Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Naufrage d'une embarcation de migrants en avril : tensions et tirs nocturnes à Tripoli

Naufrage d'une embarcation de migrants en avril : tensions et tirs nocturnes à Tripoli

Une route coupée dans le quartier de Rifa à Tripoli, au Liban-Nord, le 21 juin 2022. Photo fournie par notre correspondant Michel Hallak

Des tirs nourris à l'arme automatique ont été entendus dans plusieurs quartiers de Tripoli (Nord) dans la nuit de mardi à mercredi, sur fond de revendications de proches de victimes du naufrage fin avril d'un bateau de migrants, rapporte notre correspondant Michel Hallak. Mercredi matin, l'armée libanaise restait déployée sur les lieux de ces tensions.

Les tirs en l'air ont notamment secoué les quartiers de Rifa et Qobbé, dans l'est de la grande ville du Nord. Les tireurs exprimaient leur colère contre le retard pris par les autorités pour récupérer les dépouilles de plusieurs dizaines de victimes du naufrage ayant coulé avec l'embarcation. Seuls sept corps ont été jusque là retrouvés par la défense civile et l'armée depuis ce drame.

Plus tôt dans la journée, des proches des victimes avaient bloqué plusieurs routes dans ces mêmes quartiers, reprochant notamment aux autorités le retard d'un sous-marin devant arriver d'Espagne pour extraire les corps coincés en mer. Cet engin devrait normalement arriver début juillet au Liban, avait annoncé, il y a deux semaines, le député Achraf Rifi.

Les proches des victimes se mobilisent régulièrement pour réclamer que les recherches accélèrent. Depuis le naufrage, l'armée libanaise mène des opérations de recherche tout le long de la côte libanaise. Mais elle avait indiqué à L’Orient-Le Jour il y a un mois qu'elle ne disposait ni des "moyens techniques, ni humains, pour pouvoir extraire les personnes" ayant coulé avec l'embarcation. Certains survivants et des proches accusent la marine militaire d'avoir percuté le bateau, provoquant son naufrage, tandis que l'armée affirme que, sans son intervention, aucun migrant n'aurait survécu. 


Des tirs nourris à l'arme automatique ont été entendus dans plusieurs quartiers de Tripoli (Nord) dans la nuit de mardi à mercredi, sur fond de revendications de proches de victimes du naufrage fin avril d'un bateau de migrants, rapporte notre correspondant Michel Hallak. Mercredi matin, l'armée libanaise restait déployée sur les lieux de ces tensions.Les tirs en l'air ont notamment...