Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Irak

Après un nouvel appel à manifester, Moqtada Sadr se rétracte

L’influent leader chiite irakien Moqtada Sadr qui a appelé ses partisans à rallier Bagdad pour une manifestation massive a fait marche arrière mardi en reportant sine die le rassemblement par crainte de violences. L’annonce intervient alors que les discussions se poursuivent en coulisses pour sortir le pays de la crise : depuis fin juillet les deux grands pôles du chiisme politique enchaînent joutes verbales et surenchères, sans toutefois laisser la situation basculer dans la violence. D’un côté, Moqtada Sadr veut dissoudre le Parlement et organiser des législatives anticipées. De l’autre, les factions chiites pro-Iran du Cadre de coordination veulent poser leurs conditions à cet hypothétique scrutin et exigent au préalable un gouvernement de transition. M. Sadr, dont les partisans occupent depuis plus de deux semaines les abords du Parlement, avait appelé à une « manifestation d’un million » de personnes samedi dans la capitale irakienne. « Si vous pariez sur une guerre civile, je mise sur la préservation de la paix sociale. Le sang des Irakiens est plus précieux que toute autre chose », a lancé sur Twitter M. Sadr, annonçant « le report sine die de la manifestation de samedi ». Lundi soir, un comité organisant les manifestations de soutien au Cadre de coordination avait lui aussi annoncé de nouveaux rassemblements, sans en préciser la date. À ce jour la situation n’a pas dégénéré, mais les tentatives de médiation entre les deux bords n’ont pas abouti.



L’influent leader chiite irakien Moqtada Sadr qui a appelé ses partisans à rallier Bagdad pour une manifestation massive a fait marche arrière mardi en reportant sine die le rassemblement par crainte de violences. L’annonce intervient alors que les discussions se poursuivent en coulisses pour sortir le pays de la crise : depuis fin juillet les deux grands pôles du chiisme politique...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut