Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - REPORTAGE

« Nous attendions toujours que les Israéliens soient punis pour leur brutalité »

Fierté et inquiétude à Téhéran après l’attaque sans précédent lancée dans la nuit par l’Iran contre son ennemi juré.

« Nous attendions toujours que les Israéliens soient punis pour leur brutalité »

Des Iraniens manifestant leur joie, le 14 avril 2024, devant l’ambassade britannique à Téhéran. Majid Asgaripour/Reuters

Des habitants de Téhéran étaient partagés dimanche entre inquiétude d’un embrasement et fierté d’avoir montré les muscles face à Israël, après l’attaque sans précédent lancée dans la nuit par l’Iran contre son ennemi juré.

L’attaque, menée à l’aide de dizaines de drones et missiles, a visé selon les autorités iraniennes deux centres militaires ayant servi à mener une frappe imputée à Israël qui a détruit le 1er avril le consulat iranien à Damas, tuant notamment sept membres des gardiens de la révolution, dont deux généraux de la force al-Qods, qui intervient hors d’Iran.

Dans la capitale iranienne, les réactions de la population étaient mitigées. Si certains ont exprimé leur fierté et leur joie après l’attaque, d’autres craignaient une montée de l’escalade entre l’Iran et Israël.

Milad, un enseignant ayant préféré ne pas donner son nom, a espéré que « le conflit ne se poursuive pas », car il provoquerait selon lui « une guerre destructrice » pour Israël mais aussi pour l’Iran. « Nous n’avons pas encore complètement reconstruit les ruines de la guerre Iran-Irak (1980-1988) dans le sud-ouest » du pays, a souligné l’homme de 46 ans. « Bref, la guerre n’est pas une blague. »

Ces derniers jours, les dirigeants de la République islamique, dont le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, avaient juré à plusieurs reprises de « punir » Israël pour l’attaque contre le bâtiment diplomatique iranien à Damas.

Jaafari, un employé du système judiciaire ayant lui aussi préféré ne pas donner son nom, trouve qu’il est « normal » de s’inquiéter dans la situation actuelle, « surtout du point de vue économique », craignant notamment une nouvelle dépréciation du rial iranien. Le rial, tombé ces derniers jours à un plus bas historique, à environ 650 000 pour un dollar sur le marché parallèle, continue de perdre de sa valeur : dimanche, il fallait près de 660 000 rials pour un billet vert, selon le site de référence Bonbast.

Rassemblement place de Palestine

Toutefois, des centaines d’habitants de Téhéran se sont rassemblés sur la place de Palestine, dans le centre de la capitale, peu après l’annonce du lancement contre Israël de l’opération « Promesse honnête » par les gardiens de la révolution, l’armée idéologique du pouvoir. Ils ont célébré les attaques iraniennes en scandant « Mort à Israël », « Mort à l’Amérique », reprenant les slogans traditionnels depuis la révolution islamique de 1979.

Les manifestants brandissaient des drapeaux iraniens et du Hezbollah, soutenu par l’Iran, et exhibaient le portrait du général Kassem Soleimani, l’architecte des opérations militaires iraniennes au Moyen-Orient, tué en janvier 2020 par une frappe américaine en Irak.

Plusieurs responsables militaires iraniens ont été tués en Syrie depuis le début de la guerre à Gaza dans des attaques imputées à Israël. L’attaque contre le consulat iranien a tué notamment le général Mohammad Reza Zahedi et Mohammad Hadi Haji Rahimi, deux commandants de la force al-Qods, unité d’élite des gardiens chargée des opérations extérieures de l’Iran.

« Nous sommes extrêmement heureux de cette action des gardiens et, en fait, nous nous sentons mieux » aujourd’hui, déclare de son côté Ali Erfanian, un fonctionnaire à la retraite âgé de 65 ans. « Nous avons aidé ainsi la population opprimée de Gaza et de Cisjordanie » occupée, dans le contexte de la guerre entre le Hamas palestinien et Israël déclenchée il y a plus de six mois, affirme-t-il.

L’attaque iranienne était la première jamais lancée directement par la République islamique contre le territoire d’Israël après des années d’une guerre de l’ombre entre les deux pays.

« Il y avait de la tristesse et de la colère dans nos cœurs, et nous attendions toujours cette vengeance et que les Israéliens soient punis pour leur brutalité », affirme Mahdi, un apiculteur de 35 ans.

La télévision d’État a diffusé une courte vidéo montrant le chef des gardiens, Hossein Salami, ordonnant à ses forces de lancer l’opération contre Israël en mémoire « des généraux martyrs », notamment Kassem Soleimani et Mohammad Reza Zahedi.

Majid SOURATI/AFP

Des habitants de Téhéran étaient partagés dimanche entre inquiétude d’un embrasement et fierté d’avoir montré les muscles face à Israël, après l’attaque sans précédent lancée dans la nuit par l’Iran contre son ennemi juré.L’attaque, menée à l’aide de dizaines de drones et missiles, a visé selon les autorités iraniennes deux centres militaires ayant servi à mener une...
commentaires (1)

Non mais quel cinoche!… le problème de ces gens là c’est qu’ils continuent à provoquer jusqu’au désastre annoncé. Le pire c’est qu’à chaque échec ils arrivent à faire croire à leurs adhérents à un succès pour pouvoir les sacrifier plus tard sur l’autel de leur intérêt personnel et pour maintenir leur régime corrompu en place. Le peuple palestinien avait adopté la même attitude pendant longtemps qui a fini par lui coûter des dizaines de milliers d’âmes innocentes et leur dignité après avoir perdu leur lopin de terre. Ils peuvent à présent donner des leçons afin d’éviter le même scénario aux au

Sissi zayyat

10 h 14, le 15 avril 2024

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Non mais quel cinoche!… le problème de ces gens là c’est qu’ils continuent à provoquer jusqu’au désastre annoncé. Le pire c’est qu’à chaque échec ils arrivent à faire croire à leurs adhérents à un succès pour pouvoir les sacrifier plus tard sur l’autel de leur intérêt personnel et pour maintenir leur régime corrompu en place. Le peuple palestinien avait adopté la même attitude pendant longtemps qui a fini par lui coûter des dizaines de milliers d’âmes innocentes et leur dignité après avoir perdu leur lopin de terre. Ils peuvent à présent donner des leçons afin d’éviter le même scénario aux au

    Sissi zayyat

    10 h 14, le 15 avril 2024

Retour en haut