Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Espace

L'Iran veut s'équiper de trois autres satellites Khayyam

L'Iran veut s'équiper de trois autres satellites Khayyam

Un drapeau iranien. Photo d'archives AFP

L'Iran prévoit de se doter de trois autres versions du satellite Khayyam lancé cette semaine par la Russie, a déclaré vendredi le porte-parole du gouvernement iranien.

"La construction de trois autres satellites Khayyam avec la participation de scientifiques iraniens est à l'ordre du jour du gouvernement", a déclaré Ali Bahadori-Jahromi, sur son compte Twitter. Le satellite Khayyam a été lancé mardi par une fusée Soyouz-2.1B depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, contrôlé par Moscou. Lors d'une conférence de presse mercredi, le directeur de l'agence spatiale iranienne Hassan Salarieh avait expliqué que le satellite avait été construit par les Russes sous la supervision de l'Iran.

Les Etats-Unis affirment que le satellite serait destiné à des activités "d'espionnage" et qualifient la coopération croissante de Moscou avec Téhéran comme une "menace" grave. L'Iran a rejeté mercredi ces allégations, affirmant que l'appareil était construit "pour répondre aux besoins du pays" notamment dans la "gestion des crises urbaines", et "des ressources naturelles".

La semaine dernière, le Washington Post citait des responsables anonymes du renseignement occidental assurant que la Russie "prévoyait d'utiliser le satellite pendant plusieurs mois ou plus" dans sa guerre en Ukraine avant d'en céder le contrôle à l'Iran. L'agence spatiale iranienne a elle affirmé que la République islamique contrôlerait le satellite "dès le premier jour" notamment pour "surveiller (ses) frontières".

Khayyam, nommé en l'honneur du polymathe persan du XIe siècle Omar Khayyam, n'est pas le premier satellite iranien mis en orbite par la Russie. En 2005, Sina-1 avait été déployé depuis le cosmodrome russe de Plesetsk. L'Iran insiste sur le fait que son programme spatial est à des fins civiles et de défense uniquement, et ne viole pas l'accord nucléaire de 2015 ni aucun autre accord international.

Les gouvernements occidentaux craignent que les systèmes de lancement de satellites intègrent des technologies interchangeables avec celles utilisées dans les missiles balistiques capables de livrer une ogive nucléaire, ce que l'Iran a toujours nié vouloir construire. L'Iran a réussi à mettre en orbite son premier satellite militaire en avril 2020, s'attirant les foudres des Etats-Unis.


L'Iran prévoit de se doter de trois autres versions du satellite Khayyam lancé cette semaine par la Russie, a déclaré vendredi le porte-parole du gouvernement iranien.
"La construction de trois autres satellites Khayyam avec la participation de scientifiques iraniens est à l'ordre du jour du gouvernement", a déclaré Ali Bahadori-Jahromi, sur son compte Twitter. Le satellite Khayyam a...