Rechercher
Rechercher

Agenda - Parution

Trois essais traitant de « la violence », par Amine Issa

Trois essais traitant de « la violence », par Amine Issa

Les couvertures des trois essais. Photo DR

Amine Issa est enseignant à l’Institut des sciences politiques de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth. Auteur d’un roman, L’imposteur (L’Harmattan), d’un essai, Les deux imams : le Coran contre l’obscurantisme (Dar an-Nahar), écrit également en arabe (Dar el-Farabi), ainsi que d’un livre de photos et de textes : Iran, Ouzbékistan, Égypte, Turquie… et autrement (Tamyras), il vient de sortir chez L’Harmattan dans la collection Questions contemporaines une série de trois essais avec un thème central: la violence.

Le premier, La violence religieuse : textes et interprétations, traite de ces deux termes – violence et religions –

qui sont souvent associés puisque l’histoire du monde est chargée de guerres et de répressions au nom de Dieu. Pourtant, si dans les textes sacrés, on trouve des incitations à la violence, on en trouve tout autant qui appellent à la paix. « Si les conditions socio-économiques et l’évolution des cultures jouent un rôle dans le sens donné aux religions, si les hommes de religion favorisent une exégèse donnée, si les hommes politiques leur donnent l’interprétation qui leur est favorable, ce sont finalement les hommes eux-mêmes qui en retiennent la lecture qui leur convient. Nous sommes autant responsables de la violence religieuse que le sont les textes. »

Quant au deuxième titre, La violence politique : sources idéologiques, philosophiques et économiques, il propose une lecture des textes couvrant tous ces thèmes et rappelle que les idéologies ont failli dans leur mission de rendre le monde meilleur, parce qu’elles ne reconnaissent qu’une seule vérité. Quant aux propositions de la philosophie, elles sont souvent excessives dans leurs radicalités. Concernant l’économie, l’auteur reconnaît que si elle est intelligemment gérée, elle permet la croissance. « Mais certaines théories économiques évacuent la personne dans sa complexité et leurs applications entraînent des inégalités au-delà de l’admissible. »

La violence n’est pas une fatalité est le titre du troisième essai. Pour l’auteur, l’empathie et la bienveillance ne sont pas que de simples souhaits, mais sont constitutives de notre condition humaine que nous traduisons dans une vision du monde et que nous mettons en application tous les jours. Aveuglés par la violence, nous ignorons cette réalité. Ce livre propose de démontrer ce qui précède, en interrogeant les champs politiques, sociaux et économiques. « La politique se réduit-elle à une lutte pour le pouvoir ? Le lien social existant entre les hommes peut-il être renforcé ? L’économie et le travail sont-ils des outils suffisants pour assurer la croissance, le bien-être et le respect de l’environnement ?

L’homme peut-il échapper, dans ce cadre économique, à sa seule condition de consommateur ? »

Amine Issa est enseignant à l’Institut des sciences politiques de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth. Auteur d’un roman, L’imposteur (L’Harmattan), d’un essai, Les deux imams : le Coran contre l’obscurantisme (Dar an-Nahar), écrit également en arabe (Dar el-Farabi), ainsi que d’un livre de photos et de textes : Iran, Ouzbékistan, Égypte, Turquie… et autrement...