Rechercher
Rechercher

Sport - Athlétisme / Ligue de diamant

Fraser-Pryce garde le rythme à Paris

Deux meilleures performances mondiales de l’année ont été enregistrées lors du meeting au stade Charléty.

Fraser-Pryce garde le rythme à Paris

Au saut en hauteur, l’Ukrainienne Yaroslava Mahuchikh (20 ans) a franchi 2,01 mètres au meeting de Paris, enregistrant la meilleure performance mondiale de l’année qu’elle détenait déjà – avec 2 mètres – depuis le meeting de Eugene fin mai. Julien de Rosa/AFP

À un mois des championnats du monde d’athlétisme à Eugene, dans l’Oregon aux États-Unis, la légende jamaïcaine du sprint Shelly-Ann Fraser-Pryce a signé un nouveau temps canon sur la ligne droite, en égalant sa meilleure performance mondiale de l’année, au meeting de Ligue de diamant de Paris. Comme début mai à Nairobi (Kenya), l’octuple médaillée olympique et nonuple championne du monde a couru le 100 m en 10 sec 67/100es dans la fournaise parisienne – 37 degrés Celsius en début de meeting, et encore 29 degrés à 23h passées. Proche de son record personnel (10 sec 60/100es en 2021) et devant sa compatriote championne olympique en titre Elaine Thompson-Herah (10 sec 79/100es). « Je me sens très bien. Techniquement, c’était très bien. Le but est toujours d’être au top techniquement. Ensuite, les chronos suivent. Physiquement j’étais bien aussi », a apprécié la trentenaire caribéenne (35 ans). « Dix secondes et six dixièmes, peu de sprinteuses peuvent réaliser cela », a encore souligné Fraser-Pryce.

Derrière, la concurrence est en effet repoussée à plus de trois dixièmes : la Britannique Daryll Neita a terminé deuxième en 10 sec 99/100es et l’Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou troisième en 11 sec 01/100es. Place désormais aux sélections jamaïcaines pour Fraser-Pryce, déjà qualifiée sur 100 m au titre de son statut de championne du monde en titre, mais qui doit encore gagner sa place sur 200 m. Même si elle n’a « pas encore décidé » si elle doublera ou non 100 m et 200 m sur la piste de l’Oregon. « On verra si je suis prête à le faire physiquement et mentalement », affirme-t-elle.

Mahuchikh et Yavi

Les près de 16 000 spectateurs du stade Charléty ont assisté par ailleurs à deux meilleures performances mondiales de l’année. Avec l’Ukrainienne Yaroslava Mahuchikh au saut en hauteur d’abord, puis la Bahreïnie Winfred Mutile Yavi sur 3 000 m steeple.

Mahuchikh, médaillée d’argent mondiale 2019 et médaillée de bronze olympique l’été dernier à Tokyo, a franchi 2,01 mètres au deuxième essai. Elle détenait déjà la meilleure performance mondiale, avec 2 mètres, depuis le meeting de Eugene fin mai. L’Ukrainienne âgée de 20 ans a ensuite échoué à trois reprises à 2,05 mètres, une hauteur un centimètre au-dessus de son record personnel. Mahuchikh s’est imposée devant deux compatriotes, Iryna Gerashchenko (1,98 m) et Yuliya Levchenko (1,95 m). Dans le 3 000 m steeple, Yavi, âgée de 22 ans, a coupé la ligne en 8 min 56 sec 55/100es, ce qui fait d’elle la quatrième meilleure performeuse de l’histoire de sa discipline. Derrière elle, l’Éthiopienne Sembo Alemayehu, âgée de 17 ans seulement, a couru en 9 min 9 sec 19/100es.

D’autre part, très proche du record du monde du 110 m haies la semaine précédente (12 sec 84/100es contre 12 sec 80/100es), l’Américain Devon Allen, qui prévoit de jongler entre football américain et athlétisme à l’avenir, s’est imposé en 13 sec 16/100es, près de 48 heures après ses 13 sec 22/100es à Oslo. Enfin, sur 100 m haies dames, la Nigériane Tobi Amusan a, elle, battu le record d’Afrique en 12 sec 41/100es. Un temps qui fait d’elle la troisième meilleure performeuse de la saison.

Élodie SOINARD/AFP


À un mois des championnats du monde d’athlétisme à Eugene, dans l’Oregon aux États-Unis, la légende jamaïcaine du sprint Shelly-Ann Fraser-Pryce a signé un nouveau temps canon sur la ligne droite, en égalant sa meilleure performance mondiale de l’année, au meeting de Ligue de diamant de Paris. Comme début mai à Nairobi (Kenya), l’octuple médaillée olympique et nonuple...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut