Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Syrie

Damas annonce la mort d'un chef de l'EI dans le sud du pays


Damas annonce la mort d'un chef de l'EI dans le sud du pays

Un drapeau syrien à Damas. Photo d'archives AFP / LOUAI BESHARA

Un chef du groupe jihadiste État islamique s'est fait exploser après avoir été encerclé par les forces gouvernementales syriennes dans le sud du pays, a rapporté mercredi un média officiel, citant une source de sécurité.

Selon l'agence officielle Sana, "les forces de sécurité ont mené une opération spéciale" qui a conduit à "la mort du terroriste Abou Salem al-Iraki" dans l'ouest de la région de Deraa. Ce dernier "a déclenché sa ceinture d'explosifs après avoir été encerclé et blessé par des coups de feu". Al-Iraki était le chef militaire de l'organisation extrémiste dans le sud de la Syrie, selon la source sécuritaire.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays en guerre a confirmé la mort d'Al-Iraki mardi. Selon l'Observatoire, le chef jihadiste se cachait dans la région depuis 2018 et il avait participé à des assassinats et au chaos qui a secoué le sud de la Syrie.

La province de Deraa est contrôlée en grande partie par le régime depuis 2018. Des groupes rebelles contrôlent toujours quelques secteurs dans le cadre d'un accord de trêve parrainé par la Russie, allié du régime de Bachar el-Assad. La présence de l'EI dans cette province était limitée à une petite poche, par le biais d'une faction extrémiste qui lui avait prêté allégeance, avant d'être battue et repoussée.

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 et la conquête de vastes territoires en Irak et en Syrie, l'EI a vu son "califat" autoproclamé s'effondrer sous le coup d'offensives successives. Il a été défait en 2017 en Irak et en 2019 en Syrie. Mais le groupe extrémiste sunnite responsable de multiples exactions continue de mener des attaques à travers des cellules dormantes dans ces deux pays. La guerre complexe en Syrie, où interviennent différents protagonistes, a fait environ 500.000 morts depuis 2011.


Un chef du groupe jihadiste État islamique s'est fait exploser après avoir été encerclé par les forces gouvernementales syriennes dans le sud du pays, a rapporté mercredi un média officiel, citant une source de sécurité.Selon l'agence officielle Sana, "les forces de sécurité ont mené une opération spéciale" qui a conduit à "la mort du terroriste Abou Salem al-Iraki" dans l'ouest...