Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Diplomatie

Le pape exhorte les dirigeants sud-soudanais à un "nouveau sursaut" pour la paix

Le pape exhorte les dirigeants sud-soudanais à un

Le pape François accueilli à son arrivée au Soudan du Sud. Photo Tiziana FABI / AFP

"Assez de sang versé !" : le pape François a exhorté vendredi les dirigeants sud-soudanais à un "nouveau sursaut" en faveur de la paix, au premier jour de sa visite dans le plus jeune Etat du monde, déchiré par les luttes de pouvoir et l'extrême pauvreté. "Le processus de paix et de réconciliation exige un nouveau sursaut" et le "chemin tortueux" de la paix "ne peut plus être reporté", a averti le pape argentin lors d'un discours devant les autorités dans la capitale Juba.

De 2013 à 2018, ce pays de 12 millions d'habitants a été en proie à une guerre civile sanglante entre les partisans des deux leaders ennemis Salva Kiir et Riek Machar qui a fait 380.000 morts et des millions de déplacés. Malgré un accord de paix signé en 2018, les violences perdurent.

"Les générations futures honoreront ou effaceront la mémoire de vos noms en fonction de ce que vous faites maintenant", a prévenu le pape de 86 ans, conscient de ses mots "francs et directs". "Assez de sang versé, assez de conflits, assez de violences et d'accusations réciproques sur ceux qui les commettent, assez d'abandonner le peuple assoiffé de paix. Assez de destructions, c'est l'heure de la construction!", a-t-il enjoint.

Ce "pèlerinage de paix" est la toute première visite papale au Soudan du Sud depuis que la nation à majorité chrétienne a obtenu son indépendance du Soudan en 2011.

Foules et chants
De son côté, le président Salva Kiir a annoncé la levée de la suspension, décidée en novembre, de la participation du gouvernement aux discussions de paix de Rome avec les groupes rebelles. Menés depuis 2019, ces pourparlers se déroulent entre le gouvernement et plusieurs groupes rebelles n'ayant pas signé l'accord de paix de 2018.

Peu après l'arrivée du pape, des milliers de personnes, agitant des drapeaux ou des branches de margousier, se sont massées le long des routes pour l'accueillir au rythme des chants et des tambours.
"Je suis très excitée de le voir", a déclaré à l'AFP Hanah Zachariah, 20 ans, parmi les dizaines de pèlerins qui ont marché neuf jours de la ville de Rumbek à Juba, un voyage d'environ 400 kilomètres pour tenter d'apercevoir le pape.

Ce dernier est accompagné des chefs des Eglises d'Angleterre et d'Ecosse, représentants des deux autres confessions chrétiennes de ce pays de 12 millions d'habitants et 60 groupes ethniques, où sévissent la misère et la famine.
"Nous nous attendions à davantage. Vous aviez promis davantage. Nous ne pouvons pas choisir les parties d'un accord de paix", a lancé l'archevêque de Canterbury et chef de l'Eglise anglicane Justin Welby.

L'Eglise joue un rôle de substitution dans des zones sans aucun service gouvernemental et où les humanitaires sont souvent attaqués, voire tués.

L'ONG Human Rights Watch a appelé vendredi les dirigeants religieux à faire pression sur les dirigeants du Soudan du Sud pour "régler la crise actuelle des droits humains dans le pays et l'impunité généralisée".

En 2019, un an après un accord de paix, François avait reçu les deux frères ennemis au Vatican et s'était agenouillé pour leur embrasser les pieds en les suppliant de faire la paix, un geste symbolique fort qui avait marqué les esprits.

Jeudi, à la veille de son arrivée, au moins 21 personnes ont été tuées lors d'un vol de bétail dans le sud du pays.

"Beaucoup souffert" 
Beaucoup espèrent que ce déplacement va mettre un terme aux affrontements. "Nous avons beaucoup souffert. Maintenant, nous voulons parvenir à la paix", a confié Robert Michael, un homme d'affaires de 36 ans, sous l'un des nombreux panneaux d'affichage souhaitant la bienvenue au pape.
Quelque 5.000 policiers et soldats supplémentaires ont été déployés dans les rues, ont annoncé des responsables de la sécurité tandis que vendredi a été décrété jour férié dans le pays.

Ce déplacement du pape François fait suite à une visite de quatre jours en République démocratique du Congo, en proie dans l'est à une offensive armée de groupes rebelles. A Kinshasa, François a célébré une messe géante en plein air, rencontré des victimes de violences et condamné les "atroces cruautés" dans ce pays où les exactions de groupes armés ont tué des centaines de milliers de personnes et jeté des millions d'autres sur les routes.

Initialement prévue à l'été 2022 puis reportée, cette visite est la 40e du pape argentin à l'étranger depuis son élection en 2013, et la troisième en Afrique sub-saharienne.


"Assez de sang versé !" : le pape François a exhorté vendredi les dirigeants sud-soudanais à un "nouveau sursaut" en faveur de la paix, au premier jour de sa visite dans le plus jeune Etat du monde, déchiré par les luttes de pouvoir et l'extrême pauvreté. "Le processus de paix et de réconciliation exige un nouveau sursaut" et le "chemin tortueux" de la paix "ne peut plus être...