Rechercher
Rechercher

Société - Société

L’Éducation adopte sa vision pour la réforme de ses curriculums

Le cadre référentiel des nouveaux curriculums scolaires a été adopté hier par l’Autorité supérieure des programmes présidée par le ministre de l’Éducation nationale Abbas Halabi. Cette autorité regroupe les secteurs éducatifs public et privé, scolaire et universitaire, l’inspection pédagogique, le président de la commission parlementaire de l’Éducation ainsi que des experts et représentants des instances communautaires. « Notre travail a été couronné de succès », se félicite Abbas Halabi, contacté par L’Orient-Le Jour. « Cela nous a pris un an de débats interminables, sérieux et approfondis. Mais au final, nous avons abouti à un consensus national sur la question, un Taëf éducatif », assure-t-il. Le document n’est que le squelette ou la vision de la réforme voulue par le ministère de l’Éducation. Entamé en 2015 après des années d’immobilisme, mis au placard jusqu’en 2021, il a finalement vu le jour hier, après des débats souvent enflammés, jusqu’aux bouderies parfois, parce que l’idéologie s’est immiscée dans les discussions. Mais il représente le passage obligé vers la réforme des curriculums scolaires qui devrait permettre au Liban de développer son système éducatif et de l’adapter aux normes mondiales.


Le cadre référentiel des nouveaux curriculums scolaires a été adopté hier par l’Autorité supérieure des programmes présidée par le ministre de l’Éducation nationale Abbas Halabi. Cette autorité regroupe les secteurs éducatifs public et privé, scolaire et universitaire, l’inspection pédagogique, le président de la commission parlementaire de l’Éducation ainsi que des...

commentaires (1)

Le Liban fut longtemps connu pour le haut niveau d'instruction de ses habitants. Le contexte général a dégrader le système éducatif. Réfléchir à des évolutions positives est fort intéressant, surtout si ça avance concrètement.

Cartier Murielle

19 h 51, le 24 novembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Le Liban fut longtemps connu pour le haut niveau d'instruction de ses habitants. Le contexte général a dégrader le système éducatif. Réfléchir à des évolutions positives est fort intéressant, surtout si ça avance concrètement.

    Cartier Murielle

    19 h 51, le 24 novembre 2022

Retour en haut