Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

La nouvelle ambassadrice des États-Unis est arrivée à Beyrouth

La nouvelle ambassadrice des États-Unis est arrivée à Beyrouth

L'ambassadrice Lisa Anne Johnson. Photo diffusée sur le site de l'ambassade des États-Unis à Beyrouth

L'ambassade des États-Unis à Beyrouth a annoncé jeudi dans un communiqué l'arrivée de l'ambassadrice Lisa A. Johnson au Liban.

Mme Johnson, qui succède à Dorothy Shea, a été ambassadrice des États-Unis en Namibie (2018 - 2021) et a récemment occupé des postes de direction au sein du Bureau des stupéfiants internationaux et de la répression du Département d'État à Washington. 

« C'est un honneur et un plaisir de retourner au Liban, où j'ai déjà servi de 2002 à 2004, pour diriger l'ambassade des États-Unis à Beyrouth, a déclaré Mme Johnson à son arrivée. Nous vivons une période difficile, et je suis consciente de l'importance des défis auxquels le Liban est confronté ». « J'ai une profonde admiration pour le dynamisme du peuple libanais et j'ai confiance dans la capacité du Liban à réussir, a-t-elle également dit. Aujourd'hui plus que jamais, il est temps pour le Liban de trouver un sens de l'unité et un but dans le désir commun de tout son peuple pour la paix, la prospérité et un avenir plus radieux ». 

Le Sénat américain a confirmé le 14 décembre 2023 la désignation de Lisa Johnson à la tête de l'ambassade des États-Unis au Liban, où elle avait été nommée ambassadrice par le président américain Joe Biden en février 2023.  Lors de son audition en mai 2023, en vue de se voir attribuer ce poste, la diplomate avait fait preuve de fermeté vis-à-vis du Hezbollah et de la Syrie. « Si ma nomination est confirmée, ce serait un honneur de retourner au Liban, où j’ai eu le privilège de servir de 2002 à 2004. Pendant cette période, j’ai acquis une profonde admiration pour la vitalité des Libanais et une prise de conscience sérieuse des défis auxquels ils sont confrontés, notamment la corruption endémique, la mauvaise gouvernance et la menace que représente le Hezbollah pour la souveraineté et la sécurité de leur pays », avait affirmé celle qui a déjà travaillé à la mission diplomatique américaine au Liban, sous l’ambassadeur Vincent Battle.

En l'absence d'un président de la République, Mme Johnson sera d'abord chargée d'affaires à l'ambassade, en attendant de pouvoir présenter ses lettres de créance au prochain chef de l'État.

Lisa Anne Johnson est née en Iowa en 1967. Elle a obtenu une licence en sciences politiques et en économie à l'Université de Stanford, un master en affaires internationales à l'Université de Columbia et un master en stratégie de sécurité nationale au National War College. 

Avant d'occuper son poste actuel, l'ambassadrice Johnson a été secrétaire adjointe principale du Bureau international chargé de la lutte contre les stupéfiants et de l'application des lois (INL) et secrétaire adjointe de l'INL pour l'Europe et l'Asie. Elle avait aussi, entre autres, été nommée à Washington D.C., directrice des affaires du Moyen-Orient au Conseil national de sécurité (NSC) et directrice du bureau de l'INL pour l'Afrique et le Moyen-Orient.

L'ambassade des États-Unis à Beyrouth a annoncé jeudi dans un communiqué l'arrivée de l'ambassadrice Lisa A. Johnson au Liban. Mme Johnson, qui succède à Dorothy Shea, a été ambassadrice des États-Unis en Namibie (2018 - 2021) et a récemment occupé des postes de direction au sein du Bureau des stupéfiants internationaux et de la répression du Département d'État à...
commentaires (3)

Madame Johnson nous parle du désir commun de tout le peuple libanais pour la paix, la prospérité et un avenir plus radieux. Rectification, une partie du peuple aspire à voir gagner les usurpateurs qui leur permettent d’acquérir des postes auxquels ils ne pouvaient rêver contre la souveraineté de leur pays, et ça n’est pas un détail.Le HB impose ses pions dans toutes nos institutions à cause et grâce à ses armes offertes par l’Iran. Une seule solution s’impose, son désarmement sans condition. Les vendus se rangeraient illico et nous pourrions ainsi prétendre à une paix et à la prospérité rêvées

Sissi zayyat

11 h 22, le 12 janvier 2024

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Madame Johnson nous parle du désir commun de tout le peuple libanais pour la paix, la prospérité et un avenir plus radieux. Rectification, une partie du peuple aspire à voir gagner les usurpateurs qui leur permettent d’acquérir des postes auxquels ils ne pouvaient rêver contre la souveraineté de leur pays, et ça n’est pas un détail.Le HB impose ses pions dans toutes nos institutions à cause et grâce à ses armes offertes par l’Iran. Une seule solution s’impose, son désarmement sans condition. Les vendus se rangeraient illico et nous pourrions ainsi prétendre à une paix et à la prospérité rêvées

    Sissi zayyat

    11 h 22, le 12 janvier 2024

  • "elles" se ressemblent toutes,les ambassadrices des USA...same "motherhood"?

    Marie Claude

    08 h 37, le 12 janvier 2024

  • Son background signifie que la lutte contre les stupéfiants qui transiteraient par le Liban est un sujet d'occupation pour elle et pour son pays, c'est bien.

    Céleste

    19 h 38, le 11 janvier 2024

Retour en haut