Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Litige frontalier

Joumblatt : Israël a "succombé à la force du Hezbollah" dans les négociations


Joumblatt : Israël a

Le chef du Parti socialiste progressiste Walid Joumblatt lors d'une interview sur la chaîne LBCI, le 3 octobre 2022. Capture d'écran LBCI

Le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, a estimé lundi soir qu'"Israël a succombé à la force du Hezbollah" dans le cadre des négociations sur le litige frontalier entre Tel Aviv et Beyrouth.

"Israël a succombé à la force du Hezbollah dans la délimitation" de la frontière , a déclaré M. Joumblatt lors d'une interview accordée au journaliste Albert Kostanian, dans le cadre du programme 2030 sur la LBCI. Selon lui, la politique des "drones" du parti chiite a donc porté ses fruits, en référence aux trois drones que le Hezbollah avait lancés en direction de la plateforme gazière dans le champ de Karish, au large des côtes israéliennes, le 2 juillet. Ces drones avaient été mis hors service par l'armée israélienne. Le Hezbollah avait également menacé à plusieurs reprises de prendre pour cible Israël et ses infrastructures offshore si l'État commençait à exploiter le gaz avant qu'un accord ne soit conclu sur la délimitation de la frontière maritime. Ces menaces avaient été lancées par le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors de différents discours, et venaient s'ajouter à une vidéo diffusée par le parti montrant les coordonnées des différentes infrastructures qui pourraient être visées.

"Le Liban a besoin du Hezbollah pour se défendre, mais il faut que les forces de défense soient unies et entre les mains du gouvernement. Cela devrait se traduire par une stratégie de défense", a ensuite déclaré M. Joumblatt. "Le Hezbollah a prouvé qu'il était doué pour la diplomatie, et nous demandons qu'il utilise cette diplomatie concernant les fermes de Chébaa et de Kfarchouba."

Les fermes de Chébaa, situées sur le versant ouest du mont Hermon, pris par Israël à la Syrie en juin 1967, ainsi que les hauteurs de Kfarchouba et la partie nord du village de Ghajar, sont des territoires occupés par Israël. Le Liban estime qu'Israël doit se retirer de ces zones pour que la libération du Liban-Sud soit complète.

Le Liban et Israël négocient indirectement le tracé de leur frontière maritime depuis deux ans, via la médiation des États-Unis. Un premier round de pourparlers entre les deux parties avait échoué, et les négociations avaient repris après l'arrivée d'une plateforme gazière sur le champ de Karish. C'est dans ce cadre que le médiateur américain Amos Hochstein a mené des négociations entre Beyrouth et Tel Aviv. Samedi, le Premier ministre intérimaire Nagib Mikati a déclaré à L'Orient-Le Jour que "l'atmosphère est positive" et qu'"un accord devrait être conclu prochainement", après la réception d'une proposition de résolution de M. Hochstein. Des amendements aux propositions doivent être envoyés à l'envoyé américain mardi, afin de finaliser le texte avant qu'un accord final ne soit conclu.

Un accord sur une frontière maritime lèverait les obstacles à l'exploration et à l'exploitation des gisements de gaz offshore.


Le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, a estimé lundi soir qu'"Israël a succombé à la force du Hezbollah" dans le cadre des négociations sur le litige frontalier entre Tel Aviv et Beyrouth. "Israël a succombé à la force du Hezbollah dans la délimitation" de la frontière , a déclaré M. Joumblatt lors d'une interview accordée au journaliste Albert Kostanian, dans...