Rechercher
Rechercher

Politique - Crise

Le Liban perd (encore une fois) son droit de vote à l’Assemblée générale de l’ONU

"Après des contacts avec le chef du gouvernement et le ministre des Finances, il s’est avéré que le paiement final sera immédiatement effectué", annonce la diplomatie libanaise.

Le Liban perd (encore une fois) son droit de vote à l’Assemblée générale de l’ONU

Le drapeau de l'ONU. Photo d'archives AFP

Le Liban, le Venezuela, le Soudan du Sud, le Gabon, qui est pourtant membre du Conseil de sécurité de l’ONU, la Guinée Équatoriale, et la République dominicaine, ont perdu leur droit de vote à l'Assemblée générale pour ne pas avoir payé leurs contributions minimales au budget de fonctionnement de l'organisation internationale.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonió Guterres, a indiqué, dans un communiqué, que le Venezuela, le Liban et le Soudan du Sud sont en retard dans le paiement des cotisations au budget de fonctionnement et qu'ils font partie des six pays, sur un total de 193 membres, qui ont perdu leur droit de vote à l'Assemblée générale.

Pour mémoire

Le Liban récupère son droit de vote à l'ONU après le paiement d'arriérés

La quote-part du Liban pour les années 2021/2022 s’élève à 1.835.303 dollars américains.

Le secrétaire général de l’ONU a précisé que "les paiements minimaux nécessaires pour rétablir le droit de vote sont de 76.244.991 dollars pour le Venezuela, 1.835.303 dollars pour le Liban, 619.103 dollars pour la Guinée équatoriale, 196.130 dollars pour le Soudan du Sud, 61.686 dollars pour le Gabon et 20.580 dollars pour la République Dominicaine".

Les AE minimisent

Le ministère libanais des Affaires étrangères a minimisé vendredi les informations concernant le retard dans le règlement des contributions libanaises au Nations unies et indiqué, dans un communiqué, que "les démarches en vue du paiement ont déjà été entamées". "Après des contacts avec le chef du gouvernement et le ministre des Finances, il s’est avéré que le paiement final sera immédiatement effectué, ce qui permettra de préserver les droits du Liban aux Nations unies", souligne le ministère, sans donner de date précise.

Ce n’est pas la première fois que le Liban se retrouve dans cette situation. En 2019 et 2020, et en 2002 et 2003, il n’avait pas également réglé sa quote-part.

L’Article 19 de la Charte des Nations unies dispose qu'un pays membre en retard dans le paiement de sa contribution aux dépenses de l'organisation ne peut participer au vote à l'Assemblée générale si le montant de ses arriérés est égal ou supérieur à la contribution due pour les deux années complètes écoulées. L’Assemblée générale peut néanmoins autoriser ce membre à participer au vote si elle constate que le manquement est dû à des "circonstances indépendantes de sa volonté". 

Le Liban, le Venezuela, le Soudan du Sud, le Gabon, qui est pourtant membre du Conseil de sécurité de l’ONU, la Guinée Équatoriale, et la République dominicaine, ont perdu leur droit de vote à l'Assemblée générale pour ne pas avoir payé leurs contributions minimales au budget de fonctionnement de l'organisation internationale. Le secrétaire général des Nations unies, Antonió...
commentaires (8)

Le Liban; 1,8 M et le producteur de pétrole qui est le Gabon 61 mille. L'article n'est pas claire

Céleste

23 h 07, le 20 janvier 2023

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Le Liban; 1,8 M et le producteur de pétrole qui est le Gabon 61 mille. L'article n'est pas claire

    Céleste

    23 h 07, le 20 janvier 2023

  • Payer l'ONU ? C'est le contraire qui serait juste !

    Chucri Abboud

    21 h 28, le 20 janvier 2023

  • Ah flute, c'est dommage !! Vite, une petite collecte nationale auprès des libanais ?

    Pandora

    19 h 04, le 20 janvier 2023

  • Quel dommage. Le liban ne va plus participer à construire le monde.

    Citoyen

    16 h 53, le 20 janvier 2023

  • On laisse trainer le fuel au large du pays sans le décharger vlam, on paie plus d'un million de dollars en pénalités, on oublie les sommes dues à l'onu, vlam encore, on frise là les deux millions... puis nos énergumènes au couvoir viennent nous sermonner sur la bonne gestion du pays et critiquer les erreurs d'il y a 30 ans ou d'il y a 40, 60 et même 100 ans. Bande de ...

    Wlek Sanferlou

    15 h 26, le 20 janvier 2023

  • On s’en fout puisque les cleptomanes de politiciens sont riches et ont le droit de faire ce qu’ils veulent dans tous les pays membres de cette organisation, puisqu’ils ont participé avec leur argent volé à faire prospérer certains, pendant que notre pays est sous les bottes des fossoyeurs, mendiant du pain, de l’eau, des médicaments et de l’électricité ces secteurs qui leur ont permis de s’enrichir en piochant dans les caisses de l’état et les comptes des citoyens. Le reste est une anecdote qui ne fait rire personne, tellement ridicule.

    Sissi zayyat

    12 h 59, le 20 janvier 2023

  • Non contents de ruiner le pays et de reduire sa population a la misere, la canaile au pouvoir veut egalement nous mettre au ban de la communaute internationale. Enfin, a quelque chose malheur est peut-etre bon : nous n'aurons pas a voter contre d'eventuelles sanctions sur l'Iran et la Syrie.

    Michel Trad

    12 h 47, le 20 janvier 2023

  • Voilà une information qui va nous faire passer une mauvaise journée. Pire que toutes les autres catastrophes qui se sont abattues sur le Liban, nous ne pouvons plus infléchir les décisions de l’ONU par notre vote. Quel dommage ! Les enfants seront tous privés de dessert aujourd’hui à cause de cette nouvelle. Je suis sûr que c’est encore le complot sioniste à la sauce américaine qui est derrière cette décision. Mais, bon ça ira, on a Hassan Nasrallah qui va nous pondre un discours transmis par écran géant puisqu’il n’ose pas sortir de son bunker a 60 mètres sous terre et nous voilà poitrine gonflée prêts à affronter tous les dangers qui nous guettent notamment la famine

    Lecteur excédé par la censure

    12 h 06, le 20 janvier 2023

Retour en haut