Rechercher
Rechercher

Sport - Ligue des Champions

L’Inter fait tomber Barcelone, l’OM reprend espoir

L’Olympique de Marseille a enfin renoué avec la victoire en C1, profitant des erreurs des gardiens du Sporting Portugal (4-1), tandis que le Barça, battu chez les Nerazzurri (1-0), a perdu de précieux points en vue des huitièmes de finale.

L’Inter fait tomber Barcelone, l’OM reprend espoir

L’attaquant du FC Barcelone, Robert Lewandowski,s’indignant de la perte de temps obtenue par le défenseur italien de l’Inter Milan Alessandro Bastoni lors de la 4e rencontre du groupe C de la Ligue des Champions au stade Giuseppe-Meazza (San Siro) de Milan. Marco BERTORELLO / AFP

L’Inter Milan a réussi un gros coup en s’offrant le FC Barcelone (1-0) et en prenant une option pour l’un des deux billets qualificatifs pour les 8es de finale de Ligue des champions, grâce à une frappe limpide d’Hakan Calhanoglu, mardi à San Siro.

Simone Inzaghi, sous pression après déjà cinq défaites depuis le début de la saison, a retrouvé son Inter, faite de solidité défensive et de combativité, pour défendre bec et ongles ce court avantage dans une rencontre archidominée par les Catalans.

« Une victoire contre un tel adversaire, on en avait besoin en ce moment », a savouré Inzaghi, même si la qualification est encore loin d’être en poche pour l’Inter, deuxième avec six points. « C’était important de donner un signal, y compris à nos tifosi qui ont toujours été avec nous, même quand on perdait », s’est aussi réjoui sur Mediaset Hakan Calhanoglu, qui a fait basculer la rencontre juste avant la pause.

Avec deux défaites, le FC Barcelone, désormais 3e, va devoir cravacher. Il est contraint au sans-faute, dès la semaine prochaine lors du match retour contre les Italiens au Camp Nou, dans ce qui ressemble à des 16es de finale pour prendre le deuxième billet du groupe, le premier semblant promis au Bayern Munich.

Le coup parfait

Comme l’avait promis son entraîneur Xavi, le Barça a eu la mainmise sur le match. En confiance, le leader invaincu du Championnat d’Espagne a confisqué le ballon face à une défense intériste regroupée devant le but d’André Onana, toujours préféré à Samir Handanovic en C1.

Pedri et Gavi, les moins de 20 ans du Barça, en ont fait voir de toutes les couleurs au milieu, contraignant Hakan Calhanoglu et Henrikh Mkhitaryan à courir derrière le ballon, pas leur spécialité. Dans les tribunes, les 71 000 tifosi nerazzurri retenaient leur souffle à chaque passement de jambes d’Ousmane Dembélé dans le couloir droit. Mais le Français manquait de précision sur son tir dans le petit filet (37e).

L’Inter attendait les contres, cherchant le plus vite possible Lautaro Martinez, aligné en pointe malgré une fatigue musculaire, en l’absence prolongée de Romelu Lukaku, blessé depuis fin août.

Une stratégie « à l’italienne » qui a fini par réussir aux Lombards : après une première tentative lointaine déviée par Marc-André ter Stegen (7e), Calhanoglu a ouvert la marque d’une frappe chirurgicale au ras du poteau (45+2e). À la mi-temps, les Nerazzurri réussissaient ainsi le coup parfait, menant au score malgré un ballon resté dans les pieds des Catalans pendant les deux tiers du temps.

But refusé à Barcelone

Alors qu’on s’attendait à une grosse pression catalane, l’Inter a su rester calme, toujours plus bas et compact, mais solide, bien loin de l’équipe fragile habituée à se faire remonter en ce début de saison. Robert Lewandowski continuait d’attendre en vain le bon ballon, bien muselé par Milan Skriniar, capitaine du jour, comme pour lui rappeler son importance à l’Inter alors que le Paris-SG continue à s’intéresser à lui.

Dembélé a lui tenté davantage sa chance à gauche pour tenter de déstabiliser les Nerazzurri et n’a pas été loin de réussir son coup, trouvant le poteau (61e). Le Barça a cru égaliser dans la foulée par Pedri (67e), profitant d’une sortie manquée d’Onana, mais la VAR a sauvé le gardien camerounais en signalant à l’arbitre une main sur l’action d’Ansu Fati, à peine entré en jeu.

Jusqu’au bout des huit minutes de temps additionnel, les Catalans ont poussé, pensant obtenir un penalty pour une main finalement non sanctionnée à la 90e minute, mais sans faire craquer l’Inter.

Xavi s’est dit après le match « indigné » par les deux décisions arbitrales défavorables. « Cela n’a pas de sens, c’est une injustice », a commenté le technicien catalan, sans toutefois masquer les manques de son équipe, « pas au niveau de la Ligue des champions » en première mi-temps.

L’OM se relance

Face au Sporting, vainqueur de ses deux premiers matches, l’OM a enfin soufflé en signant sa seconde victoire sur les 18 dernières rencontres de C1 qu’il a disputées, au cours desquelles il avait concédé pas moins de 16 défaites.

Au classement, le match nul entre Francfort et Tottenham (0-0) permet à Marseille, toujours 4e, de s’approcher à un point de la deuxième place qualificative pour les huitièmes de finale. Mais cela était loin d’être gagné au début de la soirée, dans un stade Vélodrome à huis clos en raison des débordements lors de Francfort-OM, et après l’ouverture du score express de Trincao, laissé seul par Jordan Veretout après 51 secondes de jeu...

Mais les coups de pouce du vétéran espagnol Antonio Adan, gardien triplement fautif, ont relancé l’OM. Le portier du Sporting a d’abord complètement manqué deux dégagements, sanctionnés par Alexis Sanchez (13e) et Amine Harit (16e). Puis il a reçu un carton rouge pour une incompréhensible main hors de sa surface (23e). Sa doublure Franco Israel n’a pas fait mieux, en ratant sa sortie sur un corner, offrant un but à Leonardo Balerdi (28e), avant de céder à nouveau devant Chancel Mbemba (85e).

L’entraîneur phocéen, Igor Tudor s’est félicité de la réaction de ses joueurs après la rapide ouverture du score des Lisboètes : « Après un match comme ça, je ne veux pas parler des individualités. Je pense qu’on a fait un match collectif très sérieux. On a eu la force après le but encaissé d’entrée de réagir et d’attaquer fort comme on l’avait prévu (...) Cette victoire nous donne du courage et de la confiance. Elle était attendue depuis longtemps. Le match retour sera différent, à l’extérieur, avec leur public. Cela sera très difficile. »

Les Reds reprennent des couleurs

En battant sans contestation possible les Glasgow Rangers (2-0), Liverpool termine la phase aller du groupe A avec son sort entre les mains pour la qualification en huitièmes de finale, avant de se rendre dans huit jours en Écosse.

La lourde défaite de l’Ajax Amsterdam à domicile contre une équipe du Napoli qui semble intenable (6-1) permet aux Reds de prendre la 2e place du groupe avec 6 points, trois de moins que les Italiens mais trois de mieux que les Néerlandais.

Les années passées, un tel succès aurait été un non-événement, mais le début de saison des hommes de Jürgen Klopp a été tellement laborieux qu’il y a presque une pointe de soulagement à les voir maîtriser leur sujet à nouveau.

Car il n’y a pas eu photo sur la pelouse d’Anfield, pour cette première confrontation en compétition officielle entre les Reds et les « Gers ». Ces derniers, avec une troisième défaite de rang, ont sans doute dit adieu à leurs dernières illusions, au moins en C1.

Ils doivent même à leur gardien Allan McGregor, malgré ses 40 ans, de ne pas repartir avec une addition plus salée. Il a notamment refusé à Darwin Nunez, aligné en pointe devant un trio ultra-

offensif composé de Mohammad Salah, Diogo Jota et Luis Diaz, un but qui lui aurait sans doute fait le plus grand bien.

L’Uruguayen, qui semble porter comme un boulet son statut de plus gros transfert de l’histoire des Reds, n’a pas réussi à tromper le vénérable gardien, que ce soit sur des face à face de près (34e, 40e) ou une frappe plus lointaine (43e).

Celui-ci a également été l’auteur d’un réflexe incroyable pour dévier au-dessus une frappe puissante de Jota (59e), ou d’une belle parade du bout des doigts à ras de terre face à Mohammad Salah (14e). Fort heureusement pour eux, les Reds ont tout de même trouvé deux fois la faille, dont la première sur un coup-franc somptueux de Trent Alexander-Arnold (1-0, 7e) qui a apporté de l’eau au moulin de ceux qui militent pour sa sélection pour le Mondial au Qatar.

En début de seconde période, un gri-gri de Diaz dans la surface a obligé deux défenseurs bleus à le prendre en sandwich et concéder un pénalty sifflé par Clément Turpin. En force et au centre, Salah a converti la sanction sans trembler (2-0, 53e).

Anfield a alors pu entonner You’ll

Never Walk Alone, l’hymne que Liverpool partage depuis des décennies avec les rivaux des Rangers, le Celtic, sans qu’on sache bien qui l’a adopté en premier.

Résultats :

Groupe A :

Ajax Amsterdam 1 – 6 Naples

Liverpool 2 – 0 Glasgow Rangers

Groupe B :

Club Bruges 2 – 0 Atlético Madrid

FC Porto 2 – 0 Bayer Leverkusen

Groupe C :

Bayern Munich 5 – 0 Victoria Plzen

Inter Milan 1 – 0 FC Barcelone

Groupe D :

OM 4 – 1 Sporting

Eintracht Francfort 0 – 0 Tottenham

Source : AFP


L’Inter Milan a réussi un gros coup en s’offrant le FC Barcelone (1-0) et en prenant une option pour l’un des deux billets qualificatifs pour les 8es de finale de Ligue des champions, grâce à une frappe limpide d’Hakan Calhanoglu, mardi à San Siro.Simone Inzaghi, sous pression après déjà cinq défaites depuis le début de la saison, a retrouvé son Inter, faite de solidité...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut