini, une jeune Iranienne arrêtée parce qu’elle ne portait pas son hijab.

Après l’annonce de l’accident, certains utilisateurs du réseau X ont publié des photos de jeunes manifestants tués après le début des manifestations de 2022. Certains messages en ligne affirment que les manifestants tués ont été « vengés ». « S’il n’y a pas lieu de se réjouir d’une mort tragique, écrit une internaute, il faut se souvenir de Mahsa Amini et des milliers de personnes/femmes massacrées par le régime oppressif d’Ebrahim Raïssi. Qu’elles reposent en paix. »

En mars dernier, une mission d’enquête de l’ONU a mentionné des « chiffres crédibles » selon lesquels il y aurait eu 551 morts, notamment 49 femmes et 68 enfants au moins, dans la répression des manifestations.

La dissidente iranienne Masih Alinejad a publié des vidéos de personnes célébrant la mort d’Ebrahim Raïssi, notamment des parents de manifestants et d’activistes tués. L’une d’entre elles montre, selon la dissidente, les filles de Minoo Majidi, qui a été tuée lors d’une manifestation à Kermanchah, dans l’ouest de l’Iran, en train de porter un toast.


D’autres vidéos montrant des feux d’artifice ont également circulé après l’annonce de l’accident, bien que nombre d’entre elles se soient révélées fausses ou anciennes.

Une vidéo de l’analyste politique israélien Daniel Haik, diffusée sur la version francophone de la chaîne israélienne i24, a également fait l’objet de moqueries en ligne, après qu’il a répété, très sérieusement, un jeu de mots qu’il avait lu en ligne. « Hilarant. Un type a plaisanté sur Telegram en disant que la personne coupable de la mort de Raïssi était un agent du Mossad nommé « Eli Kouptar » (jeu de mots avec la prononciation arabe d’ « hélicoptère »). La chaîne franco-israélienne i24 n’a pas compris la plaisanterie et s’est demandée très sérieusement si c’était vrai ou si c’était juste une rumeur », a écrit pour sur X Karim Bitar, analyste politique et professeur associé de relations internationales à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth.


La chercheuse Américaine d’origine iranienne à l’Atlantic Council Holly Dagres a également partagé un mème commentant la course à la succession d’Ebrahim Raïssi.


« Mojtaba Khamenei (fils du guide suprême iranien Ali Khamenei et considéré comme possible successeur à son père, tout comme Ebrahim Raïssi avant sa mort) : + J’ai gagné + ».

Au Liban, la journaliste vedette Dima Sadek, farouche opposante au Hezbollah et à l’axe iranien dans la région, a publié une capture d’écran d’un message sur X posté, puis effacé, par le fils du leader du Hezbollah, Jawad Nasrallah, en février 2021 après l’assassinat de l’intellectuel libanais Lokman Slim. « La perte de certains est en fait un gain et une douceur inattendue », avait écrit Jawad Nasrallah, associant son tweet au hashtag « Pas de regrets ».


Sur WhatsApp et d’autres applications, des mèmes montrant des responsables libanais en tournée en hélicoptère ont également été massivement partagés. Certains montrent le président du Parlement Nabih Berry ou encore l’ex-président de la République Michel Aoun avec comme message : « Nous sommes malchanceux. »

L’accident d’hélicoptère qui a coûté la vie dimanche au président iranien, Ebrahim Raïssi, ainsi qu’au chef de la diplomatie de Téhéran, Hossein Amir-Abdollahian, et d’autres responsables iraniens a provoqué une onde de choc au sein de la République islamique et dans le monde. Si les messages de condoléances et d’hommage ont déferlé dans les heures qui ont suivi...
commentaires (1)

Elie Kopter, ce n'est pas un nom juif ça?

Gros Gnon

19 h 54, le 20 mai 2024

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Elie Kopter, ce n'est pas un nom juif ça?

    Gros Gnon

    19 h 54, le 20 mai 2024

Retour en haut